Le Sénat du Mexique s’oppose à la privatisation du secteur électrique

Mexique Mexique | March 04, 2021

Le Sénat mexicain a approuvé mardi soir, avec 68 voix en faveur, le projet de décret réformant la loi sur l’industrie électrique, promu par le président Andres Manuel Lopez Obrador, et l’a envoyé à l’exécutif pour promulgation.

Après une séance de travail par téléconférence qui a duré plus de neuf heures, les sénateurs des partis Morena (du président Lopez Obrador), Travail (PT) et Rencontre sociale (PSE) ont défendu le fait que l’initiative juridique respecte le cadre constitutionnel.

C’est l’un des arguments choisis par l’opposition pour tenter de la bloquer.

Le coordinateur de Morena à la Chambre haute, Ricardo Monreal, a rappelé aux législateurs de l’opposition que la Magna Carta ne conçoit pas de participation privée dans des domaines stratégiques et exclusifs de l’Etat, comme l’électricité.

Monreal et Ana Lilia Rivera (également de Morena) ont expliqué que renforcer la Commission fédérale de l’électricité (CFE), propriété de l’État, et lui donner un plus grand contrôle, c’est défendre les intérêts du pays, contrairement aux dispositions des gouvernements néolibéraux, qui ont cédé le secteur aux sociétés transnationales, ont-ils soutenu.

Ils ont expliqué que l’objectif n’est pas d’exclure les entreprises privées. Ils peuvent fonctionner mais sans privilèges exclusifs, ont-ils dit, faisant allusion au paradoxe selon lequel la CFE a dû acheter de l’énergie à des coûts élevés aux transnationales.

La sénatrice Jesusa Rodriguez (Morena) a souligné que la loi prévoit la révocation des permis d’auto-approvisionnement irréguliers, tels que ceux qui permettent à des consortiums comme Soriana, Walmart et Oxxo d’obtenir de l’électricité subventionnée, a-t-elle dit.

Dans un moment de débat animé, les sénateurs José Narro, Napoleón Gómez et Salomón Jara (Morena) ont déclaré que l’opposition ne s’intéressait pas à la souveraineté nationale et qu’elle était intéressée par la poursuite des activités des sociétés transnationales d’électricité.

Face à des insinuations tendancieuses, le législateur Martí Batres a répondu au banc de l’opposition que “l’on peut dire que nous nous conformons aux instructions du président, mais jamais que nous nous conformons aux instructions d’Odebrecht, d’Iberdrola, de Repsol “, ou que “nous avons reçu des pots-de-vin ou des primes, comme celles versées aux législateurs qui ont approuvé la réforme énergétique de Peña Nieto “, a-t-il déclaré.

Après son approbation au Sénat, le projet de loi a été transmis à l’exécutif pour promulgation. Auparavant, la réforme avait été approuvée à la Chambre des députés, avec un solde de 304 voix en faveur.

Les sénateurs de l’opposition ont annoncé qu’ils allaient déposer une action en inconstitutionnalité devant la Cour suprême de justice.

Source: Telesur – Traduction: Romain Migus