L´Organisation des Nations Unies préoccupée par la conduite de la police péruvienne

Lima, 14 novembre (Prensa Latina) Le Système des Nations Unies au Pérou a publié hier un communiqué exprimant sa préoccupation quant à la conduite de la police face aux manifestations de ces derniers jours.

Le pays sud-américain traverse une crise politique et sociale qui a conduit à la destitution il y a quatre jours du président Martín Vizacarra pour “incapacité morale permanente”, et à la désignation du titulaire du Congrès national (parlement), Manuel Merino, comme chef d’État.

La décision du Législatif de mettre fin au mandat de Vizacarra a motivé les Péruviens à sortir dans la rue pour manifester en faveur ou en opposition au mandataire destitué, des protestations sévèrement réprimés par les forces de l´ordre.

Les Nations Unies au Pérou défendent dans leur communiqué le caractère pacifique des manifestations dans tout le pays et regrettent que l’action de la police ait fait des blessés parmi les manifestants et les journalistes.

L’instance rappelle que l’utilisation arbitraire et aveugle d’armes non létales viole le principe de proportionnalité et les normes internationales en matière de “précaution, de nécessité et de proportionnalité dans l’action policière”.

La représentation de l’Organisation des Nations Unies dans le pays sud-américain a également fait état de violations du droit des détenus à une procédure régulière et de manifestants adolescents emprisonnés, entre autres violations.

En conséquence, elle demande aux autorités péruviennes une enquête “indépendante, impartiale et rapide sur les faits survenus et, le cas échéant, réparation des victimes et sanction des responsables”.

De même, le document condamne des manifestants violents qui dénaturent le droit de manifester pacifiquement.

Enfin, le Système des Nations Unies au Pérou appelle tous les secteurs de la société à “agir de manière responsable et à respecter l’État de droit en rejetant tout acte de violence”.

Source : Prensa Latina