Colombia Humana, la 2e force politique de Colombie, est exclue de l’échiquier démocratique

Colombie Colombie | December 19, 2020

Le sénateur colombien Gustavo Petro a reproché au président Ivan Duque et à son parti – le Centre démocratique – d’avoir utilisé l’approbation de la réforme du Code électoral pour refuser un statut légal à son mouvement politique, Colombia Humana, et ainsi l’exclure de la vie politique du pays.

Dans un message diffusé sur le réseau social Twitter, Petro a estimé qu’il avait reçu “un coup dur pour la possibilité démocratique de notre pays”.

Auparavant, lors d’une session du Congrès au cours de laquelle la loi sur le code électoral a été approuvée, la plupart des sénateurs n’ont pas approuvé un nouvel article, ce qui a contribué à garantir que des groupes importants de citoyens puissent être habilités à former des coalitions avec d’autres partis, à franchir le seuil des élections et à obtenir un statut juridique.

“Avec ce refus du Sénat (…) Colombia Humana, la deuxième force politique du pays, est exclue de la vie politique légale du pays, et pour cette raison j’ai voté non au Code électoral”, a déclaré Petro lors de la session.

Il a ajouté que, puisqu’il ne souhaite pas leur accorder un statut légal, “alors que le Centre démocratique dispose de 60 milliards de pesos dans la campagne, nous n’en avons aucun car nous n’existons pas dans la vie politique de la Colombie.

Il a affirmé que le parti du Centre Démocratique est “l’architecte de cette destruction démocratique”, en utilisant l’approbation du Code Electoral, “qui devrait être une loi de consensus politique en Colombie, comme un instrument pour mettre fin à la deuxième force politique et un aspirant sérieux pour conquérir la Présidence de la République”, a-t-il dit.

Le législateur a considéré que des millions de citoyens sont exclus par la décision du Sénat, derrière laquelle se cache “un projet politique anti-démocratique qui croit que son option pour le pouvoir passe par l’exclusion des autres” et qui “a déterminé (…) que Colombia Humana n’existe pas et ne peut pas participer aux élections de 2022”, a-t-il déclaré.

Il a rappelé que chaque fois qu’un événement comme celui-ci s’est produit dans l’histoire de la Colombie, la violence a éclaté. “Colombia Humana ne leur répondra pas par la guerre et la violence. Il répondra en les battant aux élections”, a-t-il déclaré.

Source : Telesur – Traduction : Romain Migus