LACALLE POU, DISTRACTIONS ET GRÈVE DE L’AUSTÉRITÉ

Lacalle Pou defendió la existencia de la OEA y con ello intentó erigirse como el defensor del paradigma de "democracia representativa" creado por Washington (Foto: AFP)

Rapport de l’institut Samuel Robinson du 25/09/2021.

LACALLE POU, DISTRACTIONS ET GRÈVE DE L’AUSTÉRITÉ

26 Sep 2021, 1:40 pm.

PARTAGEZ

Depuis plusieurs jours, les rues de l’Uruguay connaissent les mobilisations et les manifestations de rue les plus importantes de ces dix dernières années, convoquées par la centrale syndicale PIT-CNT, les syndicats d’enseignants et les mouvements sociaux.

Scénario. Le 15 septembre, la plus importante centrale syndicale du pays (PIT-CNT) a appelé à une grève nationale qui a été favorablement accueillie par différents secteurs des travailleurs du pays, notamment les enseignants, les fonctionnaires, les travailleurs des transports et les ouvriers. La manifestation a réussi à rassembler, dans un agenda commun de revendications, un éventail très diversifié de secteurs affectés par les mesures néolibérales du gouvernement de Lacalle Pou, mais en même temps politiquement fragmentés.

Nouvelle majorité ? Les manifestations de rue et la grève nationale en Uruguay semblent indiquer le redressement du secteur politique anti-néolibéral après la stagnation du Frente Amplio, l’organisation politique qui a gouverné pendant 15 ans et qui a perdu le pouvoir au profit de la coalition de partis de droite dirigée par Lacalle Pou en 2019. Différents analystes soulignent la construction d’une “nouvelle majorité” composée de facteurs et de secteurs sociaux qui avaient perdu tout lien avec la direction du Frente Amplio.

Les objectifs. Les secteurs qui ont rejoint la grève se sont unis pour demander l’annulation des mesures néolibérales promues par Lacalle Pou ; celles-ci ont conduit à la réduction des salaires, à l’augmentation des tarifs des services publics, à la privatisation des biens publics de l’État tels que le port de Montevideo et à un large éventail de coupes dans les budgets sociaux incluant les secteurs de la santé, de l’éducation et du logement. Le président de la centrale syndicale, Fernando Pereira, a indiqué que “50.000 emplois ont été perdus, il y a un nombre important de personnes touchant l’assurance chômage, les salaires ont diminué de l’équivalent de 18 jours de paye en un an, c’est-à-dire que les gens travaillent autant mais reçoivent 18 jours de salaire en moins”.

« Austericide ». Lacalle Pou a promu la Loi d’Urgence (LUC), avec laquelle il cherche à formaliser l’offensive par des coupes budgétaires dans le domaine social, la réduction du rôle de l’État et, parallèlement, la privatisation de l’une des entreprises publiques les plus solides du pays : l’Administration Nationale des Carburants, Alcools et Portland (ANCAP). La mobilisation des syndicats et des secteurs sociaux a permis de rassembler un total de 800 000 signatures, un nombre sans précédent dans l’histoire contemporaine de l’Uruguay, pour faire pression en faveur d’un référendum visant à abroger 135 articles de la LUC.

Diversion. Les manifestations précédentes et l’agitation causée par la grève nationale convoquée par le PIT-CNT ont coïncidé avec la participation du président uruguayen au VIe sommet des chefs d’État et de gouvernement de la CELAC, qui s’est tenu à Mexico, où celui-ci a cherché à se faire remarquer en attaquant le président vénézuélien Nicolás Maduro et son homologue cubain, Miguel Díaz-Canel. Lacalle Pou a défendu l’existence de l’OEA et, ce faisant, a tenté de s’ériger en défenseur du paradigme de la “démocratie représentative” créé par Washington.

Pourquoi est-ce important. À la lumière de la situation politique de l’Uruguay, on comprend mieux pourquoi Lacalle Pou a pris la tête des attaques contre le Venezuela et Cuba lors de ce VIe sommet de la CELAC. Il s’agissait d’une manœuvre de diversion et de désir de charisme, mais aussi d’un mécanisme visant à s’attirer le soutien international alors que de larges secteurs de la société uruguayenne se mobilisent contre les projets de son gouvernement.

Rapport de l’Institut Samuel Robinson du 25/09/2021.

Source : Mision Verdad

Traduit par Sylvie Carrasco pour FAL33