Les tentacules de l’OTAN.

En rejoignant l’Alliance atlantique, le gouvernement colombien a ouvert la voie à toutes les manœuvres de l’OTAN, tant depuis ses côtes sur les océans Pacifique et Atlantique que depuis les frontières avec le Venezuela, le Brésil, l’Équateur et le Panama.

Les analystes internationaux se demandent souvent, et c’est compréhensible, si la politique étrangère des États-Unis changera selon qu’un président républicain ou démocrate dirige la Maison Blanche. Étant donné que pour un marxiste il est toujours bon d’éviter le manichéisme et de regarder la situation concrète dans ses rapports de classe historiquement déterminés, souligner qu’au niveau international l’essence de la politique étrangère nord-américaine ne présente pas de discontinuités n’est pas une prise de position idéologique.

« Tout change pour que rien ne change » est un schéma qui correspond bien à la stratégie américaine dans le monde. Qu’elle soit enveloppée dans une rhétorique trumpiste ouverte ou dans un « multilatéralisme » plus persuasif à la Biden, l’idée fondatrice de la suprématie armée reste la base du modèle de la politique étrangère nord-américaine ; un modèle qui nourrit et alimente les intérêts du complexe militaro-industriel, soutenu, relancé et actualisé par ses moteurs idéologiques, ses écoles de pensée et ses médias.

Sur cette base, les États-Unis se considèrent comme le gendarme du monde, légitimés dans une course aux armements pour se protéger du danger éternel, tant à l’intérieur que dans ses propres zones d’influence, qui regorgent donc de bases militaires. Un appareil qui a besoin, de temps en temps, d’être mis à l’épreuve, de prouver aux alliés-sujets qu’il vaut la peine de payer pour garantir la paix grâce au prestige indirect de cette suprématie armée.

Sur cette base, lorsque l’Union soviétique a disparu et donc la comparaison avec un modèle économique et un modèle de pensée qui plaçait au centre de ses préoccupation la paix et la justice sociale et pouvait donc aussi inspirer les manifestations pacifistes contre l’agression au Vietnam, les aventures guerrières américaines, poussées par des motifs de politique intérieure, ont consolidé le consensus des élites autour du concept de « démocratie » américaine comme vaccin du monde : en s’appuyant sur la double clé de la suprématie militaire et économique, mais aussi, si nécessaire, sur une prétendue supériorité morale et culturelle capable de coaliser des intérêts globalement concordants.

Ce concept est de plus en plus remis en question par la croissance d’un monde multicentrique et multipolaire, traversé par une mondialisation qui entremêle les intérêts entre des pôles divergents, comme on peut le voir en Amérique latine où la Chine entretient de solides relations commerciales même avec des gouvernements d’extrême droite comme le Brésil. D’autre part, on peut rappeler comment le pacte de coopération technico-scientifique avec l’Argentine, qui a conduit à l’établissement d’une station radar en Patagonie, signé en 2014 par la présidente de l’époque Cristina Kirchner et ratifié ensuite par son successeur (et ami de Trump), l’homme d’affaires Mauricio Macri, remonte à 1980, lorsque la dictature militaire anticommuniste était au pouvoir.

Néanmoins, si un an après l’assaut du Capitole, les échecs structurels de la démocratie bourgeoise américaine ont révélé la crise de l’hégémonie américaine également en termes d’attractivité, les États-Unis restent néanmoins la première puissance mondiale, bien soutenue par une alliance, celle de l’OTAN, avec de nouveaux plans d’expansion.

Nous le constatons avec le nouveau conflit en Ukraine et l’échec des réunions de Bruxelles entre la Russie et l’OTAN. L’Alliance atlantique, qui se prépare pour le sommet de juin à Madrid, a rejeté toutes les propositions de Moscou visant à contenir l’expansion vers l’est de la suprématie américaine, qui serait dangereusement élargie par l’adhésion de l’Ukraine, dernière nation à demander son adhésion. En trente ans, le nombre de membres de l’OTAN est passé de 16 à 30 pays, dont beaucoup appartenaient à l’ancien Pacte de Varsovie.

Les alliés de ces 30 pays sont désormais déployés le long des frontières de la Russie, mais Poutine est une fois de plus mis en cause par la propagande occidentale tonitruante. Les médias se gardent toutefois de diffuser le contenu de la plate-forme de dialogue et du projet de traité, proposé en décembre par Moscou et rejeté par Washington. Tous les points avancés par la diplomatie russe étaient axés sur le règlement pacifique des différends, l’engagement des deux parties à ne pas entreprendre d’actions nuisibles à la sécurité, le respect des principes de la Charte des Nations unies par toutes les organisations et alliances militaires auxquelles la Russie et les États-Unis adhèrent, et la non-utilisation des territoires d’autres États pour organiser ou lancer une attaque armée contre l’une ou l’autre des parties.

La Russie a également demandé aux États-Unis de ne pas établir de bases militaires sur le territoire d’autres anciens États soviétiques qui ne sont pas encore membres de l’OTAN et d’empêcher toute nouvelle adhésion d’anciens États soviétiques à l’OTAN. Cela étant, a déclaré la diplomatie russe, « s’il n’y a pas au moins une certaine marge de flexibilité sur des questions sérieuses », Moscou « ne voit aucune raison » de poursuivre les rencontres avec les États-Unis et leurs alliés.

L’Alliance atlantique a déclaré qu’elle restait disponible pour de nouvelles réunions car « le risque de conflit armé en Europe est très réel et doit être prévenu ». Entre-temps, tous les pions européens ont été déplacés pour soutenir la thèse selon laquelle Poutine souhaiterait envahir l’Ukraine et utiliser le gaz, via la société publique Gazprom, comme une arme politique dans les différends en cours avec les pays occidentaux.

« Le risque de guerre dans la région de l’OSCE est plus grand qu’au cours des trente dernières années », a déclaré le président en exercice de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, le ministre polonais des Affaires étrangères Zbigniew Rau, à l’ouverture du Conseil de l’OSCE, qui regroupe 57 pays, dont les États-Unis, l’Ukraine et la Russie. « Il n’y aura pas de négociations sur l’Ukraine sous la pression militaire de la Russie », a déclaré Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne, en faisant référence aux troupes russes présentes en Crimée.

Entre-temps, un groupe de 25 sénateurs démocrates, dirigé par Bob Menendez, a présenté un projet de loi sur la « défense de la souveraineté de l’Ukraine » en cas d’attaque russe. Le projet de loi prévoit des sanctions à l’encontre de M. Poutine, du Premier ministre, de hauts gradés militaires et de cadres du secteur bancaire. Les sanctions contre un chef d’État, a commenté le porte-parole du Kremlin, sont une mesure équivalente à une rupture des relations et « dépasseraient une limite ».

Le sénateur américain Menendez, qui préside la commission des affaires étrangères du Sénat américain, est connu pour avoir mené des campagnes contre Cuba, le Venezuela et le Nicaragua. En 2019, il a poussé le secrétaire d’État de l’époque, Mike Pompeo, à appliquer des sanctions contre Cuba, le Venezuela et le Nicaragua en raison de leurs relations avec la Russie. En décembre 2021, il fait signer à Biden le Reborn Act, pour renforcer les sanctions contre le Nicaragua, « coupable » d’avoir organisé les élections présidentielles du 7 novembre 2021, à nouveau remportées par le ticket présidentiel Daniel Ortega-Rosario Murillo.

Le sénateur a également œuvré pour que les mesures coercitives unilatérales soient adoptées par les partenaires européens des États-Unis et le Canada et soient accompagnées d’autres sanctions de nature économique, visant à revoir les prêts accordés au gouvernement nicaraguayen par les organisations internationales et à reconsidérer la participation du Nicaragua à l’accord de libre-échange qui lie plusieurs pays d’Amérique centrale aux États-Unis, première puissance mondiale et principal marché des exportations nicaraguayennes.

Les élections au Nicaragua et la participation des pays d’Amérique latine à l’investiture du président Ortega ont également fait l’objet de frictions au sein de la Celac, la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes, qui regroupe 33 pays américains (32 depuis le retrait du Brésil de Bolsonaro), à l’exception des États-Unis et du Canada. Le 7 janvier, le sommet de l’organisme axé sur la reprise de l’intégration continentale, malgré les différences de critères qui font bouger les gouvernements de droite subordonnés aux États-Unis, s’est tenu à Buenos Aires et a attribué la présidence pro tempore à l’Argentine.

L’opposition initiale du Nicaragua à la candidature de l’Argentine a disparu grâce à la médiation de Cuba et du Venezuela. Le gouvernement sandiniste avait protesté parce que, le 8 novembre, le gouvernement argentin avait publié un communiqué appelant au boycott des « élections frauduleuses » à Managua, puis, le 13 novembre, il avait approuvé un projet de résolution de l’Organisation des États américains (OEA), demandé par les États-Unis et huit autres pays. Toutefois, le gouvernement d’Alberto Fernández a décidé d’envoyer à nouveau son ambassadeur à Managua, qui était également présent lors de la prestation de serment d’Ortega, et le conflit a pris fin.

Le sommet de la Celac, qui s’est une nouvelle fois élevé contre les mesures coercitives unilatérales illégales imposées par l’impérialisme, a également dénoncé le fait que certains des pays présents, la Colombie en premier lieu, étaient là pour le compte de tiers, à savoir les États-Unis. La Colombie, qui regorge de bases militaires américaines, a rejoint l’OTAN en 2018 en tant que « partenaire mondial », rompant de fait la déclaration faite à La Havane en 2014 par l’organisme continental, par laquelle la Celac s’est déclarée « zone de paix ». Un objectif également réitéré lors du sommet de Buenos Aires.

En rejoignant l’Alliance atlantique, le gouvernement colombien (précédemment sous Manuel Santos et maintenant sous Iván Duque) a ouvert la voie à toutes les manœuvres de l’OTAN depuis ses côtes sur les océans Pacifique et Atlantique, ainsi que depuis les frontières avec le Venezuela, le Brésil, l’Équateur et Panama. Lors du sommet de Buenos Aires, la représentante colombienne a défendu le rôle de l’OEA et critiqué les « dictatures » d’Ortega et de Maduro. « Nous pensons que le multilatéralisme offre les meilleures options », a-t-elle déclaré, en faisant référence aux politiques américaines. Puis, dans un silence honteux sur les massacres perpétrés dans l’ombre du narco-gouvernement colombien, elle a redit l’importance de respecter les droits humains dans la région et de maintenir de bonnes relations avec les États-Unis et le Canada.

Le Venezuela, par la voix de son ministre des affaires étrangères, Félix Plasencia, a réitéré la proposition de créer un secrétariat général de la Celac « pour donner encore plus d’élan aux échanges entre tous les pays de la région », et a soutenu la demande de l’Argentine au Fonds monétaire international pour se débarrasser de la dette contractée par le précédent gouvernement de Macri. Le sommet a proposé 15 points à travailler dans les mois à venir. Il s’agit notamment de l’économie post-pandémie, de la coopération spatiale, de l’intégration de l’éducation, du renforcement des institutions et de la lutte contre la corruption.

« Faisons table rase du passé, allons de l’avant, chers frères et sœurs nicaraguayens, en construisant la paix pour combattre la pauvreté, en construisant la paix pour ouvrir de nouvelles voies », a déclaré Daniel Ortega à Managua alors qu’il entamait son cinquième mandat de président, après avoir été élu avec 75 % des voix. Un pas de plus vers le renforcement de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (Alba-Tcp) et de Petrocaribe, dans le cadre des alliances qui composent un monde multicentrique et multipolaire.

Source : https://venesol.org/2022/01/20/les-tentacules-de-lotan/