L’avocat Harrison Salcedo assassiné dans le nord de Quito

Après le meurtre de l’avocat, une dispute à la Penitenciaría del Litoral de Guayaquil s’est terminée par un bilan de quatre morts | Photo : @pichinchauniver

Publié le 28 avril 2021

Harrison Salcedo était l’avocat de l’ancien vice-président Jorge Glass.

Ce mercredi, un meurtre de type sicariato a été signalé dans le nord de Quito, sur les avenues República et 6 de diciembre, vers 09H00 locales (14H00 GMT). La victime était Harrison Salcedo, avocat de l’ancien vice-président Jorge Glass.

Selon le rapport préliminaire, Salcedo, qui était également l’avocat du leader assassiné de Los Choneros, José Luis Zambrano, a été intercepté alors qu’il conduisait sa voiture et a été abattu par deux hommes à moto. Après les coups de feu, la victime a perdu le contrôle du véhicule et s’est encastrée dans un concessionnaire automobile.

Selon les témoins présents sur les lieux, l’identité correspond à l’avocat. Selon eux, c’est la première fois qu’une telle chose se produit dans la région. A ce jour, le motif du crime est inconnu et la version officielle de la police nationale est attendue.

Pendant ce temps, le directeur des opérations du service des incendies de Quito, Jorge Almeida, a expliqué que Salcedo était seul dans la voiture, mais ne peut pas confirmer le nombre de tirs qu’il a reçus. Il a également indiqué que des membres de la famille étaient déjà sur les lieux, mais n’a pas voulu confirmer l’identité de la victime.

Au milieu de l’année 2020, Salcedo a obtenu la libération du leader de Los Choneros et le 6 juillet de la même année, Jorge Zambrano a quitté le centre de réhabilitation de Cotopaxi.

Six mois plus tard, Zambrano a été abattu dans un centre commercial de la ville de Manta, un incident qui fait toujours l’objet d’une enquête.

Après cet incident, une fusillade a eu lieu dans les salles de la Penitenciaría del Litoral, dans le village de Daule, selon l’avocat de l’un des détenus, Héctor Gabriel Vargas.

“Je défendais mon client qui est présumé innocent. Il était via télématique de la Penitenciaría del Litoral à Guayaquil. Nous avons entendu des coups de feu et vu nos accusés s’accroupir et demander de l’aide. Cela va au-delà des morts par assassinat à gages. Il y a une véritable crise de la politique pénitentiaire”, a déclaré l’avocat aux radios locales.

Pour Vargas, la politique pénitentiaire ne tient pas compte de la gravité du crime commis pour partager l’espace carcéral. “Dans ce pays, se rendre dans une prison est en soi un acte de torture car les conditions ne sont pas optimales pour les personnes privées de liberté et pour les citoyens qui n’ont pas encore été condamnés”, a-t-il déclaré.

Certains médias locaux ont rapporté que le différend opposait Los Choneros et Los Lobos. Jusqu’à présent, quatre détenus ont été déclarés morts et 12 ont été blessés, selon les informations des agents de la police judiciaire.

Les agents tentaient de contrôler la situation et collaboraient à l’évacuation des blessés.

Pour sa part, le ministre du gouvernement Gabriel Martínez a déclaré que la police contrôlait la tentative d’émeute et la fusillade.

“Au pays : devant les troubles enregistrés ce matin dans le Pénitencier de Guayaquil, la Police travaille ensemble avec le SNAI pour contrôler et mettre de l’ordre. Nous renforçons la sécurité des prisons dans tous les centres de réhabilitation sociale”, a-t-il annoncé dans un message sur le réseau social Twitter.

Le SNAI (Service national pour la prise en charge intégrale des personnes privées de liberté) attend des rapports complets sur l’incident.

Les rapports de police ont révélé que les émeutes ont pris naissance dans les pavillons sept, huit et 12. En outre, il a été expliqué que le conflit a été mené avec des armes longues de gros calibre et des explosifs tels que des grenades ont été trouvés.

Source: Telesur

Traduction: FAL 33