Le président Luis Acre souligne le retour de la Bolivie sur le chemin de la croissance économique.

Le chef d’État a présidé la célébration du treizième anniversaire de la Journée de l’État plurinational de Bolivie.

Le président de la Bolivie, Luis Arce Catacora a souligné ce samedi qu’en moins de deux ans, après le coup d’État de novembre 2019, le pays a retrouvé le chemin de la croissance économique, avec 8,9 % à la fin du troisième trimestre 2021, et de la redistribution des revenus pour lutter contre la pauvreté et réduire les inégalités.

Dans son message à la nation à l’occasion du treizième anniversaire du Jour de l’État plurinational de Bolivie, prononcé depuis la Casa Grande del Pueblo, à La Paz, le chef de l’État a déclaré que cette croissance est le résultat de la reprise du modèle de croissance avec inclusion sociale après la victoire populaire qui a vaincu le régime du coup d’État.

Il a rappelé qu’au troisième trimestre de 2020, pendant l’administration du gouvernement de facto, la récession était de -12,6 %, une baisse jamais vue depuis près de sept décennies, a-t-il dit.

Il a ajouté que les décisions prises par son gouvernement contribuent à maintenir la stabilité des prix et le plus bas taux d’inflation de la région, et permettront une croissance économique d’environ 6 % en 2022.

Il a mentionné que le chômage, qui a atteint un niveau record de 11,6 % en juillet 2020 (pendant le mandat des putschistes), a été considérablement réduit, et en novembre 2021, il s’élevait à 5,2 %.

Selon lui, l’industrialisation de la production et la substitution des importations permettront de générer et de redistribuer davantage de revenus, ce qui stimulera les programmes sociaux, la lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités.

Parmi les réalisations dans le domaine social, il a souligné que la pauvreté extrême et la pauvreté modérée ont été réduites à des niveaux que le pays n’avait jamais connus auparavant, et qui se situent actuellement à 11 et 33 %, respectivement.

Arce a déclaré que pour continuer à avancer vers une société égalitaire, une lutte ininterrompue contre l’impérialisme, le capitalisme et le néocolonialisme doit être menée avec plus de politiques sociales, plus de mobilisations et plus de conscience.

Il a souligné que cette triade d’outils et la conscience et l’unité du peuple peuvent vaincre l’impérialisme et ses opérateurs politiques internes, créant ainsi de meilleures conditions pour léguer un pays plus prospère et plus juste aux jeunes générations.

Dans son message, il a souligné que l’État plurinational de Bolivie inclut tous les peuples sans discrimination et que sa proclamation est le résultat de la révolution démocratique et culturelle, qui a élargi les droits, renforcé la participation politique et permis la récupération de ressources naturelles stratégiques.

Selon lui, l’État plurinational ne signifie pas seulement la reconnaissance des nationalités et la redéfinition des institutions, mais aussi la construction d’une société, d’un État et d’un modèle économique alternatif au capitalisme néolibéral, ainsi qu’un projet politique qui tienne compte des secteurs populaires.

Les actes cérémoniels de la Journée de l’État plurinational de Bolivie ont également été suivis par le vice-président David Choquehuanca, ainsi que par les présidents du Sénat et de la Chambre des députés, Andrónico Rodríguez et Freddy Mamani, respectivement.

La Journée de l’État plurinational est célébrée chaque 22 janvier. Elle commémore la rédaction et l’approbation de la nouvelle Constitution politique de l’État de Bolivie, qui a eu lieu en 2009, et représente la consolidation de la naissance de la Révolution démocratique et culturelle dans cette nation sud-américaine.

Autres actes protocolaires :

Un peu plus tôt, dans la Casa Grande del Pueblo, Choquehuanca s’est adressé aux représentants des 36 nationalités et organisations populaires boliviennes.

Dans son discours, il a appelé à construire la fraternité et un espace commun où le peuple peut être entendu, gouverner et participer à la construction d’une société toujours plus inclusive, transparente et avec plus de justice sociale.

Il a rappelé qu’entre 2006 et 2019, le peuple bolivien s’est réveillé et l’État a promu des politiques inclusives et des solutions réelles aux problèmes du pays. Il a souligné que le processus de changement du modèle néolibéral vers un autre type de société, qui a repris après l’année du gouvernement de fait qui a suivi le coup d’État de 2019, est consubstantiel à la philosophie du bien vivre.

Le vice-président bolivien a appelé à travailler davantage à la construction d’une identité plurinationale afin de consolider une communauté politique qui continue à relier l’État et la société de manière harmonieuse et lui permette de fournir une contribution au reste du monde.

Il a également appelé à travailler sur la question de la complémentarité afin de réduire la violence, le racisme et la discrimination, et de construire une barrière contre la recolonisation et l’avidité pour les ressources naturelles.

Les actes officiels de la date d’anniversaire ont été précédés d’une cérémonie ancestrale en hommage à Pachamama et à l’unité des peuples, à laquelle ont également assisté Arce, Choquehuanca, Rodríguez et Mamani.

Source : https://www.telesurtv.net/news/presidente-luis-arce-dia-estado-plurinacional-bolivia-20220122-0005.html?utm_source=planisys&utm_medium=NewsletterEspa%C3%B1ol&utm_campaign=NewsletterEspa%C3%83%C2%B1ol&utm_content=7