Il nous faut récupérer la subjectivité des peuples originaires pour aller au delà du capitalisme et de la modernité.

Laura Cano/Alba TV | 13 DE MAYO DE 2021

Rappelons-nous le philosophe bolivien, Juan José Bautista Segales, qui est passé de la réalité au plan spirituel, mais aujourd’hui, plus que jamais, rappelons-nous ses contributions en vue de nouveaux horizons pour la construction d’autres mondes possibles dans la lutte des peuples latino-américains.

« Chez la gauche et en Amérique Latine le modèle de politique répond à la modernité et cette politique est faite pour que ce soient toujours les riches et les puissants qui gagnent, ceux qui se sont emparé des moyens massifs de production. Cette politique n’est pas faite pour que le peuple gagne « ainsi pensait l’intellectuel bolivien au cours de la IIème Ecole de la Pensée Coloniale » qui s’est tenue en 2017 à Caracas, Venezuela.

Bautista disait aussi que pour penser et mener une autre politique il était important de déconstruire la rationalité euro centrique, moderne et séculaire qui non seulement a été imposée à notre Amérique mais qui est aussi le produit des modèles de production existants.

« Ceci a à voir avec le champ de la production, et bien sûr à la production de la subjectivité, ce qui nous renvoie au problème de la production de la vie.

Quel type de vie produisons-nous ou produisions-nous ? Nous les pays du tiers monde, nous produisions la matière première brute, tandis qu’eux, (les européens) transforment ces produits, les rendent sophistiqués et partant de là se voient comme sophistiqués. Et cette vie européenne ou nord-américaine, moderne, se fait au détriment de la nôtre et en négation de la nôtre.

Vouloir opter pour cette vie et cette manière de penser implique de nier nos modes de vie, notre propre façon de penser et nos connaissances « exposait Bautista.

Pour cela, il insistait sur le concept de communauté des peuples originaires, lequel ne fait pas seulement allusion à l’inter relation personnelle entre les êtres humains.

« Penser que la communauté se réduit à cela est une naïveté dans laquelle nous tombons dans la pensée moderne. La communauté pour les peuples originaires est une communauté de parents intégrée par les parents spirituels, les êtres humains et ceux qui viennent de la Pacha Mama » soulignait-il.

« On dit que le frère humain Chavez est mort, cependant pour les peuples originaires, il vit et continue de vivre, il fait maintenant partie des ancêtres aux yeux de la communauté. Nous avons besoin de récupérer la subjectivité des peuples originaires pour nous permettre de dépasser le capitalisme et la modernité.

Mais, la gauche elle -même, n’est pas prête à y croire parce qu’elle a encore une conscience moderne, bourgeoise et séculaire « disait-il.

Juan José Bautista nous a toujours invité dans chacun de ses cours, débats, conférences à construire un nouveau cadre pour nous penser et nous reconnaître à partir de l’Amérique latine. Il se référait à de nouveaux horizons de sens, « un retour aux racines « pour comprendre et transformer la vie où le Bon Vivre serait au centre de nos luttes et qui deviendraient les défis pour la politique et la pensée décoloniale.

Source: AlbaTV

Traduction: FAL 33