Mexique: huitième journaliste assassiné depuis le début de l’année

Grand émoi dans le monde de la presse mexicaine aujourd’hui: Telesforo Santiago Enríquez, journaliste social, a été assassiné à San Agustín Loxicha, dans l’État de Oaxaca, au sud du pays.

Fondateur de “El Cafetal” ( “La Plantation de Café”), la radio communautaire de cette petite localité de l’État de Oaxaca, ce journaliste a été assassiné hier, jeudi, et son corps a été retrouvé criblé de balles, selon un communiqué du gouvernement régional.

C’est le huitième journaliste tué par des criminels depuis qu’Andrés Manuel Lopez Obrador est devenu président de la République du Mexique. Le journaliste assassiné avant lui, le reporter Omar Iván Camacho, avait trouvé la mort dans l’État de Sinaloa, au nord du Mexique, c’est-à-dire à l’autre bout du pays, preuve que l’assassinat de journalistes concerne la pays tout entier.
“Le Gouvernement s’engage à trouver les responsables de cet acte qui touche l’ensemble des journalistes mexicains”, a déclaré Jesús Ramirez, le porte-parole de la Présidence, en confirmant cette triste nouvelle. Selon les autorités judiciaires de Oaxaca, Telésforo Santiago Enríquez, qui était à la fois professeur et journaliste, a été attaqué dans les environs de Las Cruces. “Il circulait en voiture lorsqu’il est tombé dans une embuscade près de la ville de Juchitán. Il a reçu plusieurs impacts de balles et sa mort a dû être immédiate”, ont fait savoir les autorités.

Enríquez avait fondé la radio “Estéreo Cafetal” (“Plantation de Café Stéréo”), qui diffuse ses programmes à partir de San Agustín Loxicha. Il était également connu en tant que professeur d’éducation physique et était engagé dans la défense et la promotion des langues indiennes vernaculaires. Les organisations de Défense des Droits de l’Homme et de journalistes ont condamné cet assassinat sur les réseaux sociaux et ont exigé que “ce nouvel assassinat ne reste pas impuni”.