Les intérêts des putschistes en Bolivie à privatiser le lithium

Le candidat à la présidence de la Bolivie pour le Mouvement Vers le Socialisme (MAS), Luis Arce, a dénoncé mardi le fait que le coup d’État contre Evo Morales a notamment été conçu par des sociétés transnationales pour privatiser le lithium.

Il a fait remarquer que, comme l’avait averti Evo Morales, « le coup d’État n’était pas contre l´indigène mais pour le lithium…, il a été conçu par des sociétés transnationales intéressées par sa privatisation et celle du gaz ».

70 pour cent des réserves mondiales de lithium, l’énergie du futur, se trouvent en Bolivie, principalement à Uyuni, a écrit Arce sur son compte Twitter.

En janvier dernier, le gouvernement dirigé par la présidente autoproclamée Jeanine Áñez a nommé Juan Carlos Zuleta, membre actif de la Commission nationale du lithium du Chili depuis 2014, comme directeur exécutif de la société publique Yacimientos del Litio Bolivianos (YLB, Gisements du Lithium Boliviens).

Avec Zuleta à la tête de YLB, se matérialisent les allégations faites précédemment par des députés du MAS concernant l´abrogation du décret suprême établissant la société mixte entre le pays sud-américain et l’Allemagne, qui garantirait pendant 70 ans le marché des batteries au lithium.

Dans une interview publiée par le quotidien argentin Pagina 12 au début du mois, Arce a dénoncé les intentions du gouvernement de facto de revenir sur les accords conclus sous la présidence de Morales (2006-2019).

De même, les revendications des putschistes de réaliser des projets avec d’autres entreprises qui, selon lui, ne le surprendraient pas si elles étaient des États-Unis, en plus de renégocier les contrats de vente de gaz naturel avec le Brésil pour 12 ou 15 ans ne devraient jamais avoir lieu.

Il s´agit d´affaires dans lesquelles le gouvernement qui se dit de transition ne devrait rien faire tant qu’il n’y en aura pas un autre qui le remplacera par le vote populaire le 3 mai prochain et prendra alors les décisions en toute légitimité sur cette ressource naturelle, a souligné l’ancien ministre bolivien de l’Économie.

La Bolivie dispose de 21 millions de tonnes métriques de métal tendre dans le désert de sel d’Uyuni (Potosi), considéré comme la plus grande réserve géologique au monde certifiée par le cabinet étasunien SRK.

Auteur : Rédaction Prensa Latina
Source : Prensa Latina