L’INE mexicain annonce la fermeture des bureaux de vote après le jour des élections révocatoires

L’INE devrait annoncer les résultats des élections à 21h00, heure locale.

L’Institut national électoral (INE) du Mexique a annoncé dimanche la fermeture de tous les bureaux de vote après la journée d’élection présidentielle révocatoire qui s’est déroulée dans le pays en toute tranquillité.

Selon les autorités électorales, un total de 57 436 bureaux de vote étaient disponibles pour ce jour d’élection, où les Mexicains décideront si le président actuel, Andrés Manuel López Obrador, doit rester au pouvoir.

Dans le même temps, l’INE a expliqué que dans quelques minutes, le décompte et les résultats ultérieurs de la procédure de rappel commenceront. Il convient de rappeler qu’en Basse-Californie, il reste quelques minutes pour fermer les bureaux de vote.

Il convient de noter qu’au cours de la journée, les autorités ont souligné le sens du calme du peuple mexicain dans l’exercice de son droit de vote, car ce dimanche, moins de la moitié des bureaux de vote étaient disponibles en raison de divergences entre les autorités électorales et fédérales.

C’est la première fois que cet exercice démocratique a lieu après la réforme constitutionnelle, où des figures telles que la révocation du mandat ont été incluses dans la Magna Carta.

Alors que le gouvernement mexicain a exhorté l’Institut national électoral (INE) à mettre en place les bureaux de vote correspondants, les autorités électorales ont indiqué qu’elles n’étaient pas en mesure de le faire en raison d’un manque de budget, dans un contexte de différends idéologiques entre les deux parties.

Néanmoins, le public doit décider s’il faut révoquer le mandat présidentiel de l’actuel chef de l’État, Andrés Manuel López Obrador, ou s’il doit terminer son mandat de six ans à la tête de la nation.

Le président mexicain s’est rendu dans son centre correspondant où il a écrit sur le bulletin de vote : Viva Zapata ! (en référence à l’anniversaire de la mort du héros révolutionnaire), comme il l’avait annoncé quelques jours auparavant, lorsqu’il avait déclaré qu’il ne voterait pas lors du référendum.

M. López Obrador a appelé les citoyens à participer au processus, car, a-t-il dit, “la démocratie est un mode de vie” et a réaffirmé que “le peuple y met et le peuple en retire”.

Dès les premières heures, de longues files d’attente ont été observées dans les bureaux de vote de Mexico et de certains États du pays, tandis que dans d’autres, l’ouverture des bureaux de vote a été retardée.

La journée de vote de dimanche a débuté par une cérémonie en l’honneur du drapeau national, qui s’est tenue aux premières heures. Le directeur de l’Institut national électoral (INE), Lorenzo Córdova, a déclaré que jusqu’à présent, l’organisation de la consultation a été un succès.

Il a ajouté que “les citoyens ont une fois de plus accepté de participer aux bureaux de vote, encore plus rapidement que dans d’autres processus électoraux et avec des pourcentages que nous n’avions jamais vus auparavant”.

Un référendum sans précédent
Partant du principe que “le peuple est aux commandes ; le peuple met et le peuple retire”, López Obrador a avancé l’idée de cette consultation, qui constitue une évaluation de son administration depuis sa campagne électorale.

La consultation du peuple sur les questions fondamentales de l’administration gouvernementale fait partie des 4T et du travail d’AMLO à la tête de l’État, et le référendum a été approuvé par le Congrès et intégré à la Constitution en 2019.

2021, une autre a été organisée pour enquêter sur l’administration de cinq anciens présidents pour corruption : Carlos Salinas de Gortari (1988-94), Ernesto Zedillo (1994-2000), Vicente Fox (2000-2006), Felipe Calderón (2006-2012) et Enrique Peña Nieto (2012-2018). Ce référendum a attiré un taux de participation de 8 %.

Question du référendum actuel
Les électeurs reçoivent un bulletin de vote qui leur pose la question suivante : “Êtes-vous d’accord pour que Andrés Manuel López Obrador, président des États-Unis du Mexique, soit révoqué en raison d’une perte de confiance ou pour qu’il reste en fonction jusqu’à la fin de son mandat ?

Cela les place devant deux réponses possibles : que son mandat soit révoqué pour cause de perte de confiance, ou qu’il reste à la Présidence de la République.

Installation des bureaux de vote
L’INE a mis en place 57 517 bureaux de vote dans les 32 entités fédérales du pays, qui fonctionneront entre 08h00 et 18h00, heure locale.

Parmi ceux-ci, 300 sont d’un type particulier et permettent aux personnes en transit, loin de leur circonscription électorale habituelle, de voter.

Pour pouvoir voter, les citoyens doivent être inscrits sur les listes électorales, ne pas être suspendus de leurs droits politiques et se rendre au bureau de vote qui leur est assigné par l’INE.

Les médias ont indiqué que plus de 17 000 Mexicains vivant à l’étranger se sont inscrits pour participer, ce qu’ils peuvent faire par le biais du système de vote électronique via Internet.

Un total de 287 000 citoyens ont été enrôlés pour recevoir et compter le vote dans les bureaux de vote, tandis qu’environ 4 400 personnes seront les observateurs de la journée, dont 98 visiteurs étrangers accrédités par l’INE.

Comptage et résultats
Après la fermeture des bureaux de vote, le matériel électoral sera transporté dans les 300 conseils de district de l’INE, où les votes seront comptés.

En outre, l’autorité électorale prévoit d’activer un système de comptage rapide, qui fournira une estimation de la participation électorale sur la base d’un échantillon de 1 800 bureaux de vote.

Selon l’INE, les résultats du décompte rapide pourraient être publiés dès 21 heures, heure locale, lors d’une session du Conseil général de l’institut, tandis que les résultats définitifs seront annoncés le lundi 11 avril.

Participation requise
Selon le règlement, pour que le vote soit valide et contraignant, au moins 40 % de l’électorat, soit 37,1 millions de voix, doivent être exprimées.

Les sondages réalisés au cours des dernières semaines montrent que le niveau de popularité d’AMLO oscille entre 58 et 60 %, voire plus.

Le président a toutefois assuré qu’il quitterait ses fonctions de chef de l’exécutif si la majorité des personnes interrogées, même si elle n’atteint pas 40 %, se prononçait en faveur de sa révocation.

Au centre de la controverse
Le gouvernement mexicain a demandé à l’INE de mettre en place 160 000 bureaux de vote, comme le prévoit la loi fédérale, afin que moins de citoyens puissent participer au référendum et que la participation populaire soit accrue.

Cependant, l’autorité électorale n’a prévu que 35,9 % de ce chiffre pour cette journée et a affirmé qu’elle ne disposait pas du budget nécessaire.

Les médias locaux ont rapporté que, par exemple, il n’y aura pas de bureaux de vote dans la ville de Tepetitán, dans l’État méridional de Tabasco, où est né Lopez Obrador, et que les habitants devront se rendre dans d’autres villes pour voter.

À plusieurs reprises, AMLO a rappelé aux conseillers et aux fonctionnaires de l’INE que l’État fonctionne avec rationalité dans ses dépenses et que cette autorité peut faire plus si elle restructure son budget et élimine les privilèges dont bénéficient les premiers.

D’autre part, l’exécutif et le parti au pouvoir, le Mouvement de renouveau national (Morena), ont attiré l’attention sur le fait que l’INE a installé pour ce référendum un nombre de bureaux de vote similaire à celui utilisé en août 2021, qui avait été organisé à un coût inférieur à celui demandé pour l’actuel.

Source : https://www.telesurtv.net/news/mexico-realiza-primer-revocatorio-presidencial-historia-20220410-0011.html