Le Venezuela compte désormais sur une nouvelle Assemblée Nationale

Venezuela Venezuela | January 06, 2021

Ce mardi 5 janvier 2020, la nouvelle Assemblée nationale pour la période 2021-2026 a été installée au cours d’une cérémonie solennelle qui s’est tenue au Palais législatif fédéral de Caracas.

À cette fin, le député Fernando Soto Rojas a été nommé directeur des débats, car il est le doyen de l’Assemblée. Dans son discours, il a déclaré que l’Assemblée Nationale “a une légitimité constitutionnelle, une légitimité populaire et un fondement historique. Il nous appartient, en tant que représentants de la volonté nationale, de fonctionner comme une totalité dialectique afin de faire face à une réalité complexe, difficile et exigeante aux niveaux national, régional et mondial”.

“Bienvenue aux députés, ici nous avons démontré une fois de plus l’importance de se parler et de se comprendre, nous pouvons parvenir à un débat et à des accords fondamentaux dans l’intérêt des Vénézuéliens”, a déclaré Soto Rojas. “Notre point de départ, au-delà de la réalité nationale, est de situer notre fil conducteur historique populaire, en tant que peuple, dans la lutte prolongée pour l’indépendance et la liberté”, a-t-il déclaré.

Il a rappelé qu’au milieu de la crise historique et structurelle que le capitalisme traverse pour les peuples d’Amérique et du monde, la révolution bolivarienne avec le président de la République, Nicolás Maduro, à sa tête et l’Assemblée nationale constituante ont joué un rôle fondamental en termes de paix”.

Ensuite, Soto Rojas a nommé une commission d’installation chargée d’examiner les pouvoirs de chacun des députés élus le 6 décembre dernier, composée des députés Pedro Infante, Fernando Bastidas, Anyilet Tabayo, Soni Sánchez et Jayson Guzmán.

Une fois cette condition remplie, comme le prévoit l’article 3 du règlement du Parlement, l’élection du conseil d’administration pour la période annuelle 2021-2022 a eu lieu, sur proposition du député Diosdado Cabello, qui disposait d’une majorité évidente.

Jorge Rodriguez, député du Grand Pôle Patriotique (GPP), a été élu président de l’Assemblée nationale.
La première vice-présidente sera Iris Varela, ancienne ministre du système carcérale.
La deuxième vice-présidence sera assurée par Didalco Bolívar, ancien gouverneur d’Aragua.
Rosalba Gil a été nommée secrétaire.
Inti Hinojosa a été élu secrétaire adjoint.

Retour sur les débats

Dans son discours de proposition du conseil d’administration, le député Diosdado Cabello, chef du groupe parlementaire du Polo Patriótico, a déclaré qu’à partir du 5 janvier, une nouvelle ère politique commence pour le Venezuela. Il a souligné que cette nouvelle période historique et politique “doit conduire à une compréhension des fonctions de chaque institution de l’État et de l’Assemblée nationale”, comme l’établit la Constitution.

Il a réitéré que la nouvelle directive de l’AN qui est mise en place ce mardi, a “une grande majorité de Chavistas, renforcée, consciente et un groupe de députés de l’opposition qui sont les bienvenues au débat. Il a regretté que les conséquences de la mauvaise gestion parlementaire pour la période 2016-2020, “aient été payées par le peuple pendant cinq ans parce qu’elles ont fait beaucoup de dégâts à un peuple, un pays, une patrie”.

M. Cabello a affirmé que les députés qui entreront dans l’hémicycle à partir de mardi seront toujours proches du peuple, “accompagnant toujours les pensées de Chávez et de Simón Bolívar”.

Puis José Gregorio Correa, député de l’opposition pour l’Alliance démocratique, a pris la parole. Il a rappelé son mécontentement à ce que que l’opposition ne soit pas incluse dans les nouvelles autorités, et a souligné que 80 % des électeurs n’ont pas voté pour le GPP. “Aujourd’hui, ils n’ont aucune excuse pour dire que le pays ne peut pas aller de l’avant. Le Venezuela a besoin de réconciliation, d’humanisme, sans sifflet et sans haine”, a déclaré l’opposant Correa. “L’exécutif n’a pas été contrôlé depuis des années. Ni vous, ni nous, ni personne d’autre ne connaît les chiffres de la BCV, le budget de la République et ceux qui viennent des régions ne connaissent pas le budget de leurs Etats”, a-t-il déclaré.

Au cours du débat, le député Jesús Faría (PSUV) a déclaré que le nouveau parlement jouera un rôle fondamental “dans la défense du pays, de la souveraineté et des intérêts du peuple”. Dans son discours, il a déclaré qu’avec la victoire de Chavisme, “le peuple revient à l’Assemblée nationale”, tout comme les portraits du libérateur Simón Bolívar et du commandant Hugo Chávez. “Nous vomissons les traîtres de la patrie, nous exécrons les putschistes, les voleurs, de ce lieu sacré du peuple vénézuélien”, a-t-il déclaré.

A son tour, le député Pedro Carreño (PSUV) a souligné qu’avec l’installation de la nouvelle AN, le pays vivait un moment important, laissant derrière lui “un cauchemar de troubles, de guerre, de persécutions”, lorsque le parlement a laissé de côté ses pouvoirs et attributions établis dans la Constitution, pour se mettre au service de “d’interêts anti-patriotiques”.

Du côté de l’opposition, le législateur Javier Bertucci est intervenu, s’opposant à la proposition du banc des députés du GPP comme une imposition et appelant à plus de débat, de dialogue et d’unité. Il a indiqué que les membres de l’opposition devraient être inclus dans les nouvelles autorités, bien qu’il n’ait fait aucune proposition. Pour cette raison, le directeur des débats lors de la cérémonie d’installation, Fernando Soto Rojas, a indiqué que l’opposition “continue sans projet historique ou alternatif au projet bolivarien.

Il est à noter que lors des élections du 6 décembre, le Grand Pôle Patriotique a remporté 256 sièges sur un total de 277.

Jorge Rodríguez : L’Assemblée nationale va entamer une consultation permanente avec le peuple

Dans son premier discours après avoir prêté serment, le président de l’Assemblée Nationale, Jorge Rodriguez, a annoncé que le parlement établira des mécanismes technologiques et de face-à-face pour lancer un processus de consultation permanente avec le peuple, afin de déterminer les lois nécessaires qui doivent être discutées et approuvées dans l’intérêt du pays.

Parmi les lois, il a soulevé la nécessité d’évaluer les projets visant à assurer une plus grande protection des femmes, ainsi que les instruments juridiques en faveur du droit à la ville et à une vie digne.

Dans son discours, elle a déclaré que s’il est vrai que les sanctions et les blocus imposés par les États-Unis et leurs alliés ont généré de graves dommages pour le pays et le peuple, le parlement doit travailler intensément pour dénoncer ces mesures coercitives et chercher des mécanismes pour atteindre le bien-être de la nation. De même, il a indiqué que l’Assemblée Nationale doit retrouver leur fonction de contrôle.

Sur les dommages causés au pays par ses prédécesseurs, et après avoir rappelé des événements tels que l’opération Gédeon et l’utilisation de mercenaires pour tenter de réaliser des actes terroristes, assassiner des cibles politiques, exécuter un coup d’État, appeler à des sanctions contre le pays, le livrer à des puissances étrangères et offrir le territoire du Guayana Esequibo, Rodriguez a déclaré : “Il ne peut y avoir de pardon avec l’oubli. Il ne peut y avoir de réconciliation avec une amnésie. Il y a eu des atrocités qui n’entrent pas dans l’imagination du pire écrivain de romans d’horreur”.

Jorge Rodriguez a demandé aux parlementaires de ne pas rester dans l’arène politique, de quitter les murs de l’Assemblée nationale et de parler aux gens dans la rue, à ceux qui ont voté pour qu’ils soient députés. “Nous ne sommes pas les représentants de qui que ce soit, nous sommes les porte-parole de tout le monde. Les élus doivent retourner dans chaque rue, dans chaque maison, et mettre en place des mécanismes technologiques et de face à face de consultation permanente, afin que le peuple vénézuélien puisse dire quelles lois sont nécessaires”.

Dans son discours, M. Rodríguez a également demandé des lois pour qu’il n’y ait plus jamais d’agressions contre les femmes vénézuéliennes ni de féminicides. Elle a demandé le droit à l’espace public et à la ville, ainsi que la prise en compte des problèmes de services publics, d’eau et de gaz en tant que droits de la population.

“Si nous nous cachons derrière des sanctions et des blocus pour ne pas réparer ce qui a été endommagé ou pour ne pas dénoncer le fonctionnaire complice et corrompu, nous nous rendons complices de ces sanctions et blocus. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et qui sert d’excuse aux sanctions et aux blocages”, a déclaré M. Rodriguez. Il demande d’y aller avec respect, avec parcimonie, sans stridence ni chichis, en cherchant et en dénonçant ce qui ne va pas.

Le nouveau président du parlement a rappelé l’importance de la lutte d’il y a 200 ans, qui a culminé avec la bataille de Carabobo le 24 juin 1821, lorsque des secteurs de tout le pays ont convergé.

D’autre part, il a informé que la première session des AN aura lieu jeudi prochain à 11h00 du matin.

Il a également nommé les commissions chargées d’informer les autorités publiques sur l’installation du parlement.

La premiere commission, qui informera le pouvoir exécutif, sera formé par les députés Bernabé Gutiérrez, Javier Bertucci, Luis Romero, Timoteo Zambrano, Iris Varela, Didalco Bolívar, Hermann Escarrá et Génesis Garvett.

La commission d’information du pouvoir judiciaire, composée de José Vielma Mora, Hugbel Roa, Dante Rivas, Gloria Castillo, María Jiménez, Gilberto Giménez, José Correa, Luis Parra, Alfonso Campos et Oscar Ronderos.

Dans la commission chargée de notifier le pouvoir électoral participent les députés Francisco Ameliach, José Villarroel, Pedro Infante, Sony Sánchez, Aloha Núñez, Ricardo Sánchez, Rubén Lima, Giovanni Blanco et Ezequiel Pérez.

Pour aviser le pouvoir moral, la commission a été constituée avec les parlementaires Felix Barrios, Rodbexa Poleo, Asia Villegas, William Rodriguez, Luis Martinez et Angelin Tamayo

 

Source : AlbaCiudad – Traduction : Romain Migus