La justice de Bolivie ordonne la capture de l’ancien commandant en chef des forces armées

Bolivie Bolivie | March 12, 2021

Le parquet bolivien a ordonné la capture de l’ancien commandant en chef des forces armées, Williams Kaliman, pour sa participation au coup d’État de novembre 2019.

“Il y a un mandat d’arrêt” et la police “est chargée de l’exécuter”, a affirmé le juriste Jorge Victor Nina qui représente l’ancienne législatrice du Mouvement vers le socialisme (MAS), Lidia Patty, qui a porté plainte en novembre dernier pour terrorisme et sédition.

L’avocat dénonciateur a expliqué que l’ancien commandant Kaliman “a été un élément principal” dans la consolidation de ces crimes, depuis le jour où Evo Morales a quitté la présidence du pays, le 10 novembre 2019, les militaires ont demandé “la démission d’un gouvernement élu”.

Il a également rappelé que l’ancien commandant des forces armées “a rencontré son état-major” et que ces comportements ont provoqué “l’établissement illégal d’un gouvernement de facto”.

Les enquêtes relatives au coup d’État de 2019 ont déjà commencé à produire leurs premières actions après presque quatre mois du dépôt de la plainte de l’ancienne parlementaire Lidia Patty et de son représentant légal.

À ce jour, quatre anciens chefs de la police et de l’armée font déjà l’objet de mandats d’arrêt pour ces affaires.

L’un d’eux est l’ancien commandant en chef des forces armées, le général Sergio Orellana, qui a quitté le pays fin 2020 pour la Colombie.

Il y a aussi l’ancien commandant de la police, le général Vladimir Yuri Calderón, et l’ancien commandant de la marine bolivienne, l’amiral Flavio Arce, qui a déjà été inculpé pour les crimes de terrorisme et de sédition.

Source: Telesur – Traduction: Romain Migus