L’origine de la concentration des richesses en Amérique latine

Jorge Molina Araneda et Patricio Mery Bell

17/12/2020

“La paupérisation a atteint non seulement les segments sociaux soumis au travail forcé, mais aussi les soi-disant agrégats sociaux, constitués par les hommes libres privés de capital.

Depuis des temps immémoriaux, la concentration de la richesse dans les mains de quelques-uns est une situation méprisée par la population et, comme nous le savons, il existe plusieurs passages bibliques, coraniques et bouddhistes dans lesquels il est fait référence à l’argent ou à la richesse accumulée comme une difficulté pour parvenir au salut.

L’ouvrage d’Adam Smith intitulé Research on the Nature and Causes of the Wealth of Nations (1776) est considéré comme le premier à traiter de l’économie du capitalisme et à inaugurer ainsi la théorie économique en tant que branche spécialisée des sciences sociales.

Smith a entrepris d’étudier comment l’accumulation se produit pour la richesse d’une société, mais n’a pas abordé le contraste entre les riches et les pauvres. Cependant, il a réussi à comprendre que du travail de l’ouvrier viennent les profits du capitaliste, bien qu’il considère ce fait comme une loi naturelle du système.

C’est Karl Marx (1818-1883) qui a réalisé l’incohérence théorique de Smith, et dans son ouvrage Capital (1867) il a prouvé qu’en fait, à la suite de Smith, du travail de l’ouvrier viennent les profits du capitaliste, mais ce que Smith n’a pas étudié, Marx l’a découvert, car il a fait fonctionner un mécanisme qu’il a appelé “plus-value”. En d’autres termes, la valeur créée par les travailleurs dans le processus de production, est supérieure à la valeur de leur force de travail et à celle de ce que le capitaliste s’approprie librement pour maintenir la propriété privée des moyens de production. Un autre facteur pertinent est la division sociale du travail, qui divise les gens entre ceux qui n’ont que leur force brute à offrir et ceux qui peuvent vendre leurs connaissances ; d’autre part, il a expliqué les facteurs de production : la terre, le travail et le capital, qui présentent les caractéristiques nécessaires pour générer des richesses parmi les travailleurs, les propriétaires de terres et de matières premières et les propriétaires de capital financier.

Le problème réside dans la tendance inéluctable de l’accumulation du capital à sa concentration dans quelques mains et dans la prépondérance donnée aux propriétaires du capital sur les travailleurs. Cette tendance trouve son origine dans le conflit que l’agent économique entretient avec d’autres agents pour obtenir un taux de profit supérieur à la moyenne de son marché, de son secteur et de la société ; un conflit qui trouve son origine dans la nécessité de battre les autres qui participent au marché pour éviter que leur entreprise ne meure de faim. Mais cet effort et ce dévouement pour atteindre un taux supérieur au taux moyen de profit et ainsi pouvoir battre ou dominer leurs adversaires, transforme leur travail et leurs efforts en un instrument de corruption des principes originaux du marché.

Selon cette hypothèse, il y aurait deux moments dans ce processus complexe : le premier, par lequel le capital est accumulé pour atteindre une position d’hégémonie sur le marché qui assure une certaine domination de la concurrence pour éviter la famine ou la faillite de votre entreprise. Le second, lorsque la nécessité de garantir la domination se transforme en un besoin d’accumuler des richesses. À ce second moment, le capital, qui au début n’était qu’un simple moyen de production (et de travail pour ceux qui n’en avaient pas), se transmue en un moyen de créer de la richesse pour ceux qui en ont.

À mesure que cette situation se “normalise” dans la société, que le secteur social qui possède les moyens de production se consolide, le premier moment génère les conditions d’émergence de marchés anormaux, gérés par quelques entreprises ; des marchés qui permettent des profits plus importants que ceux qui devraient exister sans eux. Ainsi, le “taux moyen de profit” dans cette société s’élève au-dessus du “taux naturel” nécessaire au fonctionnement optimal du marché, générant avec ce mouvement un déséquilibre systémique qui conduit à l’utilisation inutile de ressources et à des rémunérations indues.

Les différences actuelles, entre pays et sociétés, sont dantesques. Bien que les principaux pays d’Amérique latine aient déjà célébré le deuxième siècle de leur indépendance nationale, le processus de modernisation provoqué par l’expansion économique et sociale dérivée de la domination coloniale, exercée principalement par l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre, la Hollande et la France, n’a pas généré une répartition équitable du pouvoir, des revenus et des richesses. Au contraire, la forte concentration des revenus et du pouvoir a été l’un des piliers de l’expansion rapide de la richesse, qui s’est développée sans les mécanismes de justice redistributive comme ceux des pays développés.

Les causes de la concentration et de l’inégalité en Amérique latine

 – Insertion des colonies dans l’économie mondiale de l’époque. Pour commencer, nous devons souligner la volonté des monarchies du Portugal et de l’Espagne de contester, entre le XVe et le XVIIIe siècle, les positions supérieures dans le système économique qui se développait à cette époque. En d’autres termes, l’économie mondiale ibérique atlantique en Espagne était orientée vers l’expansion sous la forme d’un empire universel, tandis que le Portugal se dirigeait vers la conquête du marché international. Ainsi, le processus de colonisation, tant de l’Amérique espagnole que portugaise, a été fondamentalement caractérisé par l’exploitation des richesses associées à l’exclusivité métropolitaine, qui a privilégié la monoculture de produits primaires destinés à l’exportation (agriculture, élevage et extraction de minéraux et de légumes) vers les métropoles. Le manque d’engagement des métropoles dans le développement des colonies latino-américaines a immédiatement favorisé l’enrichissement de petits secteurs de la population locale, généralement liés aux activités de production et de commercialisation (exportation et importation de marchandises et traite des esclaves). Le reste de la population coloniale en formation est resté complètement en dehors de la génération de l’excédent économique.

 – Constitution du système agraire. Les colonisateurs portugais et espagnols ont immédiatement tenté de concevoir l’idée que les “Indiens” occupaient très mal la terre, revendiquant et assumant pour eux-mêmes, à cause de cela, le droit à la propriété et la fonction de décimer la population indigène, qui, à l’époque, était de 100 millions d’individus. La situation au Mexique, en particulier, est remarquable quant à la rapidité avec laquelle la population amérindienne a été réduite de 25,2 millions en 1518 à seulement 2,6 millions en 1568. Un véritable génocide. La logique était la suivante : moins de personnes, plus de territoire.

 La structure agraire créée en Amérique espagnole et portugaise était celle de la grande propriété, qui tendait à l’exploitation extensive des produits primaires pour l’exportation. Ainsi, l’organisation agraire traditionnelle de l’Amérique précolombienne – de la propriété collective et de l’utilisation commune de la terre – a été rapidement remplacée par le régime de la propriété privée. 

 Cela a conduit à l’émergence d’une couche d’aristocrates terriens. L’aristocratie agraire en Amérique latine était divisée en trois systèmes différents d’occupation des terres et de distribution de la propriété agricole. D’une part, l’hacienda, qui s’est développée dans les régions montagneuses avec de grandes propriétés et l’exploitation du travail par la servitude pour dettes, une situation souvent vérifiée dans les Andes et au Mexique. D’autre part, les plantations, qui se sont également tournées vers la production à grande échelle de produits primaires pour le marché étranger, avec l’utilisation de main-d’œuvre esclave, comme au Brésil et au Costa Rica. Enfin, l’agriculture, qui n’est pas toujours basée sur le recours au travail forcé, mais aussi, parfois, sur l’utilisation de plus d’une personne.

– Division du travail au sein de grandes propriétés. En général, pendant la colonisation, le recours récurrent au travail forcé des Indiens et des Noirs pour soutenir la production agricole et l’exploitation minière à grande échelle pour la commercialisation extérieure a prévalu. Entre les XVIe et XIXe siècles, environ 14,6 millions d’esclaves ont été introduits sur le continent américain, permettant l’enrichissement des marchands de la traite des esclaves extérieure et intérieure. Outre l’avilissement de la condition humaine et la dévaluation du travail imposés par le régime esclavagiste, cela a retardé la constitution des marchés du travail, qui à leur tour ont formé une masse de pauvres en Amérique latine. La paupérisation a atteint non seulement les segments sociaux soumis au travail forcé, mais aussi les soi-disant agrégats sociaux, constitués par les hommes libres privés de capital. C’est pourquoi la lutte pour l’indépendance nationale tout au long du XIXe siècle n’a pas toujours été accompagnée du dépassement des différentes formes de travail forcé. Même dans les pays latino-américains naissants – qui ont immédiatement mis fin à l’esclavage – diverses formes d’exploitation du travail prévalaient. Dans une large mesure, c’est le résultat de la prolongation d’un modèle de production et de reproduction des riches, archaïque, conduit par l’insertion économique subordonnée à la monoculture et à l’extraction de biens primaires et à la structure agraire concentrée sur la grande propriété.

“Même dans les pays latino-américains naissants – qui ont immédiatement mis fin à l’esclavage – diverses formes d’exploitation du travail prévalaient”.

 Bien que l’industrialisation complète ait été rare dans l’ensemble des pays de la région, des progrès ont été réalisés – surtout à partir de la première moitié du XXe siècle – dans les activités urbaines, capables de permettre l’émergence d’une nouvelle race de riches industriels. Entre-temps, leur formation s’est faite de manière isolée de l’ensemble de la population, car elle était souvent le résultat d’un pillage plus important de la population active urbaine. D’une certaine manière, le processus de production associé à la fabrication a généré une classe ouvrière qui a fini par coexister avec une masse humaine marginalisée par les politiques publiques et soumise à la concurrence au sein d’un marché qui a fonctionné avec un énorme excédent de main-d’œuvre tout au long du XXe siècle, même dans les pays les plus industrialisés (Argentine, Brésil, Chili, Mexique et Venezuela). Dans pratiquement tous les pays d’Amérique latine qui ont fait des progrès en matière d’industrialisation, le vaste processus d’urbanisation de l’ancienne pauvreté, qui se situait dans les campagnes, s’est vérifié sans amélioration considérable de la redistribution des revenus.

“D’une certaine manière, le processus de production associé à la fabrication a généré une classe ouvrière qui a fini par coexister avec une masse humaine marginalisée par les politiques publiques et soumise à la concurrence au sein d’un marché qui a fonctionné avec un énorme excédent de main-d’œuvre tout au long du XXe siècle, même dans les pays les plus industrialisés (Argentine, Brésil, Chili, Mexique et Venezuela)”.

À partir du dernier quart du XXe siècle, les possibilités de progrès urbano-industriel ont été fortement limitées par l’émergence d’une nouvelle majorité politique, plus favorable aux orientations néo-libérales de stabilisation monétaire et d’ouverture commerciale et financière qu’à l’expansion de la production via le marché intérieur. Ainsi, avec l’affaiblissement des activités manufacturières et la conversion rapide des pays d’Amérique latine en producteurs et exportateurs de biens primaires, un groupe social restreint lié à la spéculation financière, généralement soutenu par la dette du secteur public, a commencé à prendre de l’importance. Même avec la stabilisation monétaire, accompagnée de l’ouverture commerciale et financière et de l’évolution du rôle de l’État, il n’y a pas eu de retournement du processus de redistribution.

– Financiarisation de la richesse. Les nouveaux riches de la financiarisation se sont alliés aux grands propriétaires fonciers liés à l’agroalimentaire et à l’extraction de minéraux et de légumes, aux grands propriétaires d’activités urbaines (communication, industrie, commerce et services) et aux grands financiers. De même, la progression de la privatisation du secteur productif de l’État (télécommunications, acier, banques et aviation, entre autres) et des biens et services publics (tels que la santé, l’éducation et l’eau) s’est accompagnée d’une plus grande concentration – souvent monopolisée – des revenus, des richesses et du pouvoir dans le secteur privé, pas toujours national.

Compte tenu de la relative stagnation de l’Amérique latine depuis le dernier quart du XXe siècle, les mécanismes de mobilité sociale sont perçus comme épuisés. Même les enfants des familles de la classe moyenne ont été victimes des décennies perdues. La faible croissance économique avec un taux de chômage élevé et l’expansion des emplois précaires ont empêché l’émergence d’opportunités et de perspectives de trajectoires de vie supérieures pour la population, et ont souvent encouragé l’émigration.

Seuls les riches ont bénéficié des mécanismes de mobilisation d’une plus grande richesse, notamment grâce à la spéculation financière, rendue possible ces derniers temps par les politiques néolibérales. On constate que sur environ 150 millions de familles latino-américaines, seulement 10 % absorbent près de 47 % du flux annuel de revenus, représenté par le produit intérieur brut (PIB).

La richesse en Amérique latine s’est construite à partir de la violence coloniale, puis a été accumulée par une classe créole privilégiée qui, bien qu’elle ait diminué et éradiqué l’esclavage formel, s’est habituée à générer et à construire ses fortunes en se basant sur l’abus, l’exploitation et l’appauvrissement des masses populaires. Cette superstructure d’abus a corrompu tous les piliers des États modernes et les véritables facteurs de pouvoir. La pauvreté est une violence, non pas tant en raison de sa signification morale et éthique, mais plutôt en raison de l’origine, de la forme et de la manière dont les riches ont utilisé les abus en cours pour consolider leurs privilèges et leur pouvoir. 

Source : Alainet / Traduction : FAL 33