“Le Venezuela a montré qu’une voie différente du néolibéralisme est possible”

La résistance du Venezuela aux assauts impériaux de Washington a déclenché une nouvelle vague progressiste en Amérique latine. Cuba donne des leçons au monde avec ses vaccins malgré le blocus. La présence croissante en Amérique latine, la Chine représente un défi majeur pour les États-Unis… Ce sont les sujets que nous avons abordés avec Hernando Calvo Ospina.

– Même au Chili, patrie du néolibéralisme, un candidat progressiste a remporté la victoire. Quelle importance a eu la résistance du Venezuela bolivarien dans l’arrivée de cette nouvelle vague progressiste en Amérique latine ?

– Tout comme Cuba, avec sa révolution de 1959, a donné au continent une secousse aux conséquences inimaginables et durables, au point d’obliger les États-Unis à repenser leurs stratégies dans tous les sens du terme, l’arrivée du président Chavez au gouvernement vénézuélien et la décision de mener à bien la révolution bolivarienne ont à nouveau secoué le continent et beaucoup de choses n’ont plus jamais été les mêmes.

De la même manière que Washington a réagi pour stopper l’expansion de l’exemple cubain, en parsemant l’Amérique latine de dictatures, avant que l’exemple de Chavez ne conduise de nombreuses nations à des gouvernements progressistes et révolutionnaires, il a également réagi en utilisant les organes de l’État, comme le pouvoir judiciaire ou le pouvoir législatif, pour se débarrasser d’eux et installer ses sbires au pouvoir.

Dans les deux cas, la propagande des médias dominants, pleine de faussetés, a tenté de faire apparaître ces deux projets politiques comme les pires pour l’avenir des autres peuples. Menacer avec « castrochavisme » s’est transformé en une sorte de virus si un candidat progressiste était élu.

La plupart des gouvernements progressistes ayant été acculés ou vaincus, les États-Unis ont concentré leurs efforts sur la chute du Venezuela, surtout après la mort du président Chávez. Ils pensaient que le président Maduro serait renversé en peu de temps. De plus, comme Cuba est le joyau de la couronne, et le Venezuela la couronne, s’ils renversaient le Venezuela, Cuba sombrerait dans les Caraïbes pour toujours.

Mais non, le Venezuela a résisté et résiste. Maduro et son gouvernement ont fait preuve d’une incroyable sagacité politique en résistant et en finissant par battre Washington, démontrant son incapacité politique lorsqu’il ne peut agir par des bombes et des invasions, de mèche avec ses complices.

Cet exemple de résistance bolivarienne a servi à montrer aux gens qu’une autre voie que celle du néolibéralisme est possible : même Cuba, avec ses ressources limitées, est un exemple à bien des égards, comme son système de santé.

– Cette année, des élections présidentielles sont prévues dans deux pays, le Brésil et la Colombie, où les candidats progressistes ont de bonnes chances d’être élus. La chute de ces deux bastions néolibéraux pourrait-elle marquer la défaite définitive du néolibéralisme dans la région et le début d’un nouveau cycle intégrationniste ?

– C’est tout à fait possible. Et ce serait un coup terrible pour Washington. Mais attention, car l’enjeu pour Washington n’est pas mince. Le fait est que la Colombie est son principal allié stratégique, au point d’avoir été inclus dans l’OTAN ! La Colombie est un pays envahi par les troupes étasuniennes et alliées. Il est leur principal complice dans la déstabilisation du Venezuela, qui est crucial pour Washington. L’importance de la Colombie peut être mesurée par l’aveuglement de Washington face à un État narco-paramilitaire. Le candidat de l’opposition, Petro, serait-il capable d’inverser ne serait-ce qu’une fraction de ce que cet État représente pour Washington et le commerce international de la drogue ? Il devra faire face à un État, avec son establishment militaire, qui est organisé et entraîné selon le concept anticommuniste de l’ennemi intérieur, la doctrine de sécurité nationale et le narco-paramilitarisme comme parties essentielles de son être.

Et le Brésil. N’oublions pas qu’il s’agit de la principale puissance d’Amérique latine. N’oublions pas que Lula et Dilma ont à peine pu toucher quelques cheveux de la tête du système. Malgré cela, ils sont parvenus à réaliser de grands progrès sociaux et ont fortement encouragé l’intégration latino-américaine. Avec Bolsonaro, le système de droite corrompu et anti-populaire s’est terriblement ancré. Avec Bolsonaro, le Brésil est redevenu un allié stratégique de Washington.

Si Petro et Lula arrivaient au gouvernement, ce qui n’est pas la même chose qu’avoir le pouvoir, ils seraient confrontés à des pouvoirs qui, sans mobilisation, ne pourraient rien faire ou presque, sans exclure un coup d’État.

Ah, mais seule l’arrivée de ces deux leaders au gouvernement favoriserait l’intégration latino-américaine. Et les gouvernements progressistes et révolutionnaires seront renforcés, de l’Argentine au Chili, au Pérou, au Honduras, et aux principales cibles que Washington veut détruire : le Nicaragua, le Venezuela et Cuba. N’oublions pas le soutien important qui sera apporté au Mexique, autre puissance latine, qui avec Lopez Obrador mise beaucoup sur le respect de la souveraineté. Je répète : seulement avec leurs triomphes.

– Malgré un blocus criminel en place depuis plus de soixante ans, Cuba a réussi à mettre au point ses propres vaccins contre le Covid, à faire face à la pandémie bien mieux que de nombreux pays occidentaux et à envoyer ses propres médecins dans les pays qui en avaient besoin, comme l’Italie. Quelle est, selon vous, la leçon que les pays riches pourraient tirer de Cuba ?

– Les riches pays européens pensent qu’ils sont nos parents et les États-Unis pensent qu’ils sont nos propriétaires, et ils agissent comme tels. Ni les « parents » ni les « propriétaires » pensent qu’ils n’ont rien à apprendre, si ce n’est les erreurs qu’ils commettent et pour lesquelles nous devrions nous échapper de leurs griffes. Ce n’est pas seulement leur arrogance qui les rend aveugles au développement scientifique de Cuba, ce sont les milliards que gagnent leurs entreprises pharmaceutiques. N’oubliez pas que beaucoup de ceux qui dirigent ces gouvernements ont des relations étroites avec ces entreprises.

Je pense qu’avec cette attitude consistant à ne considérer que l’aspect financier, une partie importante de leur population souffre également du manque de vaccins, tandis que nombreux sont ceux qui descendent dans la rue pour protester en raison de leur méfiance à l’égard des vaccins proposés, et parce qu’ils ne sont pas autorisés à choisir d’autres vaccins produits à Cuba, en Russie ou en Chine, dont on sait qu’ils sont beaucoup plus efficaces.

Mais le plus important dans cette façon purement financière de gérer les soins de santé, c’est que la plupart des êtres humains dans le monde n’ont pas accès aux vaccins et aux soins de santé, y compris aux États-Unis et dans la riche Europe. C’est l’une des raisons pour lesquelles le virus ne peut être contrôlé.

– Même le Venezuela bolivarien, frappé par des sanctions impériales brutales et la déstabilisation continue de Washington, est sur la voie du redressement. Est-ce l’année de la reprise complète pour Caracas ?

– C’est ce que nous attendons. C’est ce que montrent les indicateurs. Mais pour cela, comme l’a répété le président Maduro, il est essentiel que les infiltrés dans les hautes sphères de l’État soient démasqués et remplacés par ceux qui croient vraiment en la Révolution. Ce qui est certain, c’est qu’ils sont en train d’émerger de l’abîme dans lequel Washington voulait enterrer la Révolution. Mais nous ne pouvons pas dormir sur nos deux oreilles : Washington ne dort pas, et le Venezuela reste une cible stratégique à détruire.

– Le Nicaragua a rompu ses relations avec Taïwan et rétabli ses relations diplomatiques avec la République populaire de Chine, et s’est dit prêt à participer activement à la construction de la nouvelle route de la soie. La même chose pourrait se produire au Honduras avec l’installation de la nouvelle présidente Xiomara Castro. Cuba a officiellement adhéré, et il y a ensuite d’autres pays, comme le Venezuela, avec lesquels la Chine entretient des relations importantes et établies. Quels sont les avantages pour les pays et les peuples de la région de cette relation de plus en plus forte avec le géant asiatique ? Peut-on considérer que l’époque où l’Amérique latine était l’”arrière-cour” des États-Unis est révolue ?

– Je pense qu’il est trop tôt pour dire que l’Amérique latine cessera bientôt d’être l’arrière-cour de Washington. Il y a beaucoup de travail à faire, et les bourgeoisies de ces nations sont attirées par le Nord.

Ce qui est certain, c’est que la Chine est déjà très présente en Amérique latine. Il est possible que, sur le plan économique, elle dépasse les États-Unis. Et cela peut être constaté à l’aide d’exemples simples : dans de nombreux endroits éloignés des grandes villes, vous pouvez trouver un petit magasin tenu par des Chinois ou rempli de produits chinois (il est rare de trouver aujourd’hui un produit dans le monde qui ne contienne pas quelque chose de chinois). Sans parler de l’Afrique !

Un autre exemple concret : J’ai appris directement d’un fonctionnaire du département d’État en 2012 que les États-Unis avaient trois raisons de promouvoir les négociations et le désarmement des guérilleros des FARC. L’une d’entre elles était de pouvoir entrer dans les territoires contrôlés par la guérilla : il n’y avait que des entreprises chinoises sur place. Parce que les États-Unis n’ont jamais respecté la population. Avant l’arrivée de leurs entreprises, il y avait la répression et la mort. Puis ils volent tout et ne laissent rien.

Au contraire, le gouvernement chinois n’a jamais envoyé de conseillers militaires pour enseigner la torture et le meurtre. Il n’a jamais essayé de renverser un gouvernement démocratiquement élu. Il respecte les lois des pays et les contrats qu’il signe (très différent de la pratique des entreprises étasuniennes). Ils arrivent en souriant dans les territoires, ils construisent des écoles et des centres de santé, ils construisent des routes. C’est la réalité !

Source : https://www.legrandsoir.info/venezuela-a-montre-qu-une-voie-differente-du-neoliberalisme-est-possible.html