L’ONU met en garde contre une autre sorte de “pandémie” qui menace le monde “et il n’y a pas de vaccin pour la guérir”.

Photo Mike Hutchings/File Photo / Reuters

18 Juin 2021

Les Nations unies préviennent que la sécheresse peut affecter indirectement des pays qui ne sont pas réellement touchés par le problème, “par le biais de l’insécurité alimentaire et de la hausse des prix des denrées alimentaires”.

La sécheresse pourrait “devenir la prochaine pandémie” avec la hausse des températures mondiales, a averti l’ONU jeudi, exhortant les pays à prendre des mesures urgentes en matière de gestion de l’eau et des terres et à faire face à l’urgence climatique.

“La sécheresse est sur le point de devenir la prochaine pandémie et il n’y a pas de vaccin pour la guérir”, a déclaré le représentant spécial des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe, Mami Mizutori, cité par Reuters.

Le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR) a publié jeudi le “Rapport spécial sur la sécheresse 2021”, notant que les sécheresses ont déjà causé des pertes économiques d’au moins 124 milliards de dollars et affecté plus de 1,5 milliard de personnes entre 1998 et 2017.

“Nous sommes au bord du gouffre” : l’ONU confirme que 2020 est l’une des 3 années les plus chaudes de l’histoire.

Toutefois, même ces chiffres sont “très probablement” des “sous-estimations grossières” car ils ne tiennent pas compte de l’impact sur les pays en développement, selon le rapport.

“Avec le changement climatique d’origine humaine, la fréquence et la gravité des sécheresses ont déjà augmenté dans certaines régions du monde, qui sont souvent [déjà confrontées] à la pénurie d’eau”, ajoute le rapport.

La sécheresse peut affecter indirectement

Le réchauffement de la planète a maintenant intensifié les sécheresses en Europe méridionale et en Afrique de l’Ouest, et le nombre de personnes touchées “va augmenter de façon spectaculaire” si le monde n’agit pas, prévient M. Mizutori.

Selon les estimations des Nations unies, environ 130 pays pourraient être confrontés à un risque accru de sécheresse au cours de ce siècle dans le cadre d’un scénario à fortes émissions. Vingt-trois autres pays seraient confrontés à des pénuries d’eau dues à la croissance démographique, tandis que 38 pourraient connaître les deux problèmes.

L’ONU prévoit des sécheresses plus fréquentes et plus graves dans la plupart des pays d’Afrique, d’Amérique centrale et du Sud, d’Asie centrale, du sud de l’Australie, du sud de l’Europe, du Mexique et des États-Unis.

Mizutori a expliqué que la sécheresse, comme un virus, a tendance à durer longtemps, à avoir une large portée géographique et à causer des dommages en chaîne. “Elle peut affecter indirectement des pays qui ne connaissent pas réellement la sécheresse, par le biais de l’insécurité alimentaire et de la hausse des prix des denrées alimentaires”, a-t-il ajouté.

Source: RT

Traduction: FAL 33

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*