Le parlement du Paraguay enquête sur une affaire de corruption impliquant leur gouvernement et Juan Guaido

Paraguay Paraguay | January 14, 2021

À une large majorité, le parlement a décidé de convoquer Juan Ernesto Villamayor, chef du cabinet civil du pouvoir exécutif, à une interpellation. Il sera convoqué pour répondre aux questions des députés à propos du scandale international qui a été déclenché par l’article du Washington Post sur la prétendue négociation irrégulière entre un commissaire de Juan Guaidó et Petropar, qui, si elle avait lieu, aboutirait au paiement d’une commission d’un million de dollars à l’avocat Sebastián Vidal, qui est le conseiller juridique d’un des oncles du président du Paraguay.

L’accord aurait proposé d’annuler la moitié de la dette que le Paraguay a envers l’entreprise pétrolière vénézuélienne PDVSA. Villamayor a fait valoir que ces négociations ne se sont pas matérialisées parce que le gouvernement Guaidó n’a pas la légitimité nécessaire pour gérer le processus d’arbitrage. Javier Troconis, le commissaire de Guaidó, a déclaré que les négociations ont été interrompues parce qu’elles n’étaient pas bénéfiques pour son pays.

“En outre, le manque de transparence des négociations bilatérales entreprises par le gouvernement de Mario Abdo Benítez et dirigées par son chef d’état-major, Juan Ernesto Villamayor, est une source de grave préoccupation pour les députés en charge du projet, le fait que le fonctionnaire interrogé soutient que Petropar est une sorte d’État dans l’État et que les négociations internationales où sont discutés les intérêts de la compagnie pétrolière d’État paraguayenne peuvent être menées sans l’intervention du ministère des affaires étrangères et des organes constitutionnels chargés de veiller aux intérêts patrimoniaux du Paraguay”, ont exprimé les députés dans l’argument des motifs.

Pedro Alliana, dans l’exercice de ses fonctions de chef de l’Assemblée, convoquera Villamayor pour l’interpellation le 20 janvier à 9 heures.

Celeste Amarilla (PLRA) s’est exprimée en faveur de l’interpellation. Elle a souligné qu’il appartient à Villamayor de clarifier les faits liés à des négociations prétendument peu transparentes concernant la dette de la compagnie pétrolière paraguayenne envers le Venezuela.

Il a également critiqué le “silence sépulcral” du président Mario Abdo Benítez concernant des situations qui mettent en cause ses plus proches collaborateurs.

Norma Camacho (PEN) a exprimé sa position en faveur de l’interpellation. Elle a également critiqué le président Mario Abdo Benítez pour ne pas avoir donné son avis sur l’accord en cours de négociation.

Jazmín Narváez (ANR) a exprimé son soutien et a expliqué que, même si le cas négocié ne s’est pas concrétisé, en tant que fonctionnaire, Villamayor a l’obligation de clarifier les doutes. Interviennent également Edgar Acosta (PLRA), Celso Kennedy (WIN) et Kattya González (PEN).

Miguel Tadeo Rojas (ANR) a indiqué que la manière dont cette négociation a été menée est frappante. Il a déclaré que M. Villamayor devrait se retirer, au moins jusqu’à ce que la situation soit clarifiée. Il a rappelé que Villamayor a déjà été interrogé de nombreuses façons qui ternissent le gouvernement actuel.

Basilio Núñez, – chef du parti d’Honor Colorado – a avancé son vote pour l’interpellation. “Cette négociation a été faite pour s’enrichir dans le dos du peuple paraguayen”, a-t-il déclaré.

Raúl Latorre (ARN) a déclaré que les contradictions dans les versions de Villamayor et de Juan Guaidó sont très inquiétantes, c’est pourquoi l’interpellation est impérative. Il a soutenu qu’il n’y a pas de “pacte d’impunité” qui retire la responsabilité au chef d’état-major.

Sebastián Villajero (PPQ) a déclaré qu’il est de la responsabilité des personnes au pouvoir de rendre des comptes et de dissiper les doutes qui peuvent surgir quant à leur gestion. Il a souligné que les autorités doivent gagner la crédibilité des citoyens et que cela ne se fera que dans la transparence. Il s’est prononcé en faveur de l’interrogatoire.

Source : abc (Paraguay) – Traduction : Romain Migus