La fiancée de Julian Assange s’entretient avec Revolver pour dévoiler la stratégie de l’Etat Profond visant à supprimer notre Premier Amendement

Revolver News

Pendant des années, la classe oligarchique étasunienne s’est engraissée en trahissant le pays qu’elle gouverne. Ils ont externalisé la richesse et le bien-être du pays vers la Chine. Ils ont entraîné le pays dans une guerre désastreuse après l’autre – des guerres qui n’ont rien fait pour rendre les EU plus sûrs, mais qui ont beaucoup enrichi les entreprises de défense qui les fournissaient. Ils se sont alliés à Big Tech et à Big Finance pour éroder progressivement les droits fondamentaux que les Américains considéraient autrefois comme acquis.

Pour la “communauté du renseignement”, mal nommée et capturée par les oligarques, le rédacteur en chef de Wikileaks et militant de la liberté d’expression emprisonné Julian Assange reste l’ennemi public numéro un.

En tant que responsable de Wikileaks, Assange a publié des documents ayant fait l’objet de fuites de la part de l’ancien soldat de l’armée Chelsea Manning (né Bradley Manning). Manning a déjà été libéré, mais Assange est un homme traqué depuis. Pendant sept ans, Assange s’est réfugié à l’ambassade équatorienne à Londres pour éviter une extradition injuste sur la base d’accusations forgées de toutes pièces.

En 2016, Wikileaks a publié des courriels du DNC et de John Podesta. Ces courriels ont révélé comment le Parti démocrate a truqué la course aux primaires pour Hillary Clinton. Après le rejet inattendu d’Hillary Clinton par un public averti, la colère de Washington contre Assange s’est exacerbée. Assange s’est vu attribuer un rôle clé dans la théorie du complot du “Russiagate” qui accusait la Russie de faire gagner Trump aux élections de 2016. Au printemps 2019, l’Équateur a révoqué l’asile d’Assange, et il a été traîné hors de l’ambassade pour faire face à l’extradition de plus d’une douzaine d’accusations d’espionnage aux États-Unis.

Mais une autre possibilité existe. Le président Trump pourrait faire un pied de nez à l’obsession de l’État profond de persécuter Assange depuis une décennie et lui accorder la grâce qu’il mérite. Revolver a justement préconisé une telle solution.

Fait remarquable, un groupe de patriotes impartiaux en constante augmentation s’est réuni dans le monde entier pour demander la liberté d’Assange. L’ancienne candidate à la vice-présidence, Sarah Palin a vu ses courriels publiés par Wikileaks en 2008, mais samedi, elle a qualifié d’”erreur” ses attaques antérieures contre M. Assange et a demandé au président Trump de gracier le responsable de Wikileaks. Le membre républicain du Congrès Matt Gaetz et la démocrate Tulsi Gabbard ont également uni leurs forces pour appuyer la clémence pour Assange. L’actrice Pamela Anderson souhaite également la clémence, tout comme la dissidente iranienne et prix Nobel Shirin Ebadi.

Un tweet récent du pasteur Mark Burns annonçant par erreur un pardon imminent pour Assange a rassemblé près de 200 000 messages similaires sur Twitter.

Stella Moris-Smith Robinson est une avocate spécialisée dans les droits de l’homme, née en Afrique du Sud. Elle était membre de l’équipe juridique d’Assange pendant son séjour à l’ambassade équatorienne. Aujourd’hui, elle est sa fiancée. Ils ont deux enfants ensemble. Moris a passé des années à se battre sans relâche pour la liberté d’Assange, et elle a aimablement accepté de rejoindre Revolver pour une interview exclusive.

Tout d’abord, un grand merci d’avoir accepté de faire cette interview et pour votre courage dans la défense de Julian et de sa mission. Votre apparition dans Tucker Carlson Tonight a été puissante et reste un must pour les patriotes du monde entier. Commençons par le crime dont Julian est en fait accusé, une violation de la loi sur l’espionnage de 1917. Y a-t-il la moindre preuve que Julian ait commis un acte d’espionnage ? D’après ce que j’ai vu, il a publié des informations classifiées, ce que tous les grands journaux ont fait, comme le New York Times. Il y a également des allégations selon lesquelles il aurait aidé sa source, Chelsea, à dissimuler son identité – ce qui est également une pratique journalistique courante. Alors, où est le véritable crime ici ?

Il n’y en a pas. Il s’agit d’une affaire politique inconstitutionnelle qui a fait plier la loi pour répondre à son objectif politique. Elle transforme en crimes des pratiques journalistiques nécessaires – communiquer avec une source et obtenir et publier des informations véridiques.

Dire que c’est un crime pour Julian d’avoir publié ce matériel est aussi absurde que de dire que les journalistes étasuniens sont légalement tenus de ne pas violer les lois sur le secret ou la censure de la Chine, de la Turquie ou de la France, même s’ils publient aux États-Unis.

J’entends parfois Julian mentionné dans le même souffle que de célèbres dénonciateurs étasuniens. Mais leurs cas sont différents. Ce sont des citoyens des EU. Ils ont travaillé pour le gouvernement des EU. Cela ne s’applique pas à Julian. Julian est un rédacteur en chef. Il n’était pas aux États-Unis. Il n’était pas un employé du gouvernement ou un entrepreneur. Il n’a jamais signé d’accord de confidentialité. La seule promesse qu’il a faite était au public, de publier la vérité sur les gouvernements et les entreprises. Chacun a son rôle dans une société libre et le rôle de Julian est de publier.

La force du Premier Amendement est qu’il est simple, clair et absolu. Il est vraiment exceptionnel quand on le compare aux droits équivalents en Europe, et cela vient du fait qu’il n’est pas ce que les gens pensent qu’il est. Il n’accorde pas aux gens des droits qui peuvent leur être retirés. Elle interdit aux législateurs et à l’exécutif d’interférer avec la parole et l’édition. Il est donc illégal d’adopter des lois visant à criminaliser la parole et la presse.

Comment contourner ce problème ? Et bien vous ne le faites pas – si vous respectez la Constitution. Ce qui se passe, c’est que ceux qui mènent le procès contre Julian – les éléments les plus sinistres du gouvernement américain – abusent de la formulation large d’une loi existante, la loi de 1917 sur l’espionnage, pour la réorienter de manière à ce qu’elle fasse ce que le Premier Amendement interdit : interférer avec la liberté d’expression et de la presse. L’affaire Julian a créé un nœud coulant autour des droits de chacun garantis par le Premier Amendement.

Pendant les années Obama, le DOJ s’est normalisé en réorientant la loi sur l’espionnage pour poursuivre les dénonciateurs. Mais l’étendre aux journalistes et aux responsables des rédactions va explicitement à l’encontre de l’esprit et de la formulation de la Constitution. L’intention déclarée du Congrès lorsqu’il a adopté la loi sur l’espionnage était qu’elle ne s’appliquerait pas à la presse. L’affaire Julian est la première fois qu’elle est utilisée contre un rédacteur en chef. C’est pourquoi tout le monde s’accorde, de tous les côtés de la politique, à dire que le procès de Julian est la menace numéro un pour la liberté d’expression et la liberté de la presse et qu’il aura des conséquences catastrophiques pour la démocratie aux EU.

Si les républicains ne s’en sont peut-être pas préoccupés sous l’administration actuelle, la menace que cette affaire représente pour eux doit maintenant être évidente. Il est certain que si l’affaire se poursuit, le précédent qu’elle crée sera utilisé abusivement par les éléments les plus antidémocratiques des futures administrations.

Comme l’a fait remarquer Chuck Shumer, l’État profond peut être absolument impitoyable lorsqu’il s’agit de poursuivre ses ennemis déclarés. Si leur cible n’a pas commis de crime, ils sont sûrs d’en fabriquer un pour leurs besoins. Après la persécution soutenue du général Flynn, de nombreux patriotes et partisans de Trump sont particulièrement sensibles à la réalité des poursuites politiques aux États-Unis. Est-ce votre opinion sur ce qui se passe ici avec Julian ?

Oui. C’est exactement ce qui arrive à Julian.

Il ressort clairement des tweets de Julian qu’il considère que la poursuite de Flynn a été politique dès le départ. L’intérêt de poursuivre Flynn était dû à sa position politique. La poursuite de Roger Stone était également clairement motivée par des raisons politiques. Comparez-les avec celles de James Clapper, qui a menti à plusieurs reprises au Congrès. Mentir au Congrès sur l’espionnage illégal de toute la population des EU est certainement l’un des mensonges les plus graves jamais racontés au Congrès. Clapper a échappé aux poursuites, Stone et Flynn non.

L’affaire contre Julian est politique et n’aurait jamais dû être poursuivie. Elle est extrêmement controversée, même au sein du ministère de la justice. Le Washington Post a rapporté que deux procureurs travaillant sur l’affaire ont démissionné suite à l’inculpation de Julian en vertu de la loi sur l’espionnage parce qu’ils ont compris que c’est une violation de la Constitution de l’appliquer à un rédacteur en chef et que le résultat est que cela va détruire le Premier Amendement.

Dans un témoignage sous serment, les procureurs des EU ont admis qu’il n’y a aucune preuve qu’une seule personne ait subi un préjudice physique à la suite des publications de WikiLeaks. L’accusation relative à l’ordinateur est également politique. Elle n’allègue même pas que Julian a piraté quoi que ce soit, et elle a été détruite au tribunal par l’ancien chef des enquêtes médico-légales de l’armée des EU qui était un témoin expert de la défense. Les procureurs du DOJ ne cessent de changer les règles du jeu. Ainsi, dans la dernière version de l’acte d’accusation, aussi incroyable que cela puisse paraître, ils ont recruté comme nouveau témoin un pédophile condamné et un psychopathe diagnostiqué, que Julian a mis derrière les barreaux.

Il y a quelques jours, Project Veritas a divulgué un long appel téléphonique entre Julian et le département d’État d’Hillary Clinton, où Julian leur a dit que les câbles diplomatiques étasuniens seraient de manière imminente publiés en ligne par d’autres, contre la volonté de WikiLeaks. Il a demandé au Département d’État de le rencontrer pour obtenir plus d’informations et prendre des mesures spécifiques pour l’empêcher, mais ils ne l’ont pas fait. Comme avec Benghazi, Hillary Clinton n’a pas pris l’appel de 3 heures du matin. Six jours plus tard, les câbles du Département d’État ont été publiés par l’éditeur de fuites new-yorkais Cryptome. Le DOJ admet que Cryptome a publié en premier et qu’à aucun moment au cours de la dernière décennie, ils n’ont pris la peine de demander à Cryptome de retirer les documents, et encore moins de prendre des mesures pour l’inculper. L’extraordinaire précédent établi ne consiste pas seulement à interdire la publication, mais aussi à interdire la republication.

La décision inexplicable de ne pas inculper Cryptome montre clairement qu’il s’agit d’une poursuite sélective et politique. Julian lutte en prison contre l’extradition, et il risque 175 ans de prison aux États-Unis.

L’asymétrie du processus est choquante. Préparer un dossier depuis la prison est incroyablement compliqué, surtout pendant le COVID. Julian n’a pas vu ses avocats au cours des six mois précédant le début de l’audience d’extradition en septembre. Au tribunal, il n’est même pas autorisé à s’asseoir avec ses avocats et peut à peine leur parler.

John Bolton a déclaré que la communauté du renseignement américain devrait utiliser Wikileaks comme “cible pratique”. Hillary Clinton a affirmé qu’Assange “doit répondre de ses actes”. Jeff Sessions, qui a ignoré les attaques illégales du Deep State sur Trump, a dit que l’arrestation d’Assange était une “priorité”. James Comey serait intervenu personnellement pour empêcher un accord qui aurait permis à Assange de quitter l’ambassade équatorienne. James Clapper, qui a menti sur les activités d’espionnage de la NSA, a déclaré qu’on ne pouvait pas faire confiance à Assange et s’est plaint qu’il “causait toutes sortes de problèmes” aux services de renseignements américains. John Brennan, qui a menti au Sénat américain sur la campagne de drones d’Obama, a déclaré que Julian “n’était pas exactement un bastion de vérité et d’intégrité”. Quand Julian a été arrêté, un sénateur étasunien s’est vanté qu’”il est notre propriété”.

Qu’est-ce qui unit tant l’establishment de Washington dans la haine de Julian Assange ?

Les pires éléments du gouvernement détestent Julian parce qu’il a exposé leurs abus contre le public pendant des années. Leur intérêt personnel est évident. Ils craignent d’être licenciés, ruinés ou poursuivis, ou de ne pas pouvoir mener ce que Julian appelle des “guerres dangereuses et stupides”. Julian a toujours cru en la légitimité du gouvernement élu plutôt qu’en celle du gouvernement non élu. Et c’est le gouvernement non élu qui se sent le plus menacé d’être exposé.

Julian dit que la guerre est du racket, et ceux qui ont l’intention d’en tirer profit au détriment de la vie des soldats et des impôts ont besoin que le gouvernement vende la guerre à la population en lui mentant. Ce n’est un secret pour personne que Julian considérait Hillary Clinton comme une dangereuse belliciste, et que les guerres qui ont commencé lorsqu’elle était secrétaire d’État ont eu des conséquences désastreuses.

L’État de l’ombre a tout fait pour faire taire et emprisonner Julian. Il a été victime d’interminables histoires fabriquées. Il ne s’agit pas simplement de journalistes paresseux qui font des erreurs. Pour construire une couverture politique, des histoires fausses ont été mises en place avant son arrestation. Par exemple, le Guardian a imprimé une histoire en première page entièrement fabriquée, dans laquelle Paul Manafort rendait visite à Julian à l’ambassade. Cette histoire était un mensonge élaboré, fabriqué par un opérateur qui a reçu 60 000 dollars de la NED. Le Guardian a fini par revenir sur son histoire, mais le mal était fait. Certaines de ces fausses histoires sur CNN et dans le Guardian ont récemment été révélées par la principale équipe d’enquête de la chaîne publique allemande. Les forces obscures qui plantent les histoires ont le même mode opératoire depuis des décennies. Elles savent comment jouer sur les peurs des gens. Il y a une vidéo très intéressante d’un ancien officier de la CIA, John Stockwell, qui explique comment les usines de la CIA fabriquent des histoires dans la presse. Tout le monde devrait le regarder. Il est consternant que Julian, qui a créé WikiLeaks pour lutter contre les fausses nouvelles et pour la liberté des gens, ait été l’une des principales cibles de fausses nouvelles.

Dans son discours d’adieu à la nation, le président Eisenhower a mis en garde contre l’influence indue de ce qu’il a décrit comme le complexe militaro-industriel. L’absence de responsabilité a permis à l’État de l’ombre de devenir de plus en plus grand et puissant. Si l’on considère la façon dont ils abusent de leur pouvoir pour façonner secrètement les récits de la presse au détriment du public, le travail de Julian avec Wikileaks a été un antidote nécessaire. WikiLeaks a mis un frein à l’influence croissante des pires éléments du gouvernement depuis des années. Il y a de bonnes personnes dans la communauté du renseignement, mais l’État secret dans son ensemble menace les fondements démocratiques des sociétés libres. Il est un peu comme un vampire, il n’aime pas la lumière du soleil, et Julian est la lumière du soleil.

Certains des meilleurs travaux de Julian, tels que son incontournable “Google is Not What it Seems”, portent sur la menace émergente de la grande technologie. WikiLeaks a été l’une des premières cibles des tactiques de censure qui sont maintenant couramment déployées contre ceux qui remettent en question la structure du pouvoir en place, tant à gauche qu’à droite. Avez-vous parlé à Julian du rôle de Big Tech dans l’imposition d’un nouveau régime de censure aux États-Unis et en Occident ? Si oui, pourriez-vous nous donner une idée de son point de vue sur ce sujet et de ce que cela laisse présager pour l’avenir ?

Aujourd’hui, la censure frappe surtout la droite, et la gauche a été extrêmement stupide de la soutenir car elle finira par aboutir à une société oppressive pour tous.

Julian considère la censure sur Internet comme la plus grande menace pour la préservation de la liberté sous toutes ses formes, à l’échelle mondiale. Il considère le contrôle de la pensée comme un phénomène extrêmement dangereux. Il pense que c’est un terrible objectif stratégique pour l’Occident de s’y engager. Les entreprises de haute technologie ne devraient pas être autorisées à s’engager dans cette voie. L’avantage concurrentiel de l’Occident dans les nouvelles valeurs, la concurrence avec la Chine, se situe dans ses libertés. Les États-Unis sont admirés dans le monde entier pour leur Premier Amendement. Si nous ne sommes pas prudents et que nous continuons sur cette voie, nous importerons les pires aspects de la Chine – son système de censure – dans notre société où elle restera.

Ce que nous avons vu au cours de la dernière décennie est la création progressive d’un complexe de censure, dans lequel les entreprises technologiques – Google, Facebook, Twitter et Reddit en particulier – ont coupé une masse de comptes et de canaux de leurs plateformes en raison de leurs opinions politiques. Il s’agit donc d’un nouveau phénomène où ces acteurs sont devenus des censeurs politiques. Le cas de Julian et son affaiblissement de la protection de la liberté d’expression doivent être considérés dans le contexte de ce qui se passe dans le domaine des grandes technologies. Les États-Unis traversent leur pire crise de la liberté d’expression de mémoire d’homme, et cela se produit au moment même où le DOJ sape fatalement les protections de la liberté d’expression par le biais des poursuites politiques engagées contre Julian.
Julian a eu des années d’avance sur tous les autres sur cette question. Il a écrit des livres expliquant que les entreprises technologiques ne sont pas simplement des entreprises technologiques, et qu’en fait, elles ne l’ont pas été depuis des années. En 2013, il a été le premier à exprimer la vraie nature de Google, à une époque où la société était surtout connue pour son slogan “Don’t be Evil” (Ne soyez pas malveillants) et ses tables de ping-pong sur le lieu de travail.

Il a également écrit sur les relations de Big Tech avec les agences de renseignement, et sur la façon dont les agences de renseignement ont colonisé l’infrastructure Internet par l’intermédiaire de ces entreprises, et comment la surveillance illégale de masse fonctionne en pratique et affecte l’ensemble de la population américaine. Mais il y a un troisième élément dans ce complexe, qui est la façon dont les intérêts cachés se frayent un chemin dans les systèmes de censure et de contrôle de la pensée sur Internet : les groupes de réflexion ayant des sources de financement très douteuses, y compris des dictatures arabes et des sociétés d’armement, et qui ont leur propre programme de censure travaillent main dans la main avec ces acteurs. Ainsi, le deus ex machina de notre interaction sociale quotidienne est une combinaison de plus en plus effrayante de ce qui précède.

Au-delà de ce que cela signifierait pour Julian, vous et vos jeunes enfants ensemble, que signifierait une grâce présidentielle de Julian Assange pour les États-Unis ? Quel est, selon vous, l’enjeu de cette grâce au sens large ?

Il n’est pas exagéré de dire que la démocratie étasunienne elle-même est en jeu.

Si Julian n’est pas gracié, ce sera la fin du Premier Amendement. Cette affaire signifie un changement catastrophique de la nature de la société des EU, qui est passée d’un débat libre et ouvert sur la nature du gouvernement à une société comme la Chine, où l’État contrôle qui peut publier et ce qui peut être publié.

La voix puissante de Julian a été cruellement absente lors des développements massifs et potentiellement irréversibles de la censure d’Internet, car il a été emprisonné à tort par la demande d’extradition du gouvernement des EU pendant près de deux ans. Il comprend la technologie et la politique, et a une idée de la situation actuelle et de l’avenir. Le reste du monde commence à peine à se rendre compte de ce qu’il a commencé à écrire il y a environ sept ans.

Julian veut que l’Occident soit aussi bon qu’il peut l’être. Il est sérieux dans sa volonté de préserver les libertés en Occident, et il considère comme sa mission de faire connaître le Premier Amendement au monde. Julian est vraiment un leader d’opinion qui n’arrive qu’une fois par génération. Je ne dis pas ça seulement parce que je l’aime. Des millions de personnes aux États-Unis et dans le monde entier le savent aussi. Sa poursuite est mauvaise pour tout le monde parce que le monde a désespérément besoin de lui pendant cette crise de la liberté et de la démocratie. Le DOJ a perdu son chemin en l’inculpant. C’est un héros de la liberté d’expression. Il doit être présent, faire campagne pour notre liberté d’expression, s’opposer pour toujours aux guerres et à la surveillance illégale par l’État fantôme qui ne rend pas de comptes.

Pensez à ce que signifie son extradition : faire enfermer dans une prison américaine le plus grand défenseur de la liberté d’expression au monde. La Chine utilise déjà les poursuites engagées contre Julian pour son travail de publication comme un outil de propagande massive contre les États-Unis. Vu objectivement, les poursuites politiques contre Julian ne servent les intérêts de personne. Au lieu de faire preuve de leadership en matière de liberté, les États-Unis et leurs alliés sont grillés par des États comme l’Azerbaïdjan. Ils ont toujours un réplique parfaite : Et Assange ?

Avez-vous des nouvelles des partisans de Trump qui veulent que le président gracie Julian ? Si oui, que disent-ils ? Que diriez-vous au Président si vous aviez l’occasion de lui parler de cette question ?

Si je pouvais parler au président, je lui dirais que la liberté de Julian et la liberté des États-Unis vont de pair. Le Président peut sauver Julian, il peut sauver notre famille et il peut sauver le Premier Amendement d’un seul trait de plume. Il est en son pouvoir de le faire. Il est le seul à pouvoir le faire, et il peut le faire aujourd’hui. Il peut le faire aujourd’hui. S’il vous plaît, laissez-le rentrer chez lui auprès de ses petits garçons. Sauvez la vie de Julian, sauvez nos libertés et sauvez l’avenir de l’Amérique.

J’ai la vision que le Président graciera Julian et qu’il retrouvera la liberté après des années d’emprisonnement. J’imagine Julian sortir de la prison de Belmarsh en passant devant les barbelés qui l’entourent, dans mes bras et dans ceux de nos enfants. J’imagine mes larmes de joie et les acclamations de millions de personnes aux États-Unis et dans le monde entier. Je nous imagine en train de faire de longues promenades dans la campagne, et Julian redevient fort et en bonne santé. Je l’imagine en train de donner des interviews, d’écrire des livres et de faire campagne pour notre liberté d’expression comme le Julian que je connais.

Il est clair que l’écrasante majorité des partisans du président veulent voir cette grâce et partagent également cette vision.

Si Julian meurt ou se retrouve dans une prison étasunienne à vie, ce qui constitue un risque très sérieux en l’absence de grâce, le président sera blâmé à jamais. Il faudra des décennies pour récupérer les libertés dont nous avons joui pendant si longtemps. L’acceptation mutuelle des deux maux que sont l’effondrement du Premier Amendement et la censure de l’internet causera des dommages irréversibles et il pourrait être trop tard pour nous tous.

Pouvez-vous nous parler des conditions dans lesquelles Julian a vécu lors du confinement ? Comment tient-il le coup, tant mentalement que physiquement ? Vous, Julian, et vos jeunes enfants avez été mis à rude épreuve, ce qui est inimaginable pour la plupart. Quelle est la partie la plus difficile pour vous, et comment vous en sortez-vous ?

Je m’inquiète pour Julian, pour sa santé, pour sa survie. Je crains que nos enfants, qui sont des enfants en bas âge, soient orphelins de leur père. Le plus dur est de réaliser que le système judiciaire est une fausse appellation et qu’il peut être instrumentalisé à des fins politiques.

Julian ne sera pas jugé équitablement, non seulement parce que la loi sur l’espionnage ne permet pas de défendre l’intérêt public, ce qui est un abus évident pour un rédacteur en chef, mais aussi parce qu’Alexandria, en Virginie, a été délibérément choisie comme lieu de son procès afin d’en truquer l’issue. Aucun accusé pour atteinte à la sécurité nationale n’a jamais gagné une affaire dans cette ville. Le complexe judiciaire d’Alexandria est situé à 15 miles du siège de la CIA. Il est soumis à une règle spéciale : les membres du jury ne peuvent être exclus au motif qu’ils travaillent pour le gouvernement. C’est épouvantable.

Je dis aux enfants que papa va bientôt rentrer à la maison, que c’est un héros et qu’il les aime. La seule raison pour laquelle Julian est en prison et non à la maison avec sa famille est que le DOJ a émis un mandat d’arrêt contre lui au Royaume-Uni. La prison de Belmarsh est l’une des pires prisons du Royaume-Uni. Au cours des deux dernières années, depuis l’arrestation de Julian, je n’ai eu d’autre choix que d’y amener les enfants. Les enfants doivent passer devant des barbelés à lames et franchir des niveaux de sécurité, des radiographies et des fouilles avant de pouvoir voir leur père. Julian n’a pas été autorisé à voir ses enfants depuis mars, date à laquelle les règles du COVID ont commencé. Cela a été très dur pour nous tous cette année, car le confinement du COVID a fait qu’il y a eu beaucoup moins de visites qu’auparavant.

Quand nous parlerons, je ne manquerai pas de parler à Julian de tout le soutien qu’il reçoit. Il est très encouragé par le soutien massif en faveur d’une grâce – de Sarah Palin à de nombreux prix Nobel de la paix, tous faisant campagne pour que cela se produise. Ce soutien a une énergie extraordinaire, aux États-Unis et dans le monde entier. Si le président accorde une grâce, il sera à jamais félicité pour l’avoir fait, pour avoir sauvé nos libertés et pour avoir sauvé la vie de Julian.

Revolver News est la page d’accueil du peuple des EU. Le Drudge Report n’a plus le doigt sur le pouls de l’Amérique. Nous voulons combler ce vide, et bien plus encore.

Traduction : Romane Kohlev

22 décembre 2020

Le grand soir