Cuba dénonce une opération financée par les États-Unis visant les enfants cubains

La Havane, 3 avril (RHC) La télévision cubaine a dénoncé une nouvelle action orchestrée par des personnes au service des Etats-Unis et ayant pour cible les enfants.

Selon le journal parlé de la télévision nationale, le contre-révolutionnaire Luis Manuel Otero, connu pour avoir simulé une grève de la faim et dénigré les symboles patriotiques, avait l’intention de mener une activité subversive dimanche prochain.

Un tel événement coïnciderait avec les célébrations, sur le territoire de l’île, du 60e anniversaire de la création de l’Organisation des pionniers José Martí, qui regroupe des enfants jusqu’à 15 ans, une date importante pour Cuba.

Selon le rapport, Luis Manuel Otero a monté une exposition dans le quartier de San Isidro à La Havane, à laquelle les enfants seraient invités.

Les images représentent des bonbons, et il expliquerait aux enfants qu’ils ne pouvaient pas les manger à cause de la mauvaise gestion du gouvernement; puis, «comme par magie», les bonbons apparaissaient et il les distribuait, ont indiqué les médias.

La source a souligné que cet individu, qui avait prétendu ne pas recevoir de fonds ou d’ordres de l’étranger, a un contrat avec le National Democratic Institute des États-Unis, un sous-traitant d’organisations ayant l’habitude de garantir des fonds pour la subversion à Cuba.

Cette agence est une sorte de groupe de réflexion pour certains secteurs de la politique de Washington et, depuis les années 1990, elle tente d’influencer la société cubaine.

Selon des documents montrés par la télévision nationale, l’Institut a versé à Luis Manuel Otero  une aide financière pouvant aller jusqu’à 1 000 dollars par mois pour réaliser des activités entre le 2 janvier 2021 et le 4 janvier 2022.

La télévision a également montré la relation entre ce mercenaire et Carla Josefina Velázquez, directrice du programme de participation citoyenne de l’institut cité, par le biais d’un enregistrement audio dans lequel elle lui donne des indications et assure : «Je te dirige».

En outre, le journal télévisé a rappelé qu’au sommet de l’organisation se trouve Madeleine Albright, qui était secrétaire d’État pendant le second mandat de Bill Clinton, une période d’intense activité contre Cuba.

Selon des sources officielles, l’île est la cible d’un coup d’État en douceur et, dans ce contexte, les contre-révolutionnaires mettent en avant des plans visant à générer une confrontation entre la population et le gouvernement.

Selon des données publiques, au cours des deux dernières décennies, Washington a dépensé environ 250 millions de dollars pour des programmes d’agression contre Cuba.

Source: Prensa Latina