Commandement Sud : « Nous allons mettre plus de pression financière sur le Venezuela et empêcher l’argent de circuler ».

17 août 2020

Différents responsables du gouvernement américain ont récemment annoncé l’intensification des mécanismes d’agression contre le Venezuela, dans ce qui, pour Samuel Moncada, ambassadeur du Venezuela auprès des Nations unies (ONU), ferait partie des plans de l’appareil de guerre du président américain Donald Trump, à quelques mois des élections présidentielles américaines. M. Moncada a mis en garde contre la visite du conseiller américain à la sécurité nationale, Robert O’Brien, en Colombie, lundi, pour rencontrer le président de ce pays, Ivan Duque, et discuter de la question vénézuélienne.

Texte : Alba Ciudad (LBR)

Lors d’une vidéoconférence publique du Conseil atlantique, un groupe de réflexion de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord) qui réunit des hommes politiques, des intellectuels et des universitaires de cette organisation, l’amiral Craig Faller, chef du Commandement Sud du ministère américain de la défense, a sévèrement critiqué le gouvernement du président Nicolas Maduro pour avoir “échappé aux sanctions” que l’administration Trump a imposées au pays.

« Éviter les sanctions est une extension des techniques, tactiques et procédures que le régime Maduro a utilisées », a-t-il déclaré. Il affirme que le Venezuela est engagé dans “des tactiques d’évasion telles que des pays secondaires, des pays tiers, des sociétés écrans, des transferts de crypto-monnaie, le blanchiment d’argent,” entre autres.

« La clé est donc de mettre plus de pression sur le côté financier et d’empêcher l’argent de circuler », a déclaré M. Faller. « Nous travaillons dur dans ce domaine, c’est un espace compliqué pour travailler ».

Il a également assuré que « nous soutenons tous nos collègues interinstitutionnels et internationaux dans l’échange croissant de renseignements en transmettant tout ce que nous savons sur toutes les activités illicites » que le gouvernement vénézuélien est censé mener, « y compris les sanctions contre les Asiatiques », a-t-il déclaré, en se référant à celles que Trump applique également contre la République populaire de Chine. M. Faller a déclaré qu’ils cherchent à améliorer l’échange d’informations de renseignement avec leurs alliés, afin de pouvoir  « en tirer un meilleur parti pour forcer un changement de comportement de Maduro et des acteurs étatiques extérieurs ».

Pour Moncada, qui a posté un tweet des déclarations de Faller, « le chef de la force militaire d’invasion parle du terrorisme économique de Trump comme d’une agression militarisée pour affaiblir la nation » avant de mener une agression militaire contre le Venezuela.

Samuel Moncada a dénoncé que le gouvernement américain et ses alliés ont « des plans d’invasion en cours » et a expliqué que « les chefs de la machine de guerre de Donald Trump vont à Bogota pour réchauffer la frontière avant les élections (présidentielles) aux États-Unis. Ils annoncent qu’ils vont soutenir Iván Duque (président de la Colombie) dans une attaque militaire contre une menace terroriste inexistante. Ils se réunissent cette semaine et la provocation est imminente ».

Moncada fait référence à la visite, ce lundi, du conseiller américain à la sécurité nationale, Robert O’Brien, en Colombie, pour rencontrer le président de ce pays, Ivan Duque. Craig Faller sera également présent à cette réunion, ainsi que le conseiller spécial de M. Trump pour l’hémisphère occidental, Mauricio Claver-Carone, et l’ambassadeur des États-Unis, Philip Goldberg.

Dans une autre vidéo, Craig Faller a déclaré que la force opérationnelle inter organisations du Commandement Sud a été créée à Key West, avec la participation de 22 pays. La justification donnée par le haut fonctionnaire est la lutte contre le trafic de drogue et la prétendue complicité du gouvernement vénézuélien dans cette lutte.

Pour Moncada, ces menaces constituent le début d’une « phase supérieure d’agression contre le Venezuela ». La campagne de « pression maximale » va au-delà du terrorisme économique pour s’étendre à la dimension militaire. Ils recherchent la « surprise d’octobre » pour leurs élections. « Au Venezuela, nous devons nous préparer à la provocation en cours », a-t-il déclaré, tout en partageant un article publié dans le média d’opposition El Nacional. Il fait également le point sur la réunion tenue dimanche par Robert O’Brien (conseiller à la sécurité nationale de Trump) à West Palm Beach, en Floride, avec des membres de la communauté colombienne et vénézuélienne à qui Craig Faller a présenté un plan intitulé « Cadre stratégique pour l’hémisphère occidental », selon lequel une « campagne de pression maximale contre le Venezuela » va commencer, ceci quelques mois avant les élections présidentielles américaines.

Souce : ALBA Ciudad

Traduction : FAL 33

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.