La gauche et l’extrême-droite au 2e tour au Chili.

Le Service électoral du Chili (Servel), après avoir indiqué que 80,54 % des bureaux de vote ont été dépouillés, indique que le second tour pour la présidence aura lieu entre le candidat d’Apruebo Dignidad (Gauche), Gabriel Boric, et le candidat d’extrême droite José Antonio Kast le 19 décembre.

Selon le Servel, le pourcentage du décompte des voix correspond à 37 765 sur un total de 46 887 bureaux de vote à dépouiller. Pour l’instant, Kast est en tête de ce premier tour avec 28,15 %, suivi de Boric avec 25,32 points de pourcentage.

De son côté, la candidate de la coalition du Nouveau Pacte Social, Yasna Provoste, obtient 11,87 % (658 358 voix), tandis que Sebastián Sichel (687 294 voix) et Franco Parisi (731 483) obtiennent respectivement 12,39 et 13,19 % des voix.

Plus loin derrière se trouvent les candidats Marco Enríquez-Ominami avec 7,62 % (422 440 voix) et le professeur Eduardo Artés Brichetti avec 1,45 point de pourcentage (80 587 voix).

Il convient de noter qu’en termes de votes à l’étranger, le candidat Boric a gagné dans des pays comme l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Finlande, l’Italie et la Nouvelle-Zélande, tandis que Kast a remporté une majorité en Israël.

Une fois les résultats connus, le président du Parti socialiste (PS), Alvaro Elizalde, a appelé son parti à voter pour Boric au second tour en raison du danger du retour du pinochetisme à La Moneda. “Kast est une menace et une menace pour la vie des Chiliens”, a-t-il déclaré.

Le jour des élections s’est déroulé avec une forte participation, ainsi que des plaintes dans certaines zones où les bureaux de vote étaient fermés malgré la présence de citoyens qui attendaient d’exercer leur droit de vote.

Ces plaintes ont eu lieu même si les autorités de Servel ont insisté sur le fait que tant que les citoyens font la queue, leur droit de vote sera respecté, “tant qu’un électeur fait la queue à l’intérieur ou à l’extérieur des locaux, le bureau de vote doit recevoir les votes de tous avant de procéder à la fermeture”, ont-elles déclaré.

En plus d’élire un nouveau président, les Chiliens choisiront également leurs représentants à la Chambre des députés, aux sénateurs et aux conseils régionaux.

Source: Telesur – Traduction: Romain Migus