Nouvelles menaces de trump

Terminal pétrolier Jose Anzoàtegui, où le pétrolier Fortune est censé décharger de l’essence

Le président américain a assuré que quelque chose allait se passer contre le gouvernement vénézuélien. Il a également réaffirmé son soutien au président autoproclamé Juan Guaidó.

Le président Donald Trump a de nouveau menacé la stabilité institutionnelle du Venezuela et a lancé un avertissement à peine voilé à son homologue Nicolas Maduro. Le président américain a assuré que les États-Unis ont encerclé le gouvernement bolivarien et a prédit que quelque chose allait se passer contre lui. Il a également réaffirmé son soutien au président autoproclamé Juan Guaidó, pour lequel il a demandé le soutien de la communauté internationale. De son côté, le représentant vénézuélien au Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) a exigé que les États-Unis et la Colombie mettent fin à leurs plans de guerre.

Les menaces de Trump ont eu lieu lors d’une conversation avec des membres de la communauté hispanique. Au cours de la conversation téléphonique, le président a qualifié le moment que vit le Venezuela de « très intéressant ». « Nous l’avons encerclé à un niveau que personne ne connaît, mais eux le savent », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Quelque chose va se passer, parce que nous n’allons pas le tolérer ». Il n’a cependant pas donné de détails sur les actions que son pays a prévu contre l’administration socialiste. Ce qu’il a souligné, c’est son soutien à Guaidó devant la communauté internationale. Ce soutien n’a pas empêché Washington de proposer la tenue d’élections libres. Pour le Pentagone, Guaidó serait la figure intérimaire chargée de l’ouverture du processus électoral.

Mercredi, c’était le deuxième anniversaire des élections présidentielles qui ont amené Maduro à un nouveau mandat. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a profité de l’occasion pour souligner l’illégalité du processus électoral. « Il y a deux ans, Maduro a montré au peuple vénézuélien et au monde entier qu’il n’y aura pas d’élections libres et équitables tant qu’il occupera le palais de Miraflores », ajoutant que le « cadre de transition démocratique » créé par son pays pour le Venezuela est la voie à suivre pour parvenir à un nouveau gouvernement.

Pour sa part, l’ambassadeur du Venezuela à l’ONU a demandé au Conseil de sécurité que les États-Unis et la Colombie mettent fin aux actions de guerre contre son gouvernement. « Nous exhortons le Conseil à remplir sa tâche de maintien de la paix et de la sécurité et nous exigeons que les actions belliqueuses cessent », a-t-il déclaré. Maduro accuse Guaidó d’être responsable de l’orchestration de « l’Opération Gedeón », une incursion de « mercenaires » en territoire vénézuélien. Selon l’exécutif vénézuélien, les miliciens ont été formés en Colombie avec le soutien des États-Unis pour renverser son gouvernement. L’opération navale a eu lieu le 3 mai et a été déjouée par l’armée bolivarienne. Plusieurs anciens militaires qui ont participé à l’incursion ont été détenus.

Sur l’échiquier international, la revendication du Venezuela auprès de l’ONU a été soutenue par la Russie et la Chine. Le représentant russe au Conseil de sécurité, Dmitri Polyanskiy, a demandé aux autres pays membres de prendre des mesures à ce sujet. « Nous appelons les membres à rejeter une invasion du Venezuela et un président autoproclamé que personne n’a élu », a déclaré le fonctionnaire russe à propos de Guaidó.

Parallèlement, l’administration Trump continue de durcir les sanctions contre Maduro et son entourage. Le gouvernement républicain accuse l’exécutif bolivarien de supposées violations des droits humains, de corruption et de trafic de drogue. Ces derniers temps, les sanctions se sont concentrées sur l’industrie pétrolière du Venezuela, la plus grande source de revenus de la nation des Caraïbes. Cependant, Maduro a signalé que dans les prochains jours, les navires iraniens arriveront dans le pays avec de l’essence et des produits pétroliers. Suite aux menaces d’intervention des États-Unis dans le Golfe persique, le gouvernement iranien a averti que si cela se produisait, ils réagiraient.

Calendrier d’arrivée des tankers iraniens dans les ports venezueliens
Le pétrolier iranien Fortune est passé de 17 milles marins par heure (MNH) à 13,5 MNH et a modifié son heure d’arrivée (HEA) à 20h00 le samedi 23 mai. (8h PM), ceci selon l’affichage de contrôle du trafic maritime . Le « Clavel » dernier des cinq pétroliers iraniens a déjà quitté le détroit de Gibraltar.
Prévision d’arrivée des cinq navires iraniens au Venezuela
1) Fortune 23/05/2020 – 2) Pétunia 27/05/2020 – 3) Forest 27/05/2020 – 4) Faxon 30/05/2020 – 5) Clavel 06/02/2020

Source : Venesol
Source en espagnol : https://www.pagina12.com.ar/

Traduction : Venesol