Une police privée s’installe en territoire mapuche

Une société de sécurité dirigée par d’anciens carabiniers vient fournir des services aux hommes d’affaires dans le sud du Chili. Ils sont spécialisés dans les opérations tactiques et de renseignement. Outre l’important détachement de gardes de choc, ils disposent d’un équipement technologique avancé, similaire à celui utilisé par la police et l’armée.

VIP Seguridad est le nom de la société privée qui propose ses services aux grandes entreprises opérant au pays Mapuche, ainsi que dans les régions de Biobío, Los Lagos et Aysén au Chili.

Son arrivée dans la région répond à la demande croissante de sécurité de la part du secteur des affaires, dans le but de contenir l’intensification des processus de récupération territoriale d’un grand nombre de communautés Mapuches et, en même temps, d’arrêter les protestations contre les grands projets qui menacent l’environnement, comme les projets hydroélectriques et forestiers, entre autres.

Cette police privée des patrons, composée en majorité d’anciens membres des forces armées, est dirigée par Ralph Wladdimiro, qui en est le directeur général. Ce personnage est un officier retraité des Carabiniers, ancien GOPE – Groupe d’opérations spéciales de la police, qui a servi de garde du corps présidentiel dans les trois premiers gouvernements de l’ancienne coalition centre-droite (Aylwin, Frei et Lagos). Son dossier répressif souligne qu’il a reçu une formation aux États-Unis, pas moins qu’au Département d’État de ce pays, un cursus qui comprend des techniques de protection des personnes importantes (escorte), d’analyse, de contrôle et de lutte contre la guérilla avec une mention en neutralisation et désactivation d’explosifs.

Il est secondé dans l’entreprise par le directeur des opérations, Paulo Bustos, ancien officier des carabiniers (GOPE), expert en sécurité et en opérations spéciales, ayant servi en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo, en Albanie et ayant suivi une formation tactique en Irak.

Mais le secteur de la sécurité n’est pas nouveau dans le pays. Généralement, ces entreprises sont détenues par d’anciens carabiniers et militaires (y compris d’anciens CNI – police politique de Pinochet), qui ont trouvé une niche croissante dans la demande de gardes privés pour les entreprises de la sphère commerciale et ont connu une croissance soutenue depuis la rébellion du 18 octobre 2019. Ce qui est nouveau et en même temps dangereux, c’est que cette entreprise est la première à entrer dans le domaine de la répression et du renseignement à partir du monde privé (du moins légalement et ouvertement), devenant une sorte de police privée avec des pouvoirs qui étaient auparavant uniquement du ressort de la police.

VIP Seguridad a été créée il y a 10 ans et propose des services spécialisés dans la sécurité publique et privée. Son offre — outre le personnel de sécurité tactique — se concentre sur les activités de « renseignement policier », telles que l’analyse et la surveillance des personnes, des activités et des réseaux sociaux (ce qu’ils appellent le renseignement social). Elle dispose à cet effet de drones, d’hélicoptères et de technologies électroniques de pointe.

Des gardes de l’entreprise, avec des équipements tactiques spécifiques aux services qu’ils offrent.

Ils ont commencé par fournir des services aux grandes sociétés minières du nord du pays, puis se sont étendus aux gardes tactiques pour le commerce de détail, avec un personnel différent des gardes ordinaires, équipé et formé dans le style des anciennes forces spéciales des carabiniers, aujourd’hui rebaptisées unités de contrôle de l’ordre public (COP). Leurs opérations comprennent également des chiens d’attaque entraînés, entre autres ressources. C’est ainsi que son directeur général, Ralph Wladdimiro, définit le service fourni par son personnel : « Les gardes tactiques sont un service innovant que nous proposons, que nous avons mis sur le marché juste au moment de l’épidémie sociale. Il s’agit de personnel de sécurité qui se situe au-dessus des gardes normaux, qui a plus de capacités, plus de formation et, en outre, avec des équipements spécifiques, il peut remplir des fonctions où le garde conventionnel n’agit pas ».

Quant à son offre dans le délicat travail de renseignement, son directeur général le souligne : « Il existe de nombreuses sources d’information ouvertes et qui sont utiles, dans la mesure où elles sont analysées avec un objectif. Les réseaux sociaux de notre pays parlent et disent beaucoup de choses. Par exemple, lorsqu’une manifestation ou d’autres actions sont appelées, l’analyse de ces réseaux nous permet d’être prévenus. De cette façon, nous pouvons fournir au client un service de confinement, si nécessaire ».

Dans la même veine, il déclare l’utilisation d’éléments technologiques sophistiqués : « Le drone est un élément technologique qui a été innovant pour nous il y a quelques années, lorsque certains clients nous ont fait part de certaines exigences. Par exemple, dans les secteurs de l’exploitation minière ou de la production d’électricité, ils avaient besoin de surveiller leurs lignes de transmission afin d’éviter qu’elles ne soient exposées à des délits ou à des dommages, et nous leur avons proposé cet équipement qui vole à certaines heures et effectue toute la révision en ligne ».

Leurs capacités sont équivalentes à celles que possèdent les différentes polices, comme les drones équipés de caméras infrarouges, thermiques, de lecture des plaques d’immatriculation des véhicules et même de détection des visages.

Il semble que l’affaire soit en cours et ouvre un nouveau cycle de répression, cette fois-ci légalisé et non plus dans l’ombre comme cela a été fait jusqu’à aujourd’hui. La police privée est là pour rester, un autre signe de cette sorte de nouvelle dictature du 21ème siècle.

Par Amaru / diariovenceremos / traduit par venesol