Des organisations appellent à de nouvelles manifestations en Colombie

Les manifestants ont fait échouer la réforme fiscale, mais continueront à demander au gouvernement de se conformer aux demandes en suspens. | Photo : Blu Radio

Posté le 3 mai 2021

Ils dénoncent environ 1 000 cas d’abus policiers lors des marches de ces derniers jours.

Les organisations sociales et indigènes, les syndicalistes et les étudiants ont annoncé lundi en Colombie qu’ils maintiendront les mobilisations dans les rues, car bien qu’ils aient vaincu la réforme fiscale promue par le président Iván Duque, son gouvernement attend toujours la réponse à plusieurs demandes populaires.

Les organisateurs de la manifestation sociale de ces derniers jours ont reconnu dans un communiqué avoir gagné “une première bataille contre la décision du gouvernement de retirer la réforme fiscale”.

En même temps, ils maintiennent que la lutte ne sera pas gagnée “tant que le paquet entier de Duque ne sera pas retiré, ce qui inclut la réforme du travail, la réforme de la santé et la réforme des pensions”.

Les manifestants demandent également que justice soit rendue aux “personnes tuées, blessées et capturées dans ce travail ardu de mobilisation”, et que le gouvernement crée de véritables garanties pour l’intégrité des leaders sociaux et des signataires de la paix, qui sont les cibles systématiques de la violence politique.

Jusqu’à dimanche, la répression des manifestations a provoqué 21 homicides, 42 abus et agressions contre des défenseurs des droits de l’homme et des reporters indépendants, plus de 200 blessés, dix actes de violence sexuelle et sexiste, et la détention de 503 personnes.

Les personnes mobilisées à Cali (Valle del Cauca) ont donné à la protestation le caractère de “grève civique indéfinie” et ont appelé à continuer à remplir les rues. Pour ce lundi, plusieurs routes devaient être fermées dans cette ville.

Toujours à Bogota, de nouvelles marches ont été appelées pour les prochains jours, en rejet des décisions et de la répression du gouvernement. Aux premières heures de lundi, des blocages intermittents du réseau de bus TransMilenio ont eu lieu dans la capitale.

Des centaines de personnes ont ainsi dû marcher pour trouver un moyen de transport ou se rendre au travail. En outre, les chauffeurs de taxi ont provoqué des barrages routiers et les chauffeurs de camions de marchandises ont organisé un sit-in.

Selon des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, des manifestations de chauffeurs de taxi ont été signalées à Barranquilla (Atlántico), Cartagena (Bolívar), Medellín (Antioquia) et plus de 2 000 chauffeurs de taxi se sont mis en grève à Cúcuta (Nord de Santander).

En outre, plusieurs succursales bancaires à Bucaramanga (Santander) et des dommages aux stations de métro de cette ville ont été signalés.

Les peuples indigènes du Cauca resteront également en grève, eux qui ont assuré dimanche qu’ils ne quitteront pas les points où ils sont concentrés tant que le retrait de la réforme fiscale ne sera pas officialisé et que la réforme de la santé ne sera pas annulée.

Entre autres aspects, les organisations indigènes rejettent la violence, l’extermination de leurs peuples et les attaques contre les dirigeants et les gouverneurs de leurs réserves dans différentes parties du pays.

Ils demandent également au gouvernement de prendre des mesures efficaces pour protéger leurs territoires ancestraux et mettent en garde contre les risques liés à l’utilisation de l’armée pour contrôler la contestation sociale.

Source: Telesur

Traduction: FAL 33