La justice suit son cours dans l’affaire de corruption Oderbrecht en République Dominicaine

République Dominicaine République Dominicaine | January 10, 2021

L’affaire Odebrecht semble avancé judiciairement en République dominicaine après des interruptions, des retards et des revers.

Le procureur spécial pour la corruption administrative, Wilson Camacho, a déclaré à la presse que « les choses se passent plutôt bien » dans le procès.

« Selon nos critères, les choses vont assez bien, mais nous ne pouvons pas donner de détails sur ce que les témoins déposent », a ajouté le magistrat après l’audience d’hier.

Le tribunal a déclaré qu’il ne rendrait pas publics les témoignages des témoins actuels afin de protéger leur intégrité et qu’ils ne seraient pas transférés à d’autres témoins, a-t-il dit.

Selon M. Camacho, les choses se déroulent selon la théorie du ministère public, ce qui est important pour le développement du processus.

Lors de la dernière séance, le directeur d’Odebrecht Mauricio Dantas a témoigné, qui a admis lors de ses déclarations que les pots-de-vin de l’entreprise pour obtenir des travaux publics étaient canalisés par les accusés l’entrepreneur Ángel Rondón et l’avocat Conrado Pittaluga.

M. Rondón s’est limité à souligner qu' »il dit ce que les informateurs disent, il ne dit rien de nouveau » et a déclaré qu’il se sentait « calme » par rapport à ce qui a été révélé contre lui.

Mauricio Dantas a représenté l’entreprise de construction dans l’accord signé avec le ministère public en 2017, dans lequel la transnationale s’est engagée à payer 184 millions de dollars à la République dominicaine pour les dommages causés à l’État par le paiement des pots-de-vin.

Dantas poursuivra sa présentation lundi prochain et une fois celle-ci terminée, les témoignages de ses compatriotes Rodrigo Maluf Cardoso, Marcelo Hofke et María Eugenia Batista seront entendus.

Le ministère public a accusé six personnes d’avoir reçu 92 millions de dollars de la société de construction brésilienne pour remporter des contrats de construction en République dominicaine.

Outre Rondón et Pittaluga, les accusés sont Víctor Díaz, ancien ministre des travaux publics ; Andrés Bautista, ancien président du Sénat ; Tommy Galán, ancien sénateur, et Roberto Rodríguez, ancien directeur de l’Institut national des eaux et des égouts.

D’autre part, un processus parallèle est en cours qui concerne le dépôt final de huit dossiers classés par l’ex-procureur général, Jean Alain Rodriguez, qui est effectué par le juge coordonnateur des tribunaux du district national, José Alejandro Vargas.

Les dossiers déposés correspondent au président du Parti de la libération dominicaine, Temístocles Montás ; à l’ancien sénateur Julio César Valentín ; à l’ancien administrateur de la Corporation dominicaine des entreprises électriques de l’État, Radhamés Segura, et au président de la Chambre des députés, Alfredo Pacheco.

Sont également dans le colimateur de la justice l’ancien député Rudy González ; l’ancien administrateur de la Corporación de Empresas Eléctricas, César Sánchez ; l’ancien directeur technique de la Empresa de Generación Hidroeléctrica Dominicana, Bernardo Castellanos, et l’ancien administrateur de la Empresa de Generación Hidroeléctrica, Máximo de Óleo.

Il est prévu que le 14 janvier prochain, la décision relative à la demande du ministère public d’inclure à nouveau ces huit personnes comme accusés dans l’affaire Odebrecht sera rendue publique dans la salle d’audience du premier tribunal collégial du palais de justice de Ciudad Nueva, dans la capitale.

L’affaire Odebrecht est suivie dans ce pays depuis 2017 et il est généralement demandé qu’elle soit conclue le plus rapidement possible afin de clore l’une des affaires de corruption les plus notoires de ce pays et que les huit personnes exclues qui étaient accusées au départ soient ajoutées au procès.

Source : Prensa Latina – Traduction : Romain Migus