Bolivie : Plus d’un million de manifestants de la marche patriotique pour la défense de la démocratie et de l’unité du peuple sont arrivés à La Paz.

La Marche pour la Patrie, pour la défense de la démocratie, pour l’unité du pays et en soutien à l’administration du président Luis Arce et du vice-président David Choquehuanca est arrivée lundi après-midi dans la ville de La Paz après sept jours de mobilisation.
Plus d’un million d’indigènes, de paysans, de professionnels et de travailleurs, regroupés dans différents mouvements et organisations sociales, mais aussi individuellement, ont participé à la marche et sont entrés dans le siège du gouvernement, conduits par le président de l’État, Luis Arce, le vice-président David Choquehuanca, le leader du Mouvement vers le socialisme (MAS), Evo Morales, le président du Sénat, Andrónico Rodríguez, le président de la Chambre des députés, Freddy Mamani, les principaux leaders des organisations sociales d’envergure nationale, entre autres.

“Le peuple bolivien fait preuve d’unité en défendant notre gouvernement démocratiquement élu. C’est un signal clair pour la droite, on ne joue pas avec le peuple. “Vive la #MarchaPorLaPatria” ! , a posté le président Arce sur son compte Facebook depuis la marche alors qu’elle entrait dans La Paz en direction de la place San Francisco, où différentes organisations se rassemblent pour attendre la mobilisation.
La marche a quitté la municipalité de Caracollo, dans le département d’Oruro, le mardi 23 novembre au matin. Après sept jours, il s’agit d’une mesure pacifique face aux actions de déstabilisation provoquées au cours du mois de novembre par des secteurs de l’opposition impliqués dans le coup d’État de 2019.
“Nos camarades Lucho Arce président et David Choquehuanca vice-président, ont rejoint la #MarchaPorLaPatria, ensemble nous atteindrons la ville de La Paz, d’où nous dirons aux auteurs du coup d’État que le peuple doit être respecté (sic)”, a publié Evo Morales sur son compte Facebook ce matin.
Une réunion publique sur la place San Francisco devrait réaffirmer la demande de paix, d’unité et de démocratie de la marche dans le respect des 55,11 % remportés dans les urnes par le Mouvement vers le socialisme (Movimiento Al Socialismo) en octobre 2020.
Le président Luis Arce se félicite de la grande “Marche pour la patrie” à El Alto, soulignant que le vote du peuple ne doit pas être négligé.

Le président de l’État, Luis Arce Catacora, ainsi que le vice-président David Choquehuanca, se sont joints à la grande ” Marche pour la Patrie ” où ils ont reçu l’affection des marcheurs de la ville d’El Alto, une mobilisation qui représente le peuple qui demande et exige le respect de la démocratie et du vote souverain qui a constitutionnellement élu le président.
“Le peuple veut la tranquillité, il veut la paix, il veut la démocratie et que le vote exprimé dans les urnes soit respecté, et c’est un signal fort pour la droite; on ne joue pas avec le peuple ; il y a un vote qui doit être respecté. C’est ce qu’a déclaré Arce Catacora.
Au septième jour de mobilisation depuis son départ le 23 novembre de la municipalité de Caracollo, dans le département d’Oruro, il est prévu qu’elle atteigne le centre de la ville de La Paz pour culminer avec un rassemblement massif sur la place principale de San Francisco.
Participent à la marche le président du Movimiento al Socialismo, Evo Morales, les autorités nationales, les militants du MAS, la Central Obrera Boliviana (COB), le Pacte d’unité composé de la Confederación Sindical Única de Trabajadores Campesinos de Bolivia (CSUTCB), , la Confédération Nationale des Femmes Paysannes Indigènes de Bolivie – Bartolina Sisa (CNMCIOB-BS), la Confédération Syndicale des Communautés Interculturelles Originaires de Bolivie (CSCIOB), la Confédération des Peuples Indigènes de Bolivie Orientale (Cidob), ainsi que des organisations sociales telles que des conseils de quartier, des syndicats, des cultivateurs de coca, des coopératives de mineurs, entre autres.