Le putschiste Leopoldo Lopez abandonne le Venezuela

Venezuelan opposition leader Leopoldo Lopez is seen outside Generalisimo Francisco de Miranda Airbase "La Carlota", in Caracas, Venezuela April 30, 2019. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins
Venezuela Venezuela | October 25, 2020
 

Guaido et ses portes paroles médiatiques laissent entendre que Lopez se serait enfuis au nez et à la barbe des services de sécurité vénézuélien. Lorsque l’on sait à quel point le renseignement vénézuélien infiltre les putschistes, ces déclarations prêtent à sourire. En réalité, cela fait plusieurs mois que le royaume d’Espagne a demandé à Lopez de quitter les lieux, ce que leur invité refusait catégoriquement. Lopez avait transformé la résidence en un centre d’opération, y recevait des gens, y avait ses bureaux, y donnait des diners lors desquels il sermonnait le corps diplomatique européen. Bref, une situation intenable même pour un gouvernement social-démocrate. Le gouvernement bolivarien avait, lui, plusieurs fois laissé entendre qu’il ne s’opposerait pas à la sortie de Lopez du territoire. C’est désormais chose faite. Les 2 Rives

Le Vénézuélien Leopoldo López a quitté la résidence de l’ambassadeur d’Espagne à Caracas, où il était invité depuis le 30 avril dernier, et s’est dirigé vers une destination internationale, a rapporté le père de l’opposant, Leopoldo López Gil.

Le leader de la Voluntad Popular s’est réfugié à l’ambassade d’Espagne après avoir échoué avec Juan Guaidó dans une opération – avec un petit groupe de rebelles militaires – contre le président du Venezuela, Nicolás Maduro, le 30 avril 2019.

López avait passé trois ans et demi dans la prison militaire de Ramo Verde et 21 mois supplémentaires dans sa maison de Caracas, grâce à une mesure de prison domiciliaire

Début juin 2020, Lilian Tintori, la femme de López, et son plus jeune fils, qui est resté avec le chef de l’opposition à l’intérieur de l’ambassade, se sont enfuis en Espagne.

Après son évasion le 30 avril 2020, le tribunal de Caracas a révoqué l’assignation à résidence accordée au représentant de la droite vénézuélienne pour avoir interrompu de manière flagrante son assignation à résidence par la prison.

Leopoldo López a été condamné à 13 ans de prison, dont cinq ans, deux mois et douze jours.

En septembre 2015, M. Lopez a été condamné pour les délits d’instigation publique, d’association de malfaiteurs et de provocation de dégâts et d’incendie lors d’actes de violence, suite à une manifestation d’opposition en février 2014, qui a fait 43 morts.

Source : Telesur – Traduction : Romain Migus

Venezuela

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*