« ICI, IL N’Y A PAS DE PATRON » : LA COMMUNE POPULAIRE EL PANAL AU VENEZUELA

Modeste initiative face à l’homogénéité médiatique sur le Venezuela, le blog Venezuelainfos fête dix ans de travail volontaire. 1051 articles ont été mis en ligne depuis 2012, grâce à l’aide de nombreux traducteurs et traductrices bénévoles, pour vous réinformer gratuitement sur la révolution bolivarienne et sur son ressort profond, ignoré par la gauche occidentale : une démocratie participative, multiforme, autonome et critique, en majorité féminine.

En ce mois de mars, le nouveau ministre des communes et des mouvements sociaux Jorge Arreaza parcourt le pays à la demande du président Maduro, pour écouter les propositions, critiques et besoins des communard(e)s (photos). « L’organisation du pouvoir populaire au Venezuela est unique au monde. Le peuple dispose de véritables canaux pour parvenir à l’autonomie communale avec l’accompagnement d’un gouvernement révolutionnaire. Dans cette nouvelle étape de la transition vers le socialisme, nous allons avancer à toute vapeur ». Arreaza rappelle la définition de l’État communal qui doit à terme substituer le vieil État, tel que le définissait Hugo Chávez : « La commune est comme la cellule et les cellules doivent se ramifier, se relier, elles doivent former un système, s’articuler, pour donner forme à un corps ».

Ces dernières années, les grands médias ont relooké les insurrections d’une extrême droite raciste – nostalgique de l’apartheid d’avant Chávez – en « révoltes populaires », tout en occultant la majorité du peuple, pacifique, qui n’a jamais voulu participer à ces violences. L’objectif était de sédimenter l’image d’une « dictature ». Mais la révolution bolivarienne, qui a fait entrer dans le champ politique une majorité sociale jusque-là exclue, ne cesse de renforcer sa démocratie directe. Elle a aussi construit la démocratie représentative la plus dynamique du continent, avec 29 scrutins en 22 ans, reconnus par la grande majorité des observateurs internationaux et qualifiés par Lula d’« excès de liberté ».

Par ailleurs, les médias ont caché huit ans de sanctions occidentales et la perte consécutive de 99% des revenus pétroliers. Que n’a-t-on ri des files à Caracas : « l’échec-du-socialisme-fait-fuir-la-population ! ». Aujourd’hui, les mêmes médias admettent la réussite économique du président Maduro et le retour des migrant(e)s chez eux au Venezuela mais… c’est parce que « Maduro-est-devenu-capitaliste » ! A titre d’exemples, le budget de l’État en 2022, approuvé par les député(e)s, comporte 76% d’investissements sociaux; Nicolas Maduro accélère la Mission du Logement Public destinée aux familles populaires, pour atteindre un total de 5 millions de logements d’ici 2025. La politique publique de santé contre le Covid, qui a permis d’éviter les hécatombes des régimes néo-libéraux voisins, est étudiée comme exemplaire par l’OMS et saluée par l’ONU. Les revenus en hausse du pétrole – que le gouvernement bolivarien a sauvé de la privatisation – vont en priorité à la reconstruction des services publics.

Revenons à la participation citoyenne qui est une des clefs de la résistance au blocus occidental. La vitalité de la révolution bolivarienne, qui étonne souvent ceux qui décident de voyager au Venezuela, est le fruit d’une tension permanente, créatrice entre les organisations populaires et un « État ancien » (qui n’en finit pas de mourir, comme disait Chávez). Après les reportages de Venezuelainfos sur la commune paysanne d’El Maizal, la commune « Che Guevara », la commune socialiste de Altos del Lidice, ainsi qu’une soixantaine d’autres, nous nous attardons aujourd’hui sur une commune située à Caracas : El Panal 2021 qui incarne bien cette volonté d’autonomie dans sa relation avec l’État. Quelques photos de ce reportage proviennent d’une formation audio-visuelle que notre école populaire (EPLACITE/TERRA TV) a offerte aux mouvement sociaux du Venezuela, et au cours de laquelle nous avons réalisé un tournage dans l’entreprise textile autogérée d’El Panal.

Vies et voix de la commune « El Panal 2021 »

Située dans le secteur « 23 de Enero », dans l’ouest populaire où vit 80% de la population de la capitale (et où ne vont jamais les journalistes étrangers), cette commune est née en 2008. Elle regroupe 3.600 familles, environ 13.000 personnes. Sept conseils communaux la composent formellement. « Lorsque Chávez a lancé l’idée des conseils communaux et, plus tard, de la commune, nous avons aussitôt adhéré » se souvient Robert Longa. Ana Caona responsable de planification, rappelle que « la commune est la somme des conseils communaux, et que nous étions une commune dès cette époque ».

Au sein de la commune cohabitent diverses entreprises communales. Salvador Salas : « D’abord, la boulangerie, puis l’usine d’emballage du sucre, puis la briqueterie, la fabrique de pneus, le restaurant et l’entreprise textile. Par la suite, à cause de la guerre économique et du blocus imposé par les États-Unis, l’accès aux denrées alimentaires de base s’est vu gravement affecté. On a misé sur le secteur primaire et noué une alliance avec des groupes de paysans afin d’acheter leur production et de la vendre le week-end sur un marché aux voisins de la commune.»

Une centaine de personnes travaillent actuellement dans les entreprises communales d’El Panal. La commune dispose également de sa propre station de radio communautaire : « Radio Arsenal ». Parmi toutes les entreprises mentionnées, Robert Longa met en avant l’entreprise textile, « Las Abejitas del Panal », fondée en 2012 dans le quartier de Santa Rosa, dans des locaux abandonnés que la communauté a récupérés, et devenue une référence non seulement au sein de la commune mais aussi dans tout Caracas et même à l’échelle nationale. Actuellement, 12 personnes travaillent dans cette entreprise autogérée, produisant toutes sortes de vêtements et autres articles textiles.

Pour décrire leur vision, les communard(e)s d’El Panal parlent d’un socialisme différent de celui pratiqué au 20ème siècle. Un socialisme qui s’engage dans l’autogestion et la décentralisation, et qui se matérialise par le pouvoir communal. Un socialisme qui implique nécessairement le dépassement du capitalisme : « nous voulons construire un monde différent de la voracité du capitalisme et c’est là que nous défendons le socialisme du XXIe siècle ».

Principaux organes de la commune

La structure créée à El Panal n’est pas une copie exacte de celle proposée dans la loi sur les communes. La loi des communes stipule en effet que « le Parlement communal est la plus haute instance d’autogestion de la commune » (article 21) et se compose de représentants des conseils communaux, des organisations socio-productives et de la Banque Communale » (Assemblée nationale, 2010b : 23-26).

En revanche, El Panal 2021 ne dispose pas d’un parlement, mais d’une « Assemblée Patriotique », à laquelle tou(te)s les résident(e)s de la commune peuvent participer. D’autre part, la loi sur les communes désigne une série de conseils qui effectuent des tâches de gestion et de planification, tels que :

Le Conseil exécutif, qui « exerce la représentation légale de la commune », exécute le plan de développement, convoque le parlement et est composé d’un groupe restreint (deux membres du Parlement communal et un membre des organisations socio-productives).
Le Conseil communal de planification, qui conçoit le plan de développement et est composé de six personnes (trois porte-parole des conseils communaux, deux du parlement et un des organisations socio-productives).
Le Conseil de l’économie communale, qui promeut et accompagne les entreprises communales (Assemblée nationale, 2010b:28-41).
A El Panal 2021, il existe une structure de coordination générale appelée « Instance de Communardes et Communards », qui exerce des tâches de direction et de planification, composée d’un groupe d’environ 60 personnes (porte-parole des conseils communautaires, des organisations sociales, des entreprises communautaires et du collectif Alexis Vive). Une autre différence en termes de structure organisationnelle par rapport à la loi est qu’à El Panal, il existe un organe parallèle aux conseils communaux, appelé « Panalitos por la Patria ». Cet espace de coordination est ouvert à tous ceux qui veulent y participer. La philosophie des « panalitos » est que toutes celles et ceux qui sont prêts à travailler entrent dans la coordination : « Au conseil communal, les élections ont lieu tous les deux ans. Au Panalito il n’y a pas d’élection, celui qui veut travailler y entre ».

Il existe un autre corps très important dans la commune appelé « Brigadistas ». C’est une instance de participation directe, pour ces « personnes qui veulent participer, mais qui ne veulent pas s’impliquer dans le travail de coordination » ; « les personnes qui veulent soutenir la radio, le sport, la culture, l’éducation, entre autres », mais sans prendre de responsabilités de gestion.

Caona signale également deux autres instances de grande importance dans la structure de la commune : la défense et la politique. Dans un contexte où l’agression contre le processus de changement au Venezuela a été constante et extrêmement violente (coups d’État, incursions militaires depuis la Colombie ou les États-Unis, sabotages, attentats d’extrême droite, etc..) , il est essentiel de disposer d’une structure de défense qui garantisse la sécurité, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur afin que la commune puisse être protégée et se développer en toute sérénité.

L’organe principal de la démocratie directe dans la commune El Panal 2021 est donc l’Assemblée patriotique permanente. Elle est ouverte aux 13 000 habitants de la commune, et le niveau de participation est remarquablement élevé, atteignant dans certains cas jusqu’à 1 000 personnes. La fréquence des réunions varie en fonction de la saison, mais l’objectif est de tenir une assemblée mensuelle, qui se déroule toujours sur le terrain de sport, un soir de semaine, afin que chacun puisse venir après le travail. Plusieurs personnes interrogées s’accordent à dire que l’Assemblée décide de tout ce qui est important pour la commune:

« L’assemblée des citoyens décide de tout » (Guerra).

« C’est l’espace où les décisions stratégiques sont prises » (Lugo) ;

« Dans notre commune, tout est décidé en assemblée » (Caona).

« Les gens se sentent à l’aise et parlent sans problème, il y a un échange d’idées ». (Reinosa)

Un autre exemple de démocratie directe est l’assemblée de chaque conseil communautaire. Judith Guerra souligne que dans son quartier, Santa Rosa, l’assemblée rassemble environ 150 personnes et a lieu tous les mois. Elle assure que « personne ne gouverne ici en solitaire, nous faisons tout à travers les assemblées de citoyens […] la décision est toujours collective ; ce que la communauté dicte est la loi ».

Dans le cadre des entreprises communales, l’assemblée des producteurs fonctionne également comme le plus haut organe de décision. L’entreprise textile « Las abejitas del Panal », tient son assemblée tous les mois, à laquelle participent tous les producteurs. « L’important est que les travailleurs eux-mêmes disent se sentir libres de décider de tout ce qui les concerne » explique María Plaza, une jeune femme du quartier qui travaille depuis sept ans à l’entreprise textile. « Oui, nous décidons de tout dans l’assemblage ». Pour sa part, Maribia Jayaro, productrice intégrée dès 2013, explique : « Il n’y a pas de patron ici. Nous prenons les décisions ensemble. Quand quelqu’un de l’extérieur passe une commande, nous nous asseyons et décidons ensemble si nous la faisons ou pas ». Margarita Márquez, la plus ancienne et qui, comme Maribia, fait partie de la première équipe, assure qu’ « il n’y a personne pour te donner des ordres, car nous n’avons pas de patron qui donne des ordres, qui met un prix sur le travail [..] ici nous avons le droit de décider de la valeur d’une chemise ..] c’est nous qui décidons ». Grecia Pacheco, une jeune femme ayant cinq ans d’ancienneté dans l’entreprise, indique : « pour décider de faire un produit, nous avons une assemblée et nous décidons du prix entre nous tous [..] Nous ne faisons rien sans écouter l’assemblée ». Maribia Jayaro : « Avant, je travaillais dans le secteur privé. J’avais l’habitude de travailler avec un avocat ; nous faisions ce que le patron disait, il imposait le calendrier, et le salaire… ..] toutes les décisions ont été prises par lui. Ici, c’est différent, ici on nous écoute, mon opinion compte, et la tienne aussi ».

Toute activité de production dans « El Panal 2021 » doit répondre à une priorité : les besoins de la communauté. Pour Ana Caona, actuellement responsable du Centre de Planification et production politique et économique : « Le Che avait l’habitude de dire que « l’économie doit être évaluée en termes de vie, et non de marché ». Nous devons mettre la politique au premier plan, et nous le faisons de manière participative avec les gens, avec le peuple. »

Caona explique qu’il existe deux types d’économie dans la commune : un volet dit socio-politique, pour garantir l’alimentation de la population ; et une autre, dit mixte, pour dégager des excédents qui permettent d’investir dans de nouveaux projets. Exemple du premier type d’économie, la boulangerie, qui vend à des prix populaires afin qu’aucun voisin ne soit privé de pain. Pour Joel, un jeune homme originaire de la communauté qui est actuellement en charge de la boulangerie : « C’est beau de voir les personnes âgées nous remercier chaque matin de leur avoir vendu du pain à un prix… en leur vendant du pain à un prix non spéculatif […] on se sent très fier ».

Caona souligne que « la politique l’emporte toujours sur la question du marché, en garantissant les besoins de la population, même s’il n’y a pas de profit ». Robert Longa confirme que « la commune n’est pas faite pour le business, pour faire des affaires, pour mercantiliser […] ici, les entreprises ont un rôle politique. »

Et puisque la guerre économique des États-Unis a un impact direct sur la capacité d’accès aux aliments de toutes sortes, « nous avons décidé d’aller à la campagne pour planter […] la commune a acheté 11 hectares dans l’état de Cojedes et nous y sommes allés pour semer […] plus tard nous avons acheté 37 hectares de plus près de Caracas, à Caracas, dans l’état de Miranda […] En même temps, nous avons créé le projet « Pueblo a Pueblo », en établissant des liens avec des agriculteurs de l’intérieur du pays, auxquels nous achetions directement leur production. » Tant notre propre production que les produits achetés sont vendus à des prix populaires tous les samedis matin à une foire de la commune. Ainsi, l’accès aux denrées alimentaires de base est garanti pour l’ensemble de la communauté. Salas ajoute qu’ils ont établi un recensement de la demande dans la commune, autour des produits de première nécessité, afin d’essayer de garantir leur approvisionnement tout au long de l’année.

Conditions de travail

La stabilité de l’emploi au sein de l’entreprise textile « Abejitas del panal » est un élément mis en avant par plusieurs des travailleurs, tant par les travailleurs les plus anciens que les plus jeunes. José Lugo affirme que « presque personne n’est parti […] la plupart d’entre eux travaillent depuis des années ». Celle qui est là depuis le plus longtemps, Elisabeth Torrelles, est arrivée il y a plus de trois ans. Le témoignage de Grecia Pacheco est très significatif pour comprendre comment la stabilité est liée à la satisfaction personnelle, contrairement à ses expériences dans le secteur privé : « Ici, je me sens valorisée, dans les entreprises privées, je changeais beaucoup, j’étais dans les entreprises privées, j’ai beaucoup changé, je n’ai été dans chacune d’elles que quelques mois […] ici, je suis là depuis des années, je ne suis pas partie ». Maribia Jayaro souligne que « l’emploi du temps est le meilleur pour moi, nous décidons nous-mêmes […] il est confortable, adapté aux besoins de notre famille […] nous essayons d’éviter le calendrier strict de l’entreprise privée ». En fait, le calendrier est décidé annuellement en assemblée. Si les commandes le nécessitent, on prolonge parfois la journée de travail, bien que leur principe soit de ne pas s’auto-exploiter. « Le climat de travail lui-même est harmonieux, pas stressant […] nous ne nous permettons pas d’exploiter, nous ne nous permettons pas non plus d’être exploités. […] si quelqu’un vient commander 5 000 tee-shirts en deux jours, on ne l’accepte pas, c’est interdit ».

Le salaire est un aspect apprécié très positivement par l’ensemble du personnel. Au cours de ces sept années, ils ont toujours réussi à doubler le salaire minimum du pays. En effet, le salaire est fixé en fonction de la productivité, ce qui est souligné par plusieurs travailleuses. Grecia Pacheco : « Ici, ce n’est pas comme dans le secteur privé, ici je travaille et je suis bien payé. Ici, si je fais cinq chemises, je suis payée pour elles ». Jorgelis Soto évoque son année précédente avec des entreprises privées, où « le salaire est moins bon […] ici, si je travaille plus, je reçois plus, je suis mieux payée ». Margarita Márquez (2019) précise que « nous créons notre propre salaire […]. si je veux travailler, je gagne ; et si je ne travaille pas, je ne gagne pas. Nous n’avons pas de salaire fixe ».

La bonne ambiance au travail est un élément unanimement apprécié, surtout si on la compare à l’atmosphère endurée dans différentes entreprises privées: « Je me souviens que j’ai visité une entreprise textile privée : 100 machines collées les unes aux autres, avec une chaleur insupportable, un petit ventilateur, un de ces vieux ventilateurs, qui sonnait… et des panneaux interdisant de se parler, d’utiliser le téléphone, tout était interdit […] Je suis entré et une personne est sortie d’un bureau climatisé pour s’occuper de moi. Je lui ai dit que j’étais venu pour en savoir plus sur l’expérience et il m’a répondu que je ne pouvais pas leur parler, seulement avec lui. Nous avons le contraire de cela. Nous avons de l’air conditionné, les producteurs parlent, rient, écoutent de la musique […] c’est un travail digne et libérateur. »

Grecia Pacheco : « Ici, on écoute de la musique, on parle, on fait des blagues, on rit […] dans le secteur privé, cela ne se fait jamais… ici, nous partons à six heures et parfois il est sept heures et on commence à parler et nous ne voulons pas partir ».

Margarita Márquez se souvient : « Dès mon arrivée, j’ai vraiment aimé l’atmosphère. Nous n’avons pas de personne qui nous met la pression, nous pouvons parler, faire des blagues, rire, écouter de la musique, boire du café, s’arrêter un moment. […] c’est une atmosphère très harmonieuse ». Un aspect que plusieurs productrices soulignent est l’autonomie qu’elles ont acquise au sein de l’entreprise grâce au principe selon lequel tous les travailleurs doivent connaître le fonctionnement de toutes les machines : « Dans l’entreprise privée, nous avons une seule personne qui ne fait que les cols de chemise, une autre ne cout que les poches… Pas ici, ici la personne qui apprend, apprend à faire la chemise entière ; nous sommes tous capables de faire un vêtement entier et si demain vous allez ailleurs, vous emportez les connaissances avec vous, vous êtes autonome. » (Jayaro).

L’une des réalisations qu’ils mettent en avant est d’avoir réussi à instaurer un travail d’équipe, coopérer les uns avec les autres, se soutenir mutuellement, au lieu de se faire concurrence pour voir qui peut produire le plus. Margarita Márquez : « ici, il y a une harmonie entre nous tous ». « Nous partageons nos connaissances et notre travail, nous travaillons beaucoup en équipe ; quand quelqu’un ne sait pas, on lui apprend ». María Plaza : « il n’y a pas de jalousie entre collègues. Nous essayons de partager, nous nous entraidons ». « Il y a une formation socio-politique, il ne s’agit pas seulement de faire des chemises, il s’agit de comprendre que nous allons vers un nouveau modèle économique-productif. Comprendre pourquoi dans une entreprise privée, vous allez être exploité, comprendre ces concepts ».

Un autre aspect très significatif est que la grande majorité des femmes disent qu’elles se sentent épanouies et valorisées au travail, contrairement à d’autres expériences dans l’entreprise capitaliste. Maribia Jayaro est claire : « il y a beaucoup de femmes qui sont dans le secteur privé, exploitées, sous le fouet du secteur privé ; et ici, je me sens reconnue […] quand je vois un petit sac qu’une personne porte dans la rue, je me dis : « Je l’ai fait », et je me sens fière de moi ». « De toutes les expériences, travailler ici a été la meilleure, la plus belle, travailler pour la communauté […] le meilleur, le plus beau, travailler pour la communauté […] c’est une satisfaction que votre travail soit un travail social […] » Grecia assure que « vous assumez votre responsabilité, si quelque chose a été mal fait […] et en même temps, on est fier des choses bien faites, de les avoir faites soi-même ».

Judith Guerra souligne les changements intervenus dans son quartier de Santa Rosa, puisque grâce à l’organisation populaire, de nombreuses personnes sont devenues politiquement actives. Surtout dans le cas des femmes : « Beaucoup de femmes ont cessé d’être enfermées, elles ont cessé d’être les femmes au foyer, elles sont allées faire la Révolution ». Ismael González, membre du groupe de coordination des Panalitos dans la commune, souligne le changement de mentalité suite à son engagement dans le militantisme communautaire : « Il y a trois ans, je pensais que l’État était largement responsable de la situation du pays; la commune m’a montré que nous devons assumer notre part de responsabilité. […] si nous ne le faisons pas, personne ne le fera pour vous ».

Jefferson González souligne l’importance d’empêcher les adolescents et les jeunes d’entrer dans les circuits de la drogue et du crime organisé, en créant un large éventail d’activités sportives et culturelles.

Les entreprises communales répartissent leurs excédents de la manière suivante : 40% restent dans l’entreprise et 60% vont au Fonds de réinvestissement social. C’est l’Assemblée de la commune qui décide comment investir l’argent qui est déposé dans ce Fonds. Si nous revenons à l’exemple concret de l’entreprise communale « Las Abejitas del Panal », c’est l’assemblée communale qui décide comment investir l’argent. D’un côté, une partie de la production est directement destinée à la communauté et est vendue à des prix populaires, faisant ainsi face à la spéculation des entreprises privées. D’autre part, il arrive que des vêtements soient fabriqués gratuitement, pour être donnés à un groupe communautaire : « Pour le groupe de danse des enfants de la communauté, nous faisons les robes pour elles. Nous ne facturons pas pour cela […] c’est un plaisir de voir les enfants de l’école porter les costumes que nous avons confectionnés pour eux. Nous faisons des chemises pour le conseil communautaire, des sacs pour les enfants qui en ont besoin (…) Nous avons fabriqué des sacs pour des enfants à faibles revenus d’autres régions du pays. Nous pensons aux gens, pas à nous-mêmes ».

L’engagement des producteurs envers la communauté va au-delà des quatre murs de l’entreprise. Lugo souligne qu’ils participent régulièrement aux activités bénévoles de la commune : « Quand il y a des foires aux légumes, on peut nous voir. En décembre, l’Etat a apporté des jouets pour les enfants et nous avons distribué des jouets aux enfants […] On distribuait le jambon de Noël ».

Différents comités de travail ont été créés, auxquels participent les habitants du quartier afin de mener à bien des activités éducatives, sanitaires et sportives. 22 personnes, la majorité d’entre eux sont des femmes, constituent le noyau de ces comités, qui ont réussi à impliquer un bon nombre de personnes du quartier. Judith énumère un certain nombre de travaux du « Panalito » qui ont eu un grand impact sur la communauté ces dernières années. D’une part, en raison de la guerre économique, la nourriture et les médicaments pour les groupes le plus nécessiteux du quartier : « L’important est que personne ne manque de nourriture […] et pour ceux qui ne peuvent pas acheter de médicaments, nous les obtenons pour eux ».

Toutefois, le domaine dans lequel Panalito Santa Rosa a le plus investi est celui de « l’amélioration intégrale de l’environnement de travail ». Migdalia Reinosa, l’architecte qui coordonne depuis plus de dix ans les travaux d’amélioration de l’habitabilité du quartier, évoque les deux projets majeurs de ces années, pour remplacer les « ranchos » (logements précaires) par des logements décents. Le premier a été développé entre 2012 et 2016 et impliquait le « remplacement des ranchos par des logements », notamment la « construction de 42 nouveaux logements ». Le modèle était l’un des modèle d’auto-construction communautaire, puisque ce sont les « fils du quartier » qui ont construit les maisons, avec le soutien occasionnel des bénéficiaires.

Le deuxième projet vient de commencer et consiste à construire « 48 maisons supplémentaires, deux bâtiments de 24 maisons chacun ». Les bénéficiaires seront « les producteur(trice)s des entreprises communautaires, les garçons et les filles de la brigade de construction (qui ont déjà participé à la construction du premier projet de 42 maisons) et des membres de la Fondation Alexis Vive ». Ce modèle de l’autoconstruction communautaire s’appuie sur des brigades de travail de la commune elle-même, ainsi que le travail bénévole des bénéficiaires, certains week-ends.

En outre, « Panalito » a réalisé un investissement important dans les domaines suivants : changement d’une partie des canalisations d’eau dans un secteur du quartier. Judith Guerra insiste sur le fait que « Santa Rosa a beaucoup changé au cours des dix dernières années ».

Il faut souligner l’engagement social auprès de l’ensemble de la population de la commune. Dans le domaine de la sécurité alimentaire, nous avons déjà mentionné les « foires aux légumes » hebdomadaires pour garantir la sécurité alimentaire en dehors du marché spéculatif et de la guerre dont souffre le pays. Les programmes de garde d’enfants sont remarquables, principalement pour les enfants les plus vulnérables. La cantine sociale, qui fournit le dîner de plus d’une centaine d’enfants chaque soir, est un projet d’un grand impact, tout comme la livraison de fournitures scolaires, de vêtements et de médicaments.

Une autre fonction très appréciée par toutes les personnes interrogées est le haut niveau de sécurité que la commune a été en mesure de garantir à ses voisins. Elisabeth Torrelles, ouvrière du textile, assure que dans la commune elle se sent « plus en sécurité » que dans d’autres parties de la ville. Migdalia Reinosa, l’architecte, souligne également la tranquillité avec laquelle elle se déplace « librement dans la commune ». « on ne voit pas de barreaux aux fenêtres ici. Cela signifie que vous pouvez être sûr que rien ne va vous arriver ».

Ceci est extrêmement important, étant donné que les quartiers ouest de Caracas et la ville dans son ensemble sont perçus par leurs habitants comme étant très dangereuse. Ana Caona affirme que pour la Fondation Alexis Vive, garantir la sécurité de la commune est un enjeu stratégique. C’est pourquoi ils lui ont toujours accordé une grande importance.

Autre contribution à la communauté dans la sphère financière : la création de la banque de la commune, la « BanPanal ». En raison de la guerre économique, la spéculation et la dépréciation de la monnaie nationale – le bolívar – qui se sont produites jusqu’en 2021, la commune avait créé un fonds commun de placement et a créé une monnaie communale appelée « Panalito » à la fin de l’année 2017. Salvador Salas souligne que la monnaie communautaire a permis de créer un marché intérieur où les produits et les services sont accessibles en dehors des circuits spéculatifs. De cette manière, le pouvoir d’achat de la communauté a été stabilisé. En outre, la « BanPanal » accorde des crédits aux producteurs de la commune (petits magasins) et de la communauté, tant à l’intérieur de la commune (petits commerces) qu’à l’extérieur (agriculteurs de l’intérieur qui approvisionnent la commune).

Articulation avec d’autres expériences
« El Panal 2021″ a une stratégie claire pour sortir des limites de son espace territorial actuel et pour promouvoir la solidarité communautaire et des projets communaux plus vastes, dans la perspective de l’ »État communal ».

Tout d’abord, l’articulation avec les paysans de l’intérieur du pays, afin de créer leurs propres circuits de production, distribution et consommation, en dehors du marché spéculatif actuel. Le projet « Pueblo a Pueblo » est une expression concrète de ce projet. Salvador Salas indique que « BanPanal » finance les paysans pour qu’ils puissent produire en fonction de la demande fixée par la commune. Ils sont ainsi assurés de la production et de son transport jusqu’à sa destination. Salas ajoute que cette production est agroécologique.

Deuxièmement, l’intention de la commune de se développer à court terme dans tout l’ouest de la ville (dans les quartiers populaires) à court terme. Pour Robert Longa, « le plan est de s’étendre à tout l’ouest de Caracas » par la création de la « Banque du Sud-Ouest de Caracas » qui pourra accorder « des microcrédits à la population pour s’émanciper, afin qu’il puisse créer des entreprises dans une logique d’autogestion.

Troisièmement, la commune a commencé à construire, dans différentes régions du pays, les « Axes Communards Nationaux », notamment avec des partenaires de Valencia, Lara, Táchira et Sucre. Ce qui a permis l’émergence d’articulations avec d’autres régions du pays et la pose des bases d’une confédération communale. Enfin, bien qu’il n’y ait pas d’articulation formelle avec d’autres communes ou d’autres collectifs, « El Panal » a une bonne relation de coopération avec d’autres communes importantes, comme, par exemple, avec l’emblématique commune « El Maizal » dans l’État de Lara.

Il existe également des liens dans la sphère productive. L’entreprise textile de « Las Abejitas del Panal » a impulsé « le Front Textile au sein de Caracas« , composé de plusieurs entreprises communales de la région qui se sont regroupées pour « réaliser de grandes productions lorsque cela est nécessaire ». Ces derniers temps, afin de faire face au blocus et aux prix spéculatifs, le Front textile a produit un grand volume de vêtements pour les vendre à des prix populaires.

La relation avec l’État
La relation d’ »El Panal 2021″ avec les institutions publiques, comme c’est le cas pour le reste des communes, n’est pas idyllique. Mais elle n’est pas non plus aussi conflictuelle que certains le revendiquent. En réalité, il s’agit d’une relation dialectique, d’un « bras de fer » qui dépend pour beaucoup du moment politique et des personnes qui se trouvent derrière chaque institution avec laquelle ils entretiennent des relations. Le soutien économique est un facteur fondamental, et l’on peut affirmer que, de la part de l’État, il y a eu une nette amélioration de la situation.

Si le soutien économique est un facteur fondamental, on peut affirmer que, de la part de l’État, il y a eu un soutien clair à l’économie communale (concrètement, par les crédits accordés) et que cette coopération a repris avec force en 2022. A propos des crédits accordés à « El Panal » pour lancer différentes entreprises communales, Judith Guerra explique que « le capital d’amorçage pour lancer les entreprises communales était fourni par le gouvernement ».

Salvador Salas, un communard-clé dans le domaine économique, se souvient que la première entreprise communale créée fut la boulangerie, grâce à un crédit accordé par le bureau du maire de Caracas. Ana Caona (2019), pour sa part, évoque l’importance du soutien de Chávez dès le début, « un soutien vital. La machine à emballer le sucre a été donnée à la commune afin qu’elle puisse la gérer directement. Chávez nous l’a donnée parce qu’il y avait une volonté politique ». Une partie du soutien économique se traduit par un appui salarial pour certains des cadres travaillant dans la commune. « Il y a un groupe de camarades qui sont payés par des institutions étatiques, mais nous, nous travaillons dans la commune ».

Ainsi l’architecte Migdalia Reinosa (2019) explique qu’elle travaille formellement pour Fundacaracas, entité de la mairie de Caracas, mais qu’en pratique elle effectue son travail quotidien dans la commune, main dans la main avec le « Panalito » du quartier Santa Rosa.

Le soutien de l’État s’exprime également dans les achats publics qu’il effectue aux entreprises de la commune. Le cas de l’entreprise textile est le plus pertinent, car il existe une « alliance avec l’État ». José Lugo, porte-parole de l’entreprise textile, souligne que l’un des deux principaux acheteurs des produits qu’ils fabriquent sont des institutions publiques (ministères, organismes publics, etc…) et l’autre étant la communauté elle-même. Ces derniers temps, un acheteur public très important est la compagnie pétrolière d’État PDVSA (Petróleos de Venezuela S.A.). En effet, pendant notre enquête de terrain, les travailleur(se)s de « Las Abejas del Panal » produisaient un lot de chemises pour PDVSA Gas.

L’État apporte également un soutien sous forme de matières premières. D’une part, plusieurs entreprises communales reçoivent des intrants directement des institutions publiques. L’usine de conditionnement du sucre reçoit les matières premières directement de l’État, et dans le cas de la boulangerie, une entreprise publique l’approvisionne en farine. L’usine textile a obtenu ses premières machines grâce à l’État, bien que les plus récentes aient été achetés avec les surplus de l’entreprise.

En revanche, dans les projets susmentionnés de remplacement de « ranchos » précaires par des maisons, l’État a apporté son soutien avec la livraison de matériaux de construction. Pour le projet actuel de 48 logements, l’architecte Migdalia Reinosa souligne le soutien de la mairie de Caracas. En outre, l’Institut National des Terres a cédé 600 hectares dans l’État de Guárico à la Commune « El Panal « , pour la « production de céréales et de viande ».

Dans le domaine de la formation technique, l’Institut national de formation et d’éducation socialiste (INCES) fournit un soutien avec différents cours. Judith Guerra évoque le soutien que la commune reçoit du vice-ministère de la formation communale. Gabriela Reyes, actuelle vice-ministre de la formation communale, souligne l’effort réalisé dans le domaine de la formation communautaire, en nouant la formation technique avec la formation politique, car les deux sont fondamentales pour que les communes aient un avenir générationnel. Elle assure qu’il y a « plus de 100 communes solides en termes de productivité et de formation politico-idéologique », et que la commune d’El Panal est une des grandes références […] pour de nombreuses communes du pays ».

Le gouvernement bolivarien et le président Hugo Chávez ont commencé à édifier toute une architecture juridique pour promouvoir et légaliser l’idée de la commune. Parmi les instruments juridiques approuvés, les suivants se distinguent : la Loi organique du pouvoir populaire (Assemblée nationale, 2010c :); la Loi organique des communes (Assemblée nationale, 2010b :); la Loi organique des Communes (Assemblée nationale, 2010b) ; et la Loi organique du système économique communal (Assemblée nationale, 2010a).

Le gouvernement Chávez a créé un outil ministériel au service des communes : le ministère des communes et des mouvements sociaux, et a revendiqué politiquement et symboliquement l’utopie de la construction d’un État Communal pour remplacer « l’État bourgeois et représentatif ».

Cependant, l’appareil juridique n’est pas suffisant et, selon certains membres d’ »El Panal », la production communale doit avoir la priorité sur l’entreprise privée. Pour Salvador Salas: « Nous voulons que l’État traite les communes différemment des privés en termes d’imposition. Par exemple, nous ne voulons pas payer de droits d’importation sur les matières premières ». Ana Caona considère que « les institutions de l’État continuent de parier sur la commune […] certains organismes d’État nous ont fait confiance, certains organismes d’État […] nous ont fait confiance, mais la relation a été de sujet à sujet ».

Judith Guerra affirme que « le gouvernement révolutionnaire a été très favorable à cette commune, mais nous ne pouvons pas vivre à la mamelle du gouvernement […] maintenant le temps est venu pour la commune de se mettre au travail, qu’elle soit plus autonome, nous avons déjà nos propres moyens de production et nous ne sommes plus aussi dépendants ». Salas : « l’État continue à nous financer, bien sûr, bien qu’aujourd’hui beaucoup moins qu’au début, et nous rêvons à l’avenir de ne pas demander d’argent à l’État […]. nous voulons proposer à l’État de nous laisser exploiter certains puits de pétrole […] une source qui nous permette de développer la production et de ne pas avoir à nous battre chaque année avec l’État pour obtenir un soutien ».

Robert Longa : « avec les secteurs bureaucratisés, il y aura toujours des contradictions, mais je pense que nous sommes dans une guerre économique et que c’est à la commune d’assumer ses responsabilités envers l’État et de faire son autocritique. C’est aux membres de la communauté de rendre compte des choses que nous avons reçues de l’État […]. qu’avons-nous fait ? […] on ne peut pas être un enfant gâté. Nous ne voulons pas être dépendants […] notre horizon est de dépasser l’État ».

Source : https://venezuelainfos.wordpress.com/2022/03/23/ici-il-ny-a-pas-de-patron-la-commune-populaire-el-panal-au-venezuela/