Réglementation monétaire à Cuba : quels impacts aura-t-elle sur la population ?

lundi 26 octobre 2020

Par : Cubadebate Newsroom
Traduit par Gonzalo Dorado

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4949

Le Président cubain, Miguel Diaz-Canel Bermudez, a qualifié la réorganisation monétaire et de change comme un pas impératif pour avancer dans la stratégie économique du pays. Cela présente un caractère interdisciplinaire et transversal qui incluse non seulement l’unification monétaire et des taux de change mais cela implique en plus le rabotage des subventionnements excessifs et les gratuités indues tout comme la transformation des revenus.

De l’avis du président, seule la “tâche de commande” débloque la plupart des questions en suspens dans l’économie, bien qu’il ait confirmé que l’unification monétaire et d’échange n’est pas la solution magique aux problèmes économiques et financiers, “mais elle devrait nous conduire à l’élévation de la productivité du travail et une exécution plus efficace des forces productives ».

Quels impacts ce processus aura-t-il sur la population ?

La double monnaie à Cuba implique que l’économie fonctionne avec deux monnaies nationales (CUP et CUC), qui coexistent et partagent légalement, dans une certaine mesure, les fonctions de la monnaie. Pendant ce temps, le double taux de change est l’existence de deux taux de change légaux, 1 CUP = 1 CUC = 1 USD pour le secteur des entreprises, tandis que pour le circuit de population, il est de 25 CUP = 1 CUC = 1 USD.

La coexistence des deux circuits obscurcit non seulement la véritable performance de l’économie, mais affecte également grandement le pouvoir d’achat de la population.
Le système monétaire permettra une redistribution différente de la richesse créée, ce qui signifie que les salariés et les retraités peuvent améliorer leur pouvoir d’achat.

Dans le cadre de ce processus, les subventions indues seront partiellement supprimées, tandis que la réforme des salaires, ainsi que les pensions et les prix, sera mise en œuvre.

« Notre socialisme exclut comme politique l’application de la thérapie de choc aux travailleurs. Par conséquent, ici, personne ne sera laissé sans défense et il est prévu que si quelqu’un se trouve dans une situation de vulnérabilité avec l’application de la tâche de commande, comment il sera soutenu et aidé. Nous ratifions de manière responsable que les réalisations fondamentales de la Révolution seront préservées, telles que la santé et l’éducation gratuite inscrites dans la Constitution », a déclaré Miguel Díaz-Canel à la table ronde.

C’est pourquoi le salaire minimum et la pension minimum prennent comme point de départ le panier de biens et services de référence.

Selon Marino Murillo Jorge, chef de la Commission de mise en œuvre des lignes directrices, il s’agit d’un mécanisme qui regroupait non seulement les produits livrés par le biais du carnet d’approvisionnement, mais également un autre grand groupe de biens et de services tels que le transport, loisirs et autres.

Une question fréquente de la population est de savoir si le panier de référence de base comprend uniquement de la nourriture ou également d’autres articles qui répondent aux besoins de la population.

À cet égard, le chef de la Commission permanente pour la mise en œuvre et le développement des lignes directrices a rappelé qu’un panier ne peut contenir que de la nourriture, puisque les gens ne mangent pas seulement, « ils dépensent aussi en produits d’hygiène et d’hygiène, ils doivent payer l’électricité, transports publics, ils doivent s’habiller et, par conséquent, le panier doit inclure toutes ces dépenses ».
Le panier proposé – a-t-il ajouté – comprend un calcul des médicaments au cas où l’individu tomberait malade. Il a également souligné que si vous gagnez le salaire minimum – qui est le panier et un peu plus -, vous n’êtes pas dans le même état que quelqu’un qui gagne cinq salaires minimum, qui consomme cinq paniers.

Il a insisté sur le fait que le panier de biens et de consommation de référence est le point de départ du calcul du salaire minimum. « Ce panier incluse également un calcul pour la réparation et la maintenance des habitations mais il y en aura qui ne pourront pas avoir recours à ces dépenses. C’est un panier de référence qui incluse un ensemble de dépenses, non seulement la nourriture mais aussi l’électricité, le transport entre autre.

« Mais rien ne peut être carré dans une société, 11 millions de Cubains ne peuvent pas être logés. Dans ce panier, il y a un montant qui n’est pas nominalisé. A ces dépenses minimales du travailleur et de sa famille s’ajoute une part non nominalisée. Cela signifie que celui qui a le salaire minimum peut consommer ce panier et un peu plus (qui comprend la partie non nominalisée), et celui qui gagne cinq salaires minimum peut consommer plus que la valeur de deux paniers ».

En ce sens, le calcul de la valeur de ce panier est le point de référence pour former les prix sur le marché de détail et pour établir le nouveau salaire minimum. Cependant, il a souligné qu’il est impossible de prétendre tout résoudre au « jour zéro », mais que chaque étape fait partie de la commande.

Concernant l’augmentation des salaires, il a rappelé qu’il existe dans le pays une échelle des salaires composée de 32 groupes et dans laquelle environ 29 000 personnes perçoivent le salaire minimum. « Les nouveaux salaires doivent suffire à la consommation d’un ouvrier et de sa famille. Nous avons étudié la composition des familles dans le pays. Elles sont composées, en moyenne de presque 3 personnes dont deux ont un travail”.

« Il se peut alors que dans ces ménages, une personne gagne le salaire minimum et une autre reçoive jusqu’à cinq fois cette valeur et, par conséquent, puisse couvrir les dépenses de l’autre membre du noyau qui ne travaille pas. Cependant, il peut aussi arriver que deux de ces personnes reçoivent le montant minimum et ne puissent pas atteindre la valeur du panier de biens et services pour chacune. Dans ces cas, la sécurité sociale interviendra ».

En relation avec cette question complexe, il a fait remarquer que le concept de personne vulnérable apparaît, également envisagé dans la stratégie de régulation monétaire. L’objectif – a-t-il assuré – est de subventionner ces personnes et non tous les produits. « Dans ce processus, personne ne sera laissé sans défense. »

« Il y a d’autres choses que nous ne subventionnerons pas, comme les pertes dans les secteurs du commerce et de la gastronomie. Il n’est pas possible que le budget de l’Etat assume ces dépenses dans des entreprises qui ne sont pas exactement caractérisées par un bon service ou un contrôle des ressources », a-t-il déclaré.

Il a également annoncé que la caisse salariale du pays augmentera de 4,9 fois, tandis que celle de la sécurité sociale le fera cinq fois. Pendant ce temps, les prix dans le secteur public devraient augmenter bien en deçà de ces valeurs.

Murillo Jorge a souligné que c’est là le grand problème de la réforme salariale. « Si la dynamique de la croissance des salaires est supérieure à celle des hausses de prix, ceux d’entre nous qui travaillent avec l’État seront dans une meilleure position. C’est un autre des objectifs de l’ordonnance », a-t-il commenté.

Tout ce qui est fait sur la question de la réforme des salaires a à voir avec une meilleure répartition des richesses, car dans la pratique aucun nouveau profit n’a été créé, a-t-il déclaré. Par conséquent, il est prioritaire d’éliminer les subventions et les gratifications indues, en protégeant toujours les enfants et les femmes enceintes, les citoyens incapables de travailler ou les services à forte consommation nationale, comme l’électricité.

Un autre impact sur la population du système monétaire est que les travailleurs appartenant au secteur des entreprises bénéficieront des avantages de la gestion de leur entreprise, en particulier ceux appartenant au secteur des exportations.
Le ministre de l’Économie et de la Planification, Alejandro Gil Fernández, a récemment souligné que la réglementation monétaire aura un impact favorable sur l’incitation à l’exportation, car aujourd’hui la surévaluation de la monnaie nationale affecte les exportations et stimule les importations.

Par exemple, à l’heure actuelle, une société d’État qui exporte un produit pour une valeur de 100 dollars reçoit dans ses revenus comptables calculés en 100 pesos en monnaie nationale. Plusieurs fois, avec ce revenu, il ne peut pas couvrir ses frais.
Les changements dans l’entreprise d’État socialiste sont l’une des questions fondamentales de la nouvelle stratégie de développement cubaine. À cet égard, Gil Fernández a rappelé que récemment le Conseil des ministres a approuvé un groupe de 15 mesures visant à améliorer ces entités.

Ces décisions rejoignent 28 autres précédemment mises en œuvre :

  • La distribution des bénéfices aux travailleurs est rendue plus flexible. La limite de cinq salaires moyens au maximum et son conditionnement au respect des indicateurs directeurs du plan sont supprimés. Il sera appliqué en 2021 avec les résultats de 2020.
  • Les retraités peuvent être embauchés pour occuper le même poste que celui qu’ils occupaient, à condition que cela soit dans l’intérêt de l’entité.
  • Le pouvoir de création, de fusion et d’extinction des entreprises est décentralisé, de même que l’approbation des objets corporatifs auprès des organes, agences et OSDE.
  • Les compétences des unités d’affaires de base (UEB) sont élargies et même certaines qui peuvent devenir des entreprises sont évaluées.
  • La filiale, subordonnée à une autre société, est agréée.

De la même manière, un nouveau système d’allocation des devises dans l’économie, plus décentralisé et qui favorise la gestion des entreprises et les chaînes productives, a été lancé et est en phase de mise en œuvre progressive .

En ce qui concerne la création de micro, petites et moyennes entreprises, le ministre de l’Économie a expliqué que ce n’est pas un objectif retenu et qu’il travaille dur. Le but est de le concevoir à la fois pour le secteur public et privé et dans chaque cas de garantir l’accès aux sources de financement, à la fois de crédit ou budgétisées, pour le promouvoir.

De la même manière, Gil Fernández a souligné l’importance de parvenir à un fonctionnement harmonieux dans des conditions similaires entre les différents acteurs de l’économie : entreprise publique (comprend la filiale et les micro, petites et moyennes entreprises), coentreprises, coopératives et travail indépendant.
Deux éléments fondamentaux que le processus de commande monétaire dans le pays devrait apporter sont d’ encourager les gens à chercher un emploi, tandis que le travail devient la principale source de revenus pour le travailleur et sa famille.
La réforme des salaires doit servir de point de départ pour accroître la productivité du travail et fournir une incitation à le faire.

Une situation bien connue est l’existence d’un groupe de personnes démotivées et qui ne travaillent pas, même si elles sont en mesure de le faire. Il peut y avoir plusieurs causes, dont l’une est liée au salaire.

Pour chaque noyau familial, selon les estimations officielles, 1,2 personne travaille et doit soutenir 1,7 personne. Ce lourd fardeau pèse non seulement sur l’économie domestique, mais se multiplie également dans de grandes proportions dans la sphère financière nationale.

Sur ce même sujet, le Vice-Premier ministre et ministre de l’Économie et du Plan, Alejandro Gil, a réfléchi lors de sa dernière apparition à la Table ronde.

« Ceux d’entre nous qui travaillent avec l’État vont apprécier l’augmentation des salaires et ce travail est la principale source de revenus. Il sera difficile de vivre sans travailler, mais dans ce contexte, nous apporterons tout notre soutien aux personnes vulnérables et inaptes à le faire. L’ordre monétaire générera des avantages importants pour tous », a-t-il conclu.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*