UBS empêche le Venezuela d’accéder aux vaccins

UBS, une société suisse de services financiers basée à Zurich, a bloqué plus de 4,5 millions de dollars que le Venezuela a transférés au fonds Covax pour l’achat de vaccins contre le coronavirus.

Cela a été confirmé par Santiago Cornejo, directeur du mécanisme Covax, l’agence qui centralise le fonds de vaccins pour le distribuer aux pays y ayant moins d’accès.

M. Cornejo a envoyé une note à l’ambassadeur Héctor Rosales, représentant de la République bolivarienne du Venezuela auprès des Nations unies, détaillant les montants bloqués.

Il s’agit de quatre paiements, bloqués entre le 21 avril et le 18 mai, pour un montant d’un peu plus de 4,6 millions de dollars, selon la note publiée jeudi par le gouvernement vénézuélien.

UBS est une société anonyme dont les actions sont cotées à la principale bourse suisse et à la bourse de New York. Elle possède 300 succursales réparties dans 50 pays du monde entier.

Le nom de la société provient de l’abréviation de l’Union des banques suisses (UBS), un acronyme devenu sans signification en 1998, lorsque la banque a fusionné avec la Société des banques suisses.

Lors de la clôture de la conférence académique internationale traitant des « Mesures coercitives unilatérales : non-respect du droit international et génération de graves conséquences humaines », la vice-présidente du Venezuela, Delcy Rodríguez, a dénoncé le blocage d’UBS

Elle y a dénoncé le fait que les fonds déposés à COVAX ont été bloqués par une banque internationale et font l’objet d’une enquête.

Actuellement, plus de 30 pays sont bloqués par les Etats-Unis et ont également des difficultés à accéder aux traitements, équipements et vaccins contre le COVID-19, a-t-elle rappelé.

En ce sens, elle a assuré qu’avec beaucoup de difficultés, le Venezuela a réussi à accéder au système COVAX, créé par l’Organisation mondiale de la santé pour centraliser l’achat et la distribution des vaccins.

« Le Venezuela a été exclu du système financier international et a été victime de l’agression de cette politique dévastatrice contre les droits de l’homme dans notre pays », a-t-elle déclaré.

Les mesures coercitives et unilatérales des Etats-Unis « sont une extorsion et un chantage aux peuples, leur objectif est le changement de régime des pays qui ne sont pas soumis aux Etats-Unis et à leurs alliés ».

Source : America XXI Traduction : Venesol