Communiqué pour la défense de l’autonomie de la CIDH

Le Conseil latino-américain des sciences sociales dénonce et rejette la décision du secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, d’opposer son veto au renouvellement du mandat du juriste brésilien Paulo Abrão en tant que secrétaire exécutif de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH).

Abrão, qui est en fonction depuis 2016, a été élu à l’unanimité en janvier de cette année pour assumer un nouveau mandat jusqu’en 2024 à la tête de la CIDH, un organe lié à l’OEA mais fonctionnant de manière autonome.

Le 15 août, dernier jour du contrat, le Secrétaire général de l’OEA a informé la CIDH de sa détermination à s’abstenir “d’avancer dans le processus de nomination du Secrétaire exécutif” de la CIDH ; ce qui se traduit en pratique par un refus de prolonger le contrat de travail du Secrétaire exécutif, un événement sans précédent dans les 61 ans d’histoire de la défense des droits de l’homme par la Commission interaméricaine.

Le CLACSO appelle au respect de l’indépendance de la CIDH et à l’accomplissement du mandat de son secrétaire exécutif, Paulo Abrão, spécialiste des droits de l’homme et des processus de démocratisation, professeur de droit au Brésil et en Espagne, et auteur de dizaines d’articles et de livres sur la justice de transition et le droit public.

Comité directeur du Conseil latino-américain des sciences sociales

25 août 2020

Source : CLACSO

Traduction : FAL 33