161 pays soutiennent la proposition du Mexique concernant la lutte contre le Covid-19

Au total, 161 pays membres de l’Organisation des Nations Unies soutiennent aujourd’hui une proposition du Mexique visant à empêcher la spéculation et à assurer un approvisionnement stable en intrants et vaccins contre le Covid-19.

 Lors de la conférence de presse matinale au Palais National, le président Andrés Manuel López Obrador a tenu une téléconférence avec son ambassadeur à l’ONU, Juan Ramón de la Fuente, qui a expliqué une initiative présentée par le mandataire lors d’un récent sommet du Groupe des Vingt (G-20).

De la Fuente a déclaré que la proposition vise à éviter la spéculation et l’accaparement et à assurer une distribution équitable des intrants actuels et à venir, y compris les vaccins, afin de garantir l’accès égal de ces moyens à toutes les nations.

L’option comprend une surveillance des prix pour éviter la spéculation et faire en sorte que les pays ayant moins de ressources puissent y accéder sans difficultés ou obstacles financiers.

Il a été nécessaire, a-t-il signalé, étant donné l’ampleur de la pandémie, que l’ONU se mêle de la question en tant que garant pour prévenir les anomalies de la distribution qui puissent aller à l’encontre de la santé des malades dans le monde entier et pour empêcher que l´on tire profit de ces intrants.

Il a déclaré que bien que l’ONU travaille virtuellement, la résolution de l’Assemblée Générale sera accordée avec la méthodologie appropriée aux circonstances. Les 193 États membres ont déjà le projet de résolution en main, dont 161 se sont portés coauteurs.

Il a déclaré que le principe le plus important du projet est que les pays membres empêchent ou éliminent la spéculation et l’accaparement des intrants, en particulier des vaccins lorsque certains de ceux-ci sont déjà en cours d´évaluation.

Il a indiqué que cette situation de spéculation et d’accaparement s’était déjà produite avec les masques de protection et qu’elle devait servir d’expérience pour qu’elle ne se reproduise pas, encore moins avec les vaccins.

L’ambassadeur De La Fuente a déclaré qu’il était très optimiste quant à l’adoption de la résolution en raison de l’enthousiasme des pays la soutenant, et même si un peu plus de 30 d’entre eux ne se joignent pas au projet, la proposition déjà gigantesque sera votée.

Ainsi, l’ONU, et par son intermédiaire l’Organisation Mondiale de la Santé, en dépit de la situation connue du retrait des États-Unis, se voient accorder un rôle fondamental pour coordonner cette réponse mondiale qui émanera de l’Assemblée Générale.

Le représentant mexicain a expliqué que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, coordonnera ces efforts, mais qu´il ne peut le faire tant que l’Assemblée Générale ne lui aura pas donné un mandat à cet effet.

Nous passons maintenant à la présentation dans les 72 heures de la proposition de 161 pays, au cas où un membre voudrait dire quelque chose ou l´objecter. Ce délai expirera lundi, mais tous les signes indiquent que l’Assemblée Générale l’adoptera.

Tout le monde est fier que le Mexique, malgré la complexité du contexte international, ait réussi à faire sienne par presque tous les pays une proposition de cette ampleur, a-t-il déclaré.

Source : Prensa Latina