Le Congrès brésilien passe outre le veto de Bolsonaro au soutien les agriculteurs

La loi approuvée garantit à l’agriculteur le transfert de 3 000 reais par famille. | Photo : Twitter @MST_Official

Publié le 18 décembre 2021

La loi Assis de Carvalho II prévoit des mesures d’aide aux petits agriculteurs pour atténuer les effets de la pandémie de Covid-19.

Le Congrès brésilien a annulé vendredi, avec le vote du Parti des travailleurs, le veto du président Jair Bolsonaro aux mesures d’urgence en faveur des petits agriculteurs qui produisent 70% de la nourriture consommée par les ménages brésiliens.

La loi Assis de Carvalho II prévoit des mesures d’aide aux petits agriculteurs afin d’atténuer les effets de la pandémie de Covid-19. Le veto présidentiel ayant été révoqué, la loi sera promulguée par le Congrès.

Au Sénat, la proposition du député Pedro Uczai (PT) a été introduite par le législateur Paulo Rocha, et approuvée à l’unanimité. Le veto a été annoncé le 17 septembre, et a été immédiatement désavoué par les organisations sociales et civiles, de même que par les partis politiques.

Finalement, la justice a été rendue. Rejeter le veto, c’est garantir le soutien de ceux qui sont responsables d’une grande partie de la nourriture qui se retrouve dans les assiettes des Brésiliens. Maintenant, Bolsonaro ne pourra plus refuser d’assurer des fonds et d’aider les personnes humbles de la campagne”, a relevé Paulo Rocha.

Portant le nom du député du PT décédé en 2020, la loi Assis de Carvalho II prévoit l’adoption de mesures d’urgence avant le 31 décembre 2022. Parmi ces actions :

– Prolongation des dettes des exploitations familiales rurales pendant un an après le dernier versement ;

– Aide de 2 500 R$ pour chaque famille ;

– Garantie à l’agriculteur le transfert de R$ 3 000 par famille ;

– Mise en place de citernes ou d’autres technologies pour accéder à l’eau pour la consommation humaine et la production alimentaire ;

– Mesures d’urgence pour soutenir les agriculteurs familiaux pendant la durée de la crise socio-économique provoquée par la pandémie.

Cette loi prévoit également la création de lignes de crédit pour le coût et l’investissement des activités liées à la production d’aliments de base et de lait.

Chaque prêt est assorti d’un taux d’intérêt nul et d’une période d’échéance d’au moins 10 ans, y compris une période de grâce pouvant aller jusqu’à cinq ans, avec des ressources de crédit rural contrôlées et non contrôlées.

Responsables d’environ 70 % de la nourriture consommée par les ménages brésiliens, les familles paysannes de tout le pays rencontrent des difficultés pour produire et vendre leur production d’aliments, ce qui aggrave l’insécurité alimentaire qui touche la population.

” La loi est importante pour ses mesures, comme les ressources économiques non remboursables pour encourager la production alimentaire, l’installation de citernes et d’autres technologies pour accéder à l’eau, une mesure fondamentale car là où il y a de l’insécurité hydrique, il y a de la faim “, explique l’anthropologue Maria Emília Pacheco, membre de l’Articulation nationale d’agroécologie (ANA).

Par ailleurs, le Congrès a rétabli le Fonds Spécial pour le Financement des Campagnes (FEFC) destiné à financer les campagnes électorales de 2022 à hauteur de 5,7 milliards de R$ en renversant le veto de Bolsonaro, qui cherchait à réduire le montant à moins de la moitié.

À la Chambre, le résultat a été de 317 voix contre 146, et au Sénat, de 53 contre 21. La question passe à la promulgation.

Source : teleSUR

Traduction : FAL 33