Mobilisations sociales massives au Paraguay

Paraguay Paraguay | March 07, 2021

La foule des opposants au gouvernement a défilé pacifiquement en débordant plusieurs avenues. La condamnation de la corruption mais aussi les violations continues des droits de l’homme et surtout la mauvaise gestion du gouvernement dans la crise du covid, ont été dénoncées dans la mobilisation qui a réuni de nombreux jeunes.

À un moment donné, pendant les affrontements, la police a hissé le drapeau blanc parce qu’elle était en infériorité numérique par rapport aux manifestants. Même le chef de la police qui dirigeait la répression a demandé le dialogue. Des milliers de personnes ont transformé les rues du centre de la capitale en une barricade continue. Ils ont également averti qu’ils ne quitteraient pas les rues tant que “le président ne démissionnerait pas”.

Face à l’impossibilité de porter des armes pour protéger l’ordre public, la police anti-émeute en uniforme a demandé aux manifestants de réduire l’intensité de leurs protestations.

La demande a été faite à un moment où ils essayaient de prendre le contrôle de la zone autour du Panthéon des Héros.

Les affrontements entre les officiers en uniforme et les civils s’y sont déplacés. A un certain moment, les manifestants ont pris le contrôle des rues.

Ils ont également saisi un officier de la police anti-émeute et l’ont violemment agressé. Après avoir été encerclés, les policiers ont levé leur foulard blanc et ont demandé un peu plus de calme.

En réponse à cette demande, la marée s’est momentanément calmée, mais avec l’attente de nouveaux soulèvements.

Des magasins ont été détruits et pillés, des véhicules ont été cambriolés et, après 21 heures dans la rue Palma, il y a eu une ruée de gens, de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène.

Un groupe de personnes a attaqué le bâtiment du ministère des finances, ce qui a provoqué la réaction de la police.

Il convient de rappeler que les premiers incidents se sont produits vers 20 heures, à l’angle du 14 de Mayo et de Paraguayo Independiente, à proximité du Congrès national.

À Ciudad del Este, de grandes manifestations

Des citoyens représentant divers groupes ont manifesté cet après-midi au rond-point du km 1 à Ciudad del Este pour protester contre le manque de médicaments, la médiocrité des soins de santé publique et exiger la fin de la corruption. Pour résoudre tout cela, ils appellent à un changement de gouvernement. “Il ne suffit pas que Julio Mazzoleni parte, il faut poursuivre toute la structure corrompue de l’État et le responsable est Mario Abdo”, a déclaré Derlis Enciso, qui a affirmé qu’il appartient au secteur de ceux qui sont fatigués de la corruption, des injustices sociales et que le peuple paie avec des restrictions dans cette pandémie du coronavirus.

William Bernal et Asunción Jara, représentant le groupe appelé Médecins pour la Vérité, ont également exigé le départ de tous et aussi le changement du protocole de santé pour un protocole qui défende la vie “parce qu’avec le système actuel, des milliers de personnes sont maltraitées et meurent. L’IPS ne fait que collecter et n’investit pas correctement dans des soins de santé décents pour les assurés, ont-ils déclaré.

Répression policière

Vers 20 heures ce soir, les premiers conflits ont été enregistrés dans les environs du Congrès, entre des membres de la police et un groupe de citoyens qui se sont rendus dans les environs du Congrès. La protestation porte sur la corruption et vise à exiger du gouvernement du président Mario Abdo Benítez une réponse immédiate aux carences du système de santé en pleine pandémie de COVID-19.

Selon les rapports, il y a des blessés, mais le nombre exact n’est pas connu. On ne sait pas avec certitude comment les incidents ont commencé, car les camions de pompiers, la police montée et les gaz lacrymogènes sont soudainement apparus. Des coups de feu ont également été entendus.

D’autres incidents se sont produits après qu’un groupe de jeunes cagoulés a répondu à la répression par des policiers en uniforme et en civil qui sont immédiatement sortis pour réprimer avec des balles en caoutchouc ainsi que des gaz lacrymogènes.

Comme d’habitude, les sources policières et de nombreux médias ont minimisé la répression policière et l’ont imputée à “un groupe de “hooligans” qui voulaient atteindre le palais du gouvernement”.

Plus tard, les manifestants se sont regroupés et se sont déplacés dans les environs du Panthéon des héros et dans d’autres rues de la capitale comme le quartier de Palma et Nuestra Señora de la Asunción, où ils n’ont pas hésité à confronter les répresseurs avec ce qu’ils avaient sous la main. Ils ont également attaqué des institutions officielles et le quartier général de la police lui-même….

Source : Resumen Latinoamericano – Traduction : Romain Migus