Un mécanisme régional rejette l’ingérence des États-Unis en Haïti

http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=885005:un-mecanisme-regional-rejette-lingerence-des-etats-unis-en-haiti&opcion=pl-ver-noticia&catid=99&Itemid=101

Port-au-Prince, 13 octobre (Prensa Latina) L’Assemblée des peuples des Caraïbes (APC) a rejeté hier l’ingérence constante des États-Unis dans les affaires intérieures d’Haïti et son soutien aux régimes autocratiques.

Le mécanisme régional a critiqué l’idée fausse selon laquelle Washington serait un exemple de démocratie électorale et d’État de droit, alors que les faits historiques rendent compte de son occupation militaire en Haïti, une nation souveraine et indépendante, de son imposition de gouvernements et de son soutien aux dictateurs.

La Maison Blanche a également appauvri le peuple, a assuré l´entité, en appliquant des politiques économiques qui permettent à ses corporations multinationales de tirer des millions de dollars de profits, et qui privent la nation caribéenne de la possibilité de poursuivre un développement durable.

Par le biais de Mike Pompeo, les États-Unis font aujourd’hui campagne pour la destruction de la Constitution de 1986, et soutiennent sans réserve le pouvoir ‘dénoncé, illégal, illégitime et sanguinaire de Jovenel Moïse et du parti haïtien Tet Kale, qui prétend conduire le pays vers une nouvelle aventure dictatoriale’, a dénoncé l’APC dans une déclaration.

L’APC a également rejeté l’ingérence du gouvernement nord-américain, en particulier du président Donald Trump, concernant Cuba, le Venezuela et le Nicaragua, et a exhorté la communauté à résister à l’assaut impérial étasunien.

Dans le cas de Cuba, elle a condamné le blocus illégal imposé par les États-Unis depuis les années 60 du siècle dernier et s’est opposé à toute menace contre l’île.

Nous exprimons notre indignation contre les États-Unis pour leur refus total de lever les sanctions contre Cuba, le Venezuela et le Nicaragua, qui luttent contre la Covid-19 alors qu´on leur refusent les ressources nécessaires pour faire face à la pandémie, ce qui se traduit par des pertes en vies humaines.

Elle a également exprimé son indignation face aux sanctions contre les nations caribéennes après qu´elles aient accepté l’aide de la plus grande des Antilles et des brigades médicales Henry Reeve.

De même, elle s’est fermement opposé à toute tentative militaire de la part des États-Unis, de la Colombie et du Brésil contre le Venezuela, et a appelé les gouvernements du Suriname et du Guyana à éviter d’être utilisés par l’armée étasunienne dans des manœuvres qui impliquent une action militaire contre le pays sud-américain.

Ces déclarations de l’Assemblée des Peuples ont lieu à l’occasion du 528ème anniversaire de l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique, considérée par cet organisme régional comme le début du processus de génocide des populations originaires.