Les peuples autochtones occupent Brasilia pour défendre leurs territoires

Les populations autochtones du Brésil s’opposent au cadre temporel, car il ne tient pas compte des droits territoriaux de cette population.

Près de 6 000 personnes représentant 176 peuples indigènes du Brésil occupent la capitale du pays cette semaine dans le cadre d’une marche pour “la démarcation maintenant”, en réponse aux politiques du gouvernement du président Jair Bolsonaro, qu’ils qualifient d’anti-indigènes.

Cet appel s’inscrit dans le cadre des activités du “Camp Terra Livre 2022 !”, une mobilisation avec laquelle, depuis 2004, la population indigène réclame ses droits. Cette fois, leur objectif principal est de s’opposer à l’extractivisme et à l’exploitation de l’environnement sur leurs territoires.

Le site officiel de l’Articulation des peuples indigènes du Brésil (APIB) indique que la marche “se dirigera vers le Congrès national et se terminera au ministère de la Justice et de la Sécurité publique, à Brasilia (DF)”, tout en démontrant leur richesse culturelle indigène par des chants, des danses et des slogans.

La population indigène du Brésil s’oppose ainsi à la loi-cadre temporelle, proposée par le gouvernement Bolsonaro, qui refuse de délimiter les territoires indigènes et restreint leurs droits dans les zones rurales.

La coordinatrice exécutive de l’APIB, Sônia Guajajara, a déclaré que Bolsonaro est le plus grand délinquant du pays en affirmant qu’il ne délimitera pas un pouce des territoires indigènes.

Pendant le Camp Terra Livre, Guajarara a appelé les supporters à élever la voix en faveur de la protection de leurs droits et de la culture indigène du Brésil.

L’APIB est un collectif et un organisme de référence qui défend les droits des indigènes brésiliens et qui a dû faire face à ce qu’ils appellent les politiques discriminatoires et ségrégationnistes de Jair Bolsonaro.

Source : https://www.telesurtv.net/news/protestas-indigenas-marco-temporal-brasil-20220407-0029.html