Avec un ADN féministe

La table ronde pour l’avortement légal au Chili plaide pour une Convention constitutionnelle, qui aura une structure paritaire, où les droits pourront être garantis, y compris les droits sexuels et reproductifs, et laissera derrière elle la Constitution approuvée sous la dictature de Pinochet.

Alors que le sang est encore chaud des révoltes qui ont annoncé au monde il y a un an que « le Chili se réveillait », ce dimanche, le référendum visant à définir une nouvelle Constitution sera soumis vote. L’actuelle Constitution a été approuvé en 1980, en pleine dictature de Pinochet. « Ce référendum est très important pour le mouvement des femmes et des droits humains car il s’agit d’une demande des citoyens. Il ne répond pas à une initiative d’un gouvernement ou des élites politiques, mais à une plate-forme de lutte des mouvements sociaux », souligne Debora Solis de l’Aprofa (Association pour la protection de la famille), l’une des organisations qui composent la Table ronde d’action pour l’avortement au Chili. Pour Gloria Maira, la coordinatrice de la table ronde, les féminismes ont été essentiels dans ce processus. « Le mouvement féministe est en plein essor, il se mobilise depuis plusieurs années, nous faisons partie de l’ADN de la révolte sociale qui a ouvert les portes de ce projet de constituante », dit-elle.

Concrètement, ils se démènent pour que dimanche — comme le prévoient les sondages — « l’approbation » l’emporte et, surtout, la Convention constitutionnelle, non pas la mixte, mais celle qui émergera dans son ensemble de l’élection directe des citoyens. Cette Convention aura une composition paritaire. « C’est historique. En fait, je ne sais pas s’il existe une autre expérience dans le monde où il y a eu une convention constitutionnelle véritablement paritaire », déclare Ana Piquer, directrice exécutive d’Amnesty International au Chili. La semaine dernière, un rapport sur les violations des droits humains a été présenté. « Ce rapport représente une année de travail. Il analyse la période comprise entre le 18 octobre et le 30 novembre de l’année dernière, afin d’identifier certaines tendances et d’établir définitivement qu’il y a eu des violations généralisées du droit à l’intégrité des personnes au Chili. En outre, il établit également l’existence de la responsabilité du commandement, que la responsabilité pénale ne repose pas seulement sur ceux qui ont commis les actes matériellement, mais aussi sur le commandement dans une institution extrêmement hiérarchisée. Nous avons la preuve que le haut commandement savait ce qui se passait sur le terrain et qu’il n’a pris aucune mesure pour l’arrêter ou l’empêcher de continuer. Pour cette raison, le rapport demande une enquête sur le Haut-commandement des Carabiniers. De plus, le rapport « documente de manière plus détaillée douze cas représentatifs de ce qui s’est souvent répété. Il y a des cas de tirs à balles réelles, de mauvais usage d’autres moyens de dissuasion, comme le canon à eau ou les bombes lacrymogènes, ou encore l’usage démesuré de la force et de violences sexuelles ».

Parmis d’autres, l’histoire de Fabiola Campillay a été recueillie par Amnesty. Fabiola est devenue aveugle, a perdu l’odorat et le goût. « En fait, elle ne participait même pas à la manifestation. Il y avait une manifestation dans son quartier et elle attendait le bus pour se rendre à son travail. Les carabiniers ont tiré une bombe lacrymogène directement sur son visage, ce qui l’a détruit, elle a perdu la vue des deux yeux et aussi les sens du goût et de l’odorat, elle a pratiquement perdu trois de ses cinq sens et se trouve dans un processus de rétablissement très difficile », déclare M. Piquer.

On ne saurait trop insister sur l’importance d’obtenir une nouvelle constitution. « Le référendum est une opportunité historique. Le Chili et les manifestations qui ont eu lieu dans le cadre de ce que l’on a appelé l’explosion sociale ont beaucoup à voir avec une dénonciation des inégalités dans l’accès à certains droits, notamment économiques et sociaux. Avec l’existence de profondes inégalités en matière de santé, d’éducation, d’accès à la sécurité sociale et aux pensions. En résumé, le système est tellement privatisé au Chili, que son accès est très fortement conditionné par votre capacité économique. Et comme tout ce qui a un impact sur la capacité économique, il est encore plus dur pour les femmes », décrit Piquer qui rappelle ce qui est en jeu dimanche : « Notre Constitution a cette logique de protéger fortement la liberté économique et la propriété privée, ce qui n’est pas nécessairement mauvais, mais quand on donne la priorité à cela sur le rôle de l’État en tant que garant des droits humains, cela génère des déséquilibres. Et le fait de discuter d’une nouvelle constitution à partir de zéro permet de mettre sur la table une discussion plus approfondie, sur le rôle de l’État en tant que garant des droits ».

Le fait est que la Constitution actuelle du Chili « non seulement ne protège pas les droits mais en bloque aussi l’accès. Elle a inséré dans le catalogue des droits fondamentaux une règle sur le droit à la vie qui établit que la loi protège les enfants à naître et cette règle a été utilisée comme argument pour dire qu’au Chili il ne peut jamais y avoir d’avortement sans cause. En fait, la Cour constitutionnelle a dû être saisie pour défendre la loi sur l’avortement dans trois cas ». C’est pourquoi Ana Piquer est convaincue « qu’un débat sera également ouvert si nos droits sexuels et reproductifs en tant que femmes, pour toutes les femmes enceintes et pour la diversité sexuelle, sont effectivement protégés dans la Constitution ».

Débora Solís, de l’Aprofa, une organisation qui travaille depuis des décennies à la protection des droits sexuels et reproductifs, estime que ce dimanche est d’une importance cruciale. « Nous avons une opportunité unique dans l’histoire de mettre fin à une Constitution écrite en temps de dictature, qui a été faite pour museler les mouvements sociaux et couper les ailes à tous ceux qui essayaient de faire avancer les droits. Ainsi, dans cette Constitution qui est en vigueur aujourd’hui, les droits des femmes sont absolument inexistants, elle répond à un modèle économique néolibéral où le rôle des femmes est absolument réprimé au profit de rôles traditionnels et très conservateurs. Par conséquent, pour nous, les femmes, se présente une énorme opportunité », souligne Débora Solis, qui met l’accent sur la poussée des féminismes qui a permis d’en arriver là. « Et cela n’a pas été une tâche facile car le Chili est un pays extrêmement conservateur. C’est un pays qui, en termes de droits sexuels et reproductifs, a un lourd passif pour la situation des femmes. Nous n’avons pas de loi sur l’éducation sexuelle complète, nous n’avons jamais eu dans notre histoire. Et la semaine dernière, nous avons perdu la loi au Congrès au moment où nous étions plus proches que jamais de la faire voter. Les arguments des anti-droits sont les mêmes que dans toute la région. « Il est impossible que les gens continuent à penser qu’avec une éducation sexuelle complète, leur enfant deviendra transsexuel ou qu’une éducation sexuelle complète homosexualise les enfants. Eh bien, c’étaient les arguments des groupes conservateurs pour ne pas la laisser passer et nous avons perdu », dénonce Débora Solís.

En ce qui concerne les stratégies régionales, dans lesquelles les secteurs anti-droits sont huilés, Solís propose un contrepoint avec les féministes, qui font également des alliances. « Nous avons des stratégies puissantes. Nous n’avons pas de ressources économiques, mais nous nous sommes organisées et nous sommes en contact avec nos sœurs d’Argentine, de Colombie, de Bolivie, du Mexique, nous avons participé aux luttes des femmes dans d’autres pays, nous sommes en contact étroit avec les femmes du Nicaragua qui vivent une répression féroce. Nous apprenons, nous avons fait un grand bond en avant parce que cette alliance nous a fait grandir, et ne plus nous sentir seules. Il est fondamental de nous accompagner dans nos luttes. Nos luttes n’ont pas de frontières. La lutte des femmes traverse les frontières, il y a des pays qui vont plus loin et d’autres qui reculent, et nous devons nous donner la main pour pouvoir tisser l’espoir ensemble ».

La Table ronde d’action pour l’avortement au Chili est composée d’organisations féministes et de défense des droits humain, ainsi que du Réseau chilien des professionnels de la santé pour le droit de décider, qui a été créé « sur la base de l’expérience de nos collègues argentines », explique Verónica Latorre, l’une de ses membres. « Pour les femmes, pour le mouvement féministe et pour la société en général, le fait d’avoir une Constitution, pour la première fois depuis de nombreuses années dans l’histoire, entre guillemets, républicaine du Chili, qui soit démocratique et qui ait la possibilité d’être paritaire, est évidemment un triomphe pour pouvoir assurer la participation des femmes et des groupes minoritaires qui ont toujours été relégués au second plan, surtout parce que les Constitutions au Chili ont toujours été élaborées par des comités d’experts et sans grande participation citoyenne. C’est la principale étape qui se joue ce dimanche », déclare Verónica, qui estime également que l’intégration paritaire de la Convention constitutionnelle « serait une réalisation qui nous permettrait de garantir davantage de droits fondamentaux ». Cette semaine, la participation aux sièges réservés aux peuples indigènes a subi un nouveau revers au Sénat. « Le fait de pouvoir inclure ces revendications du féminisme plus décolonial, de pouvoir inclure la participation aux sièges réservés des peuples autochtones, des peuples d’ascendance africaine, signifierait également une étape, même si nous ne savons pas clairement quel sera le mécanisme de participation, car ils ont mis pas mal de restrictions dans le système politique que nous avons », précise Verónica Latorre.

La légalisation de l’avortement — l’objectif poursuivi par la Table ronde d’action — a pour base actuelle la loi de 2017, approuvée sous l’administration de Michelle Bachelet, d’application restreinte, qui n’accepte les avortements légaux que pour cause. Les trois causes sont le risque de pour la vie de la mère, l’inviabilité du fœtus et le viol, avec une limite à la 12e ou 14e semaine. Les féministes ont protesté et affirmé que c’était insuffisant. « Celles d’entre nous qui travaillent comme professionnelles de la santé constatent que trois ans après la mise en œuvre de la loi, les femmes n’ont toujours pas accès à l’information », explique Verónica Latorre, soulignant que seulement 1,5 % des femmes ont eu accès à la loi, alors qu’elles s’attendaient à ce que ce chiffre atteigne 3 %. « Nous voyons aussi qu’il y a beaucoup d’objection de conscience. Nous avons mené une très large bataille sur ce que la Cour constitutionnelle a promu l’objection de conscience institutionnelle, ce qui était totalement aberrant pour nous, car comment une institution peut-elle avoir une liberté de conscience. Bien que nous ayons pu le contester et que nous ayons pu l’exprimer à partir du mouvement social, de la dépénalisation sociale de l’avortement, nous constatons que de nombreuses femmes sont entravées dans leur droit à décider », décrit Verónica Latorre. Seuls 69 hôpitaux ou centres qui s’occupent du risque obstétrique élevé pratiquent l’interruption de grossesse. « Dans les deux premières raisons, qui sont celles qui, entre guillemets, ont le moins d’objection de conscience de la part des professionnels de la santé, on voit aussi qu’il y a des retards », et en ce qui concerne la raison du viol, un très faible pourcentage d’entre eux sont d’accord avec cette loi. « En comparaison avec les violences sexuelles qui ont eu lieu dans le pays, le pourcentage de personnes qui acceptent d’avorter suite à un viol est très minime, et les droits ne sont pas garantis dans tous les hôpitaux, car il y a une persécution des personnes qui sont favorables aux droits. Beaucoup de personnes n’osent pas se déclarer garants des droits sexuels et reproductifs par crainte de représailles », poursuit la professionnelle dans sa description.

Lorsqu’il s’agit de formuler des revendications pour la future Constitution, Latorre demande que « tous les traités internationaux aient un statut constitutionnel, les traités sur les droits humains, la CEDAW, Belem do Pará. Il faut avoir un rang constitutionnel pour être opposable à l’État. D’autre part, que les droits fondamentaux soient consacrés et collectifs, les droits à la santé, sociaux, culturels, économiques et dans le cadre du droit à la santé, qu’il y ait des droits sexuels et reproductifs. C’est un combat pour lequel nous devons nous battre, aussi pour que l’État ait des garanties de laïcité et qu’il reconnaisse la vie dès la naissance et non dès la conception ».

De par son militantisme historique et la coordination de la Table d’action pour l’avortement au Chili, Gloria Maira précise que « la nécessité d’une nouvelle constitution est une chose que le féminisme a mise en place avant la fin de la dictature. Dès le début des années 1990, les féministes ont participé aux débats avec d’autres mouvements sociaux sur la manière d’avancer vers une nouvelle Assemblée constituante. Durant ces décennies, et cela s’ouvre depuis la révolte d’octobre, il y a eu beaucoup de pressions, beaucoup de sensibilisation… Mais de la part des institutions publiques, la fermeture a été assez évidente ». Concernant les implications de la Constitution pour le peuple chilien, elle rappelle que « tous les mouvements sociaux, y compris bien sûr le mouvement féministe, en ces années de revendications pour nos demandes spécifiques, mais aussi pour plus de démocratie, se sont heurtés à cette Charte constitutionnelle ».

C’est pourquoi, le 18 octobre 2019, au cri de « ce n’est pas 30 pesos, c’est 30 ans », par rapport à l’augmentation du ticket de métro, les citoyens ont commencé une révolte que Maira lit ainsi : « La mobilisation populaire s’est faite autour de deux choses fondamentales : en finir avec les abus et dignité. Ces deux concepts attaquent la moelle de l’actuelle assemblée constitutionnelle, qui est une assemblée qui établit un modèle, le néolibéralisme, et fait fonctionner l’institutionnalité publique, y compris le jeu démocratique, à une structure qui répond aux intérêts de ce modèle, avec une vision absolument conservatrice de la société. Par exemple, en établissant que la famille hétérosexuelle est la base de la société », souligne Maira, qui pense que cette Constitution permet et construit « un monde d’abus, quand vous avez des communautés entières qui n’ont aucune possibilité d’accéder à l’eau, parce que c’est le droit exclusif des entreprises qui ont acheté l’eau. Vous avez un royaume d’abus car tout est basé sur cela, sur la maximisation du profit ».

La dignité est le nom de la révolte. « Ici, le cochon est mal partagé — Maira utilise un dicton chilien pour parler de la concentration des richesses. Nous devons conclure un nouvel accord, il ne s’agit pas d’éliminer la propriété privée et de mettre tous les conservateurs au bûcher, mais de conclure un nouveau pacte social. Nous avons besoin d’une démocratie différente, sans tomber dans le romantisme constitutionnel, car nous savons que cela ne s’arrêtera pas là. Ce n’est pas que nous allons instaurer la norme et que le lendemain nous allons vivre au pays des meveilles ».

Sonia Tessa

Source : https://www.pagina12 Traduction : Venesol

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*