Pérou: Le changement ou la continuité néolibérale

Pérou Pérou | April 21, 2021

Anahi Durand était la responsable de l’élaboration du plan de gouvernement de Veronika Mendoza. Ce texte est une invitation au débat. Les 2 Rives

Le 11 avril 2021, les Péruviens sont allés voter dans un pays dévasté, où deux crises font rage. La première, une crise politique, liée à l’affaire Odebrecht qui implique des anciens présidents dans des affaires de corruption et l’instabilité politique qu’elle a révélée. La seconde, la tragédie de la situation sanitaire ; la pandémie a mis en évidence l’abandon du secteur public par l’État et a condamné des centaines de milliers de personnes à la mort, soit par le virus, soit par la faim et la pauvreté.

Face à un tel scénario, on s’attendait à ce que les élections soient très complexes. Le rejet de la classe politique et la désaffection se sont exprimés tout au long de la campagne par un pourcentage élevé d’électeurs indécis et une faible acceptation des 18 candidats en lice (deux dimanches avant les élections, 35% des électeurs n’avaient toujours pas décidé pour qui voter, et aucun candidat n’avait plus de 15%).

La droite péruvienne traverse une forte crise, avec Keiko Fujimori affaiblie et de nouvelles expressions, comme Hernando de Soto ou le religieux Rafael López Aliaga, sans décoller complètement. A gauche, Verónika Mendoza, candidate de la coalition Juntos por el Perú (Ensemble pour le Pérou), s’est distinguée dans les premières places des sondages jusqu’à peu avant les élections. Pedro Castillo, candidat de Perú Libre, apparaissait à peine dans les sondages.

Le 11 avril, cependant, Pedro Castillo est arrivé en tête avec 19 % des voix, suivi de Keiko Fujimori avec 13 %, tandis que Mendoza est resté en cinquième position avec 8 %. Comment expliquer ces résultats ? Je partage certaines idées et, comme j’ai fait partie de l’équipe de Juntos por el Perú, j’avance aussi des éléments d’équilibre, en essayant d’entrevoir des scénarios pour le scrutin du 6 juin, où sera défini le nouveau président (et avec lui, espérons-le, une issue à la crise du régime politique toujours en vigueur).

Le défi d’incarner le changement : Vero Mendoza et une campagne atypique

Juntos Por el Perú a participé aux élections, déterminé à convaincre la majorité du pays qu’il était l’alternative de changement pour sortir de la crise. Dès le début, il a brandi la bannière d’une nouvelle Constitution et présenté un plan gouvernemental qui détaillait les politiques et les programmes destinés à faire face à la pandémie et à relancer l’économie. En outre, elle a présenté une équipe gouvernementale composée de professionnels reconnus et liés aux luttes sociales, qui garantirait la viabilité des changements.

Veronika a fait le tour du pays avec sa proposition de “changement réel”, a expliqué son programme dans la presse, a rencontré des dirigeants d’organisations sociales, a rejoint un conglomérat d’activistes et a remporté les débats de loin, prouvant qu’elle était la meilleure candidate du moment. Mais tout cela n’a pas suffi, et la réalité nous oblige à tenter d’expliquer les mauvais résultats.

Il s’agit avant tout d’une contre-campagne systématique et permanente, menée sur deux fronts et visant des publics différents mais simultanés. De la part de la droite et de ses grands médias, comme le groupe El Comercio, la candidature de Mendoza a été systématiquement attaquée avec des accusations variées, allant de vouloir transformer le pays en un nouveau Venezuela à générer une hyperinflation, sans oublier le désormais classique terruqueo [criminalisation de la contestation à la péruvienne : accusation de terrorisme et d’association avec le Sentier Lumineux]. Les quotidiens Perú 21 et Willax sont allés encore plus loin, en faisant pression sur le jury électoral pour qu’il écarte Mendoza de la course électorale avec des sophismes sur des questions administratives.

Si ces manœuvres visaient la classe moyenne, pour les secteurs populaires, la contre-campagne présentait Juntos Por el Perú comme le parti de l'”idéologie du genre”. Des images, des audios et autres contrefaçons ont circulé sur Whatsapp et Facebook, accusant Mendoza de barbaries telles que l’encouragement à l’avortement ou la promotion de l’homosexualisation des enfants. Bien que la campagne de Vero ait eu pour priorité de s’adresser aux femmes avec des propositions liées à l’économie populaire, comme la “Pensión mujer” ou le système de soins avec des garderies et des centres pour adultes, il n’a pas été possible de contrecarrer les mensonges diffusés. Avec beaucoup de ressources et de multiples opérateurs – y compris l’autre parti de gauche – le récit selon lequel un éventuel gouvernement Mendoza n’apporterait que crise économique, chaos et destruction de la famille a été installé.

Parmi les facteurs internes qui ont empêché la victoire de Mendoza, il faut reconnaître, en premier lieu, le manque d’enracinement territorial qui faciliterait une base à partir de laquelle grandir et s’ajouter. Bien qu’en 2016, Verónika ait attiré la majorité des votes de la région sud des Andes, elle n’a pas réussi à consolider le travail organique qui lui aurait permis de poser des bases solides.

Les élections complémentaires du Congrès de 2020, en ce sens, ont été un avertissement que le sud penchait vers un agenda conservateur en matière sociale et radical en matière de redistribution, en votant lors de cette opportunité pour le parti d’Antauro Humala. En janvier, les sondages ont montré que le sud soutenait le centriste Yoni Lescano ; malgré l’insistance à visiter des régions comme Cusco ou Puno, Mendoza et Juntos Por el Perú n’étaient plus une option.

Un autre aspect important est lié aux articulations sociales et aux secteurs organisés qui ont accompagné Juntos Por el Perú dans cette campagne, comme les syndicats historiquement liés aux partis de gauche et aujourd’hui fortement usés et bureaucratisés, comme le syndicat des enseignants (SUTEP) ou la Centrale des travailleurs (CGTP). Alors que Castillo s’articulait avec les organisations émergentes du monde populaire, comme les ronderos, et surtout les enseignants non syndiqués, Mendoza avait affaire à une structure syndicale usée qui tardait à susciter l’enthousiasme et à mobiliser les électeurs.

A ces facteurs s’ajoutent la précarité économique et une campagne atypique en pleine pandémie, avec des quarantaines et des protocoles que Juntos Por el Perú devait respecter. On peut également mentionner le ton plus étatique que prenait la candidature de Mendoza, la pression médiatique l’obligeant à donner des explications programmatiques et à laisser de côté l’accent mis sur la protestation. Il est faux, comme certains le disent, que Mendoza se soit “déplacé vers le centre” ou ait donné la priorité aux programmes libéraux. Jusqu’à la fin, il a maintenu une position en faveur de changements profonds, réclamant une nouvelle constitution, un changement de modèle économique, un impôt sur les grandes fortunes, la nationalisation du gaz et une deuxième réforme agraire.

Il existe sans aucun doute d’autres éléments et des évaluations plus exhaustives seront nécessaires. Mais ce qui a été dit ci-dessus permet de comprendre pourquoi le meilleur candidat, celui qui avait les propositions les plus solides, n’a pas réussi à convaincre les majorités. Elle n’a d’ailleurs pas pu incarner l’option du changement, car un autre candidat a émergé avec quelque chose que Vero n’avait plus : l’avantage de la nouveauté.

Vertu et fortune : Pedro Castillo et l’avantage de la nouveauté

Selon Machiavel, un homme politique atteindra ses objectifs tant qu’il pourra développer habilement sa manière d’agir (vertu) dans les conditions historiques, y compris les contingences (fortune). Dans le Pérou dévasté par la pandémie et les crises superposées, les résultats du professeur Castillo pourraient s’expliquer dans ce registre, en mettant l’accent sur ce que lui et Perú Libre ont bien géré à leurs fins, ainsi que sur les aspects de la conjoncture qui les ont favorisés.

Tout d’abord, il faut reconnaître que déjà en 2016, à partir des 4% obtenus par Gregorio Santos, on savait qu’il y avait un électorat à la gauche de Verónika Mendoza. Il était donc important de configurer un bloc de forces pour le changement capable d’aller au second tour et de gagner le gouvernement. Conscients de cela, Mendoza et Juntos por el Perú ont tenté une alliance avec Perú Libre dans un processus qui, cependant, et principalement en raison de problèmes administratifs, n’a pas prospéré.

Les chemins bifurquent, car en 2021 Peru Libre a désigné comme candidat Pedro Castillo, un enseignant connu pour avoir mené la grève des enseignants de 2017 et dont on attendait au fond qu’il sauve l’inscription de son parti. Déjà dans la campagne, deux décisions judicieuses ressortent du Pérou Libre : premièrement, se concentrer territorialement dans le sud, où ils disposaient d’un militantisme actif et du soutien de milliers d’enseignants, et deuxièmement, ne pas convaincre les classes moyennes urbaines et éviter d’accéder aux grands médias, en donnant la priorité aux secteurs populaires par le biais de radios locales et d’un intense travail de porte-à-porte.

Il a également formulé un message très pragmatique avec des propositions spécifiques pour chaque secteur : aux travailleurs des transports, il a proposé de supprimer toutes les amendes, aux agriculteurs, il a offert des prêts immédiats, etc. Bien qu’aucune de ces propositions n’ait été retenue, l’indignation qu’il a exprimée a suffi à capter l’attention des Péruviens qui en ont assez des abus.

Mais d’un autre côté, la fortune joue, et comme le note également Machiavel, la fortune favorise les audacieux. Profitant du fait que la droite et les pouvoirs en place concentraient leurs forces pour battre Mendoza, Castillo a eu l’audace de se déplacer rapidement sur un terrain qu’il connaissait. Il parcourt, littéralement, les territoires ruraux, en désobéissant aux protocoles sanitaires ; il rassemble les foules, en priant au début des rassemblements et en s’exprimant simplement contre les mesures du gouvernement (une des cibles principales : la quarantaine détestée, qui affecte l’économie populaire).

Sa campagne dans les réseaux (principalement Facebook et Whatsapp) a diffusé ses propositions de manière laconique et a été consacrée, avant tout, à attaquer Vero, en diffusant des graphiques et des messages qui la présentaient comme la candidate de la “gauche light”, presque uniquement axée sur l'”idéologie du genre”. Ainsi, alors que la droite le sous-estimait, Castillo a tranquillement accumulé. Il a d’abord délogé Yoni Lescano dans le sud, puis Mendoza dans les secteurs populaires et, enfin, il a ajouté les électeurs indécis.

Au cours de la dernière semaine, la droite a détecté la croissance de Castillo et a commencé à l’attaquer, mais il était trop tard. À l’instar de ce qui s’est passé en janvier 2020, lorsque, dans les dix derniers jours de la campagne, les gens ont défini leur vote en faveur du FREPAP, le 11 avril a été un raz-de-marée en faveur de Castillo. Plutôt qu’un vote idéologique ou programmatique, qui opte pour la “vraie gauche”, il s’agit essentiellement d’un vote réactif qui rejette la classe politique et méprise l’establishment. Un vote qui, sans beaucoup d’informations, opte pour le plus récent, le “moins contaminé”.

Enfin, avec une performance et un discours plus terne que Goyo Santos, mais avec une détermination similaire, Pedro Castillo a atteint le deuxième tour. Avec le soutien et les ressources du parti Peru Libre, Castillo a fait ce qu’il savait faire : il s’est exprimé dans les médias locaux sur un ton contestataire et provocateur, a rempli les places publiques et a réussi à être dérangeant. Il a préservé sa base territoriale et sociale sans prendre de risques à Lima ou dans les villes de la côte, et moins préoccupé par la conquête de l’insaisissable classe moyenne. Il a également profité de la chance d’incarner la nouveauté et d’être moins associé à la classe politique.

La question qui se pose maintenant est de savoir si cela sera suffisant pour qu’il remporte la présidence de la République.

Prochaines étapes : préoccupations et défis

Les résultats des élections au Pérou révèlent que la crise politique est toujours ouverte. Les deux forces en présence au second tour représentent à peine 35% de l’électorat, et au niveau parlementaire la dispersion s’impose en dix petits groupes parlementaires, un nombre qui rendra difficile la recherche d’un consensus pour le nouveau gouvernement. Le résultat de la crise du cycle néolibéral imposé en 1992 sera transféré au second tour, où une période de changements dirigée par Castillo pourrait s’ouvrir ou, au contraire, acquérir une nouvelle force avec Keiko Fujimori à sa tête.

Dans ce contexte, Keiko a appelé à un regroupement autour de trois axes stratégiques : la défense de la Constitution de 1993, la préservation du modèle économique et la sauvegarde de la famille. Effrayés par l’éventuel triomphe de Castillo, que les grands médias présentent déjà comme la “menace communiste”, les secteurs de droite et libéraux ont soutenu Fujimori, y compris des leaders d’opinion qui étaient autrefois farouchement anti-Fujimori, comme le prix Nobel Mario Vargas Llosa.

Pour les secteurs progressistes, le scénario est complexe. Il existe un vote critique du modèle (environ 20%) qui choisit systématiquement les propositions de changement. En 2006 et 2011, elle a voté pour Humala, en 2016 pour Vero et en 2021 pour Castillo. Il s’agit d’un vote cohérent mais difficile à organiser, car il a tendance à aller à la recherche du “nouveau” : pas nécessairement l’outsider, mais quelqu’un qui est moins associé à la classe politique.

Pour gagner, M. Castillo doit relever le défi de doubler ce vote critique en convainquant la classe moyenne et les secteurs urbains de Lima et de la côte, où ses résultats étaient faibles. Pour l’instant, il a annoncé une rencontre avec Mendoza, qui a montré à son tour sa volonté de parler des axes programmatiques clés, tels que l’appel à une Assemblée constituante, un changement du modèle économique, les droits des femmes et une stratégie raisonnable pour faire face à la pandémie.

Il reste à voir quelles autres alliances tissera Castillo (personnage pragmatique, ancien candidat du Perú Posible d’Alejandro Toledo, et en même temps proche de l’aile la plus ultra-gauche du syndicat des enseignants), qui a également annoncé qu’il parlera avec De Soto malgré le désaccord de Vladimir Cerrón, président de Perú Libre, qui a un profil idéologique plus clairement de gauche.

Dans un pays dévasté, avec la crise de régime ouverte et la pandémie qui frappe durement une société repliée sur la famille, les élections du 6 juin auront un caractère plébiscitaire : en faveur de la continuité ou en faveur du changement. Mais il ne s’agit plus du “Changeons tout” que nous proposions depuis Juntos por El Perú. Le changement que les majorités populaires attendent aujourd’hui est un changement qui assure des valeurs conservatrices, respecte la famille traditionnelle et garantit un certain ordre pour préserver la vie. Nous ne savons pas encore si Pedro Castillo sera capable de rester le représentant de ce changement et, simultanément, de convaincre un autre secteur non moins important qui attend une plus grande ouverture progressiste. Nous ne savons pas non plus comment il va gérer la contre-campagne, qui a déjà commencé à alimenter les craintes de la population concernant l’hyperinflation, le terrorisme et le chômage.

Mais il y a une chose dont nous sommes convaincus : l’enjeu est trop important pour que les forces de gauche se mettent en retrait. Un résultat qui redonne vie au cycle néolibéral dans sa pire version – celle incarnée par Fujimori – signifierait le réalignement de la droite et une défaite stratégique pour le mouvement populaire. Les articulations doivent se faire sans cesser de contester le sens et l’ampleur des changements, en affirmant un horizon constitutif, avec le peuple mobilisé, avec humilité et suffisamment de hauteur de vue pour faire l’histoire. Car, comme l’a souligné à juste titre Mariátegui, “l’histoire, c’est la durée” et c’est de cela qu’il s’agit : resister, lutter, tomber, se relever et, espérons-le, gagner.

Anahi DURAND

Source: Jacobin – Traduction: Romain Migus

 

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.