Francia Márquez sera la colistière de Gustavo Petro

« Notre tâche sera de combler les écarts d’inégalité et l’injustice dans les territoires exclus et réduits au silence. Nous voulons que tous les Colombiens puissent vivre agréablement dans ce pays », a déclaré Mme Márquez lors de la présentation officielle de sa candidature.

Après plusieurs jours de consultations, l’activiste afro-colombienne Francia Márquez a été officiellement présentée comme colistière de Gustavo Petro, candidat présidentiel de la coalition de gauche du Pacte historique et favori des sondages pour les élections du 29 mai. « Je m’appelle Francia Márquez, je veux que Petro soit votre président et bien sûr je veux être sa vice-présidente », a déclaré mercredi la dirigeante sociale, paraphrasant le slogan avec lequel l’ancien maire et sénateur clôt ses discours publics. De son côté, Gustavo Petro a assuré que Márquez « est la meilleure candidate que nous ayons eu ces derniers temps ».

L’annonce officielle du choix de Francia Márquez a été faite dans un hall de l’hôtel Gran Hyatt de Bogotá. L’événement a été suivi par des personnalités des partis et des forces politiques qui font partie du Pacte historique, comme les sénateurs Iván Cepeda et Aida Avella, ainsi que certains prétendants à la présidence comme Arelis Uriana et Alfredo Saade. Il s’agit d’un triomphe notable pour Márquez, qui s’est fait connaître par son militantisme permanent contre les impacts environnementaux de l’exploitation minière dans la municipalité de Suárez, dans le Cauca, qu’elle a dû quitter en raison de menaces. Petro a imposé la coalition de gauche avec près de 4,5 millions de voix ; l’ancien maire de Medellín Federico Gutiérrez a obtenu près de 2,1 millions de voix pour l’Équipe pour la Colombie, faisant de lui le candidat de la droite et Francia Márquez s’est retrouvée en troisième position dans les votes.

« Un et un » pour la présidence de la Colombie

Petro a annoncé mercredi qu’ils avaient décidé que l’équipe qu’il dirige et qui accédera à la Casa Nariño « aura Francia Márquez à la vice-présidence de la Colombie », précisant que cela ne signifie pas que Márquez est « la deuxième », mais qu’ils seront « une et un » et qu’is travailleront main dans la main, dans un lien horizontal.

À cette fin, Márquez installera son quartier général de campagne pour la vice-présidence à Medellín, la deuxième ville la plus importante du pays et traditionnellement pro-Uribe et de droite. Si Petro remporte les élections, il mettra également l’accent sur le ministère de l’égalité, que le candidat veut créer dans le pays, et « sur les territoires oubliés ».

« Les femmes de Colombie, les territoires exclus, les personnes exclues en raison de leur couleur de peau sont les trois piliers que la vice-présidence aura dans le premier gouvernement populaire de Colombie », a souligné M. Petro. Pour sa part, Mme Márquez a remercié les travailleurs, les paysans, les diversités sexuelles, les jeunes qui l’ont soutenue et « bien sûr mes sœurs, mes camarades, les femmes de ce pays qui ont été le support de la vie, qui au milieu de la guerre et de la violence ont fait rayonner l’amour ».

« Notre tâche dans le cadre du mandat constitutionnel de vice-présidente sera de combler les écarts d’inégalité et d’injustice dans les territoires exclus et réduits au silence. Nous voulons que tous les Colombiens puissent vivre agréablement dans ce pays », a déclaré Márquez, qui a été la grande surprise de l’élection de la coalition de gauche, remportant 785 215 voix, soit plus que Sergio Fajardo, le candidat vainqueur de la Coalition Centro Esperanza.

L’annonce concrétise ainsi la promesse faite par M. Petro avant les primaires de céder la vice-présidence au deuxième candidat le mieux placé lors des élections internes du parti, bien que cette promesse ait ensuite été remise en question lorsque la possibilité d’un accord avec les libéraux et le centre est apparue. Ces dernières semaines, Mme Márquez elle-même avait exhorté le candidat à « honorer » sa parole et à ne pas céder aux pressions.

Pendant la campagne présidentielle, Márquez a mis sur la table des questions qui ne figuraient pas à l’agenda politique colombien, comme l’équité entre les régions, la perspective féministe du processus de paix et la durabilité environnementale comme axe de développement productif. L’activiste a pris des décisions beaucoup plus progressistes que Petro lui-même, par exemple en s’exprimant sur des questions telles que l’avortement et le droit des femmes à décider de leur propre corps.

Sans avoir exercé de fonction publique et avec une campagne d’à peine trois mois, Mme Márquez s’est farouchement opposée aux projets gouvernementaux qui modifiaient la rivière Ovejas, un affluent qui alimente sa municipalité dans le Cauca. C’est précisément pour cela qu’elle a été reconnue en avril 2018 par le prix Goldman pour l’environnement, l’équivalent du prix Nobel de l’environnement, et en 2015 par le prix national pour la défense des droits de l’homme en Colombie. La BBC l’a également fait figurer en 2019 dans la liste des 100 femmes les plus influentes du monde.

« Nous sommes aujourd’hui arrivés à un moment décisif », a annoncé ce mercredi M. Petro, qui a assuré que les résultats des élections législatives, qui ont fait du Pacte historique le parti le plus voté tant à la Chambre des représentants qu’au Sénat, montrent que le peuple colombien « veut que ce pays change ». « Un changement que nous proposons tranquille, posé, calme ; un changement différent de ce qu’on pensait il y a quelques décennies en Amérique latine », a déclaré l’ancien maire de Bogota, faisant allusion à des modèles comme celui du Chili, où l’ancien leader étudiant Gabriel Boric vient d’entrer en fonction.

M. Petro, selon le dernier sondage du Centre national de sondage, est en tête des intentions de vote avec 32 %, soit neuf points d’avance sur Federico Gutiérrez, son principal rival de droite. Le centriste Sergio Fajardo, l’ex-otage des FARC Íngrid Betancourt et trois autres candidats sont également en lice pour le premier tour de scrutin du 29 mai.