Cuba rejette l’expulsion de la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Le ministre vénézuélien des affaires étrangères, Felix Plasencia, a également rejeté la décision d’expulser la Russie du Conseil des droits de l’homme.

Le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodríguez Parrilla a rejeté jeudi l’expulsion de la Russie du Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

“La suspension de l’adhésion de la Russie au Conseil des droits de l’homme ne favorise en aucun cas une solution pacifique, négociée et durable au conflit en Ukraine. Aujourd’hui, c’est la Russie, demain, ce pourrait être n’importe laquelle de nos nations du Sud qui ne se plient pas aux intérêts de domination et défendent leur indépendance”, a déclaré le ministre des affaires étrangères sur son compte Twitter.

Rodríguez Parrilla a également rappelé que les États-Unis maintiennent le blocus économique et financier de l’archipel antillais depuis plus de 60 ans, “une violation prolongée, flagrante, massive et systématique des droits de l’homme de tout un peuple”, et qu’ils bénéficient pourtant de l’impunité à l’ONU.

Pour sa part, le représentant cubain auprès de l’ONU, Pedro Luis Pedroso, a mis en garde contre les dangers que représente l’utilisation du mécanisme de suspension contre Moscou.

M. Pedroso a également rappelé les violations constantes et évidentes commises par les États-Unis et plusieurs de leurs alliés, qui ont coûté la vie à des milliers de civils dans le monde.

Le Venezuela a réitéré son rejet de la résolution
Caracas a également rejeté la résolution expulsant la Russie du Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

“En tant que membre fondateur des Nations unies, la République bolivarienne du Venezuela réitère son engagement envers les principes et le mandat de sa charte fondatrice et rejette la décision de suspendre la Russie du Conseil des droits de l’homme des Nations unies”, a déclaré le ministre des affaires étrangères de la nation latino-américaine, Felix Plasencia.

L’Assemblée générale des Nations unies a voté jeudi la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme sous prétexte que Kiev accuse Moscou d’être responsable d’un massacre présumé de civils dans la ville de Buca, ce que la Russie a démenti à plusieurs reprises.

La résolution, qui a reçu 93 voix pour, 24 contre et 58 abstentions, a été rejetée par des nations telles que la Bolivie, Cuba, le Nicaragua, la Chine, l’Algérie et l’Éthiopie, entre autres.