Pérou: Tentative avortée de destitution de Pedro Castillo.

Une tentative pour destituer le président Pedro Castillo a avorté aujourd’hui suite au rejet de diverses forces politiques qui l’ont considérée comme inacceptable et même comme une tentative de coup d’Etat et de déstabilisation.

Ceux qui sont montés en première ligne pour rejeter la proposition de la polémique et et vociférante députée d’extrême-droite Patricia Chilenos ont été, au-delà de leurs diverses tendances, les membres du groupe du parti au Gouvernement, Pérou Libre (PL).

« Ainsi, la majorité au Congrès commence à commettre des abus: une motion destinée à destituer le président et un projet d loi destiné à annuler le droit de faire un referendum concernant l’Assemblée Constituante. Vous ne passerez pas, putschistes! » a déclaré le député » Guillermo Bermejo, de Pérou Libre.

Il évoquait ainsi le projet du groupe Le Pays Avance de Chirinos destiné à interdite d’organiser des referendum qui vont contre la constitution néolibérale de 1993, que la gauche et déprogramme de gouvernement envisagent de remplacer grâce à. une Assemblée Constituante.

« Nous ne pouvons concevoir qu’une personne avide de pouvoir envisage dans l’ombre de destituer le président grâce à la députée Chirinos, a dit la députée Kelly Portolatino.

Elle a suggéré, en montrant une photo de Chirinos avec la vice-présidente, Dina Boluarte, que celle-ci serait derrière la tentative avortée bien qu’elle ait déclaré hier que la destitution du président n’était pas à l’ordre du jour.

Le parti Nouveau Pérou, qui gouverne avec Pérou Libre, a exprimé son « rejet absolu de la motion de destitution du président présentée par la députée Chirinos, représentante des secteurs les plus discutables qui ont gouverné pendant des années el Callao, » le port de Lima.

Le groupe d’Action Populaire (AP), le parti de Maricarmen Alva, a écarté fermement la destitution du président et a affirmé que « le président Castillo doit réparer ses erreurs en prenant les meilleures décisions: retirer les personnes qui ne sont pas d’accord avec sa gestion » et il a ajouté que « ce n’est pas le moment d’engager le pays dans une autre crise. »

Les porte-parole des groupes de centre-droite Alliance pour le Porgrès, Eduardo Salhuana, et de Podemos Pérou, Carlos Anderson, ont également rejeté la motion présentée par Chirinos et ont tous 2 indiqué que la personne qui l’a faite ne cherche qu’à se faire remarquer.

Les ministres de la femme, Anahí Durand, et de la Santé, Hernando Cevallos, ont dit que les membres du Congrès putschistes portent atteinte à la volonté du peuple et qu’il existe des forces qui n’acceptent pas la réalité, que Castillo a gagné les élections présidentielles.

L’historienne Carmen McEvoy a rappelé le parcours de Chirinos, liée à un groupe d’autorités du port voisin del Callao emprisonnées pour corruption alors qu’elle était maire d’une municipalité de ce territoire.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos.