Massacre sans fin en Colombie : deux autres leaders sociaux assassinés, avec un total de 159 morts cette année

Mardi 7 juillet 2020

Paola del Carmen Mena Ortiz et Armando Suárez Rodríguez, deux membres du conseil communautaire Afrorenacer de la municipalité d’El Tambo, dans la partie occidentale du département du Cauca, ont été assassinés au cours des dernières heures.

Les événements se sont déroulés dans le village de San Juan de Micay, près du village de Betania, où les deux victimes vivaient et où des menaces de la part de dissidents des FARC ont été enregistrées.

Selon les informations fournies par la région, la femme a été attaquée avec une arme courte et tranchante, apparemment une machette. Paola Mena, une mère qui était le chef de famille, avait été déplacée à cause des menaces des groupes armés et s’était installée dans un secteur appelé López.

La dernière nouvelle était que la femme était sortie faire des courses et pendant environ trois jours, on ne savait rien de ses allées et venues. Le corps avec plusieurs blessures a été retrouvé par les habitants qui l’ont identifiée.

“Les gens avaient peur de récupérer le corps, mais hier soir (dimanche) ils ont confirmé qu’ils l’avaient trouvé et qu’elle avait été tuée à la machette”, a déclaré Tito Riascos, représentant légal du Conseil communautaire Afrorenacer.

Il a également été indiqué que quelques heures plus tard, le meurtre d’Armado Suarez, un jeune d’origine africaine qui a été attaqué à coups de fusil, a été enregistré.

“Le jeune homme faisait partie du conseil de la communauté. Nous savons que les mêmes personnes qui les ont tués sont celles qui les ont forcés à déménager ; c’est le dissident Carlos Patiño qui est responsable”, a déclaré le dirigeant.

La région était autrefois le domaine des anciennes guérillas des FARC et après la signature des accords de paix, l’ELN est venue s’emparer du territoire, où les cultures illicites abondent. Dès le début de cette année, la présence de dissidents se faisant appeler “Carlos Patiño” a commencé à être connue, et ce fut l’un des actes de violence et de déplacement les plus fréquents.

Avec ces nouveaux cas, 67 dirigeants ont été tués cette année dans le département du Cauca, selon Indepaz.

La FM

Publié par Comunicación para la Integración

Tarduit par FAL 33

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*