Le secteur non étatique va se développer dans la gestion des services à Cuba

Cuba Cuba | December 21, 2020

Le secteur non étatique de l’économie cubaine sera plus présent dans la gestion des services gastronomiques, personnels et techniques, a annoncé la ministre du Commerce Intérieur, Betzy Diaz.

La titulaire s´est exprimé devant l’Assemblée nationale du pouvoir populaire (Parlement) qui siège depuis hier, bien qu´en partie de manière virtuelle en raison de la conjoncture sanitaire de la Covid-19.

Dans son rapport aux députés Diaz a rendu compte du programme de perfectionnement du Mincin, qui va de pair avec la réorganisation monétaire et la mise en œuvre de la stratégie socio-économique adoptée par le gouvernement face à la pandémie et pour l’avenir.

Ce programme comprend la redynamisation de l’image, la transparence dans son fonctionnement et la qualité des services à la population.

Elle a expliqué qu’un premier rapport a rendu compte de trois mille 506 unités de gastronomie qui passeront à un nouveau modèle de gestion étatique.

Elle a souligné que quatre mille autres centres de gastronomie et de services pourraient être gérés par des moyens non étatiques, qui comprennent les dénommés autoentrepreneurs et les coopératives, bien que la participation de petites et moyennes entreprises soit prévue à l’avenir dans la stratégie susmentionnée.

Dans cette perspective, il a été décidé de transformer les unités individuelles et techniques en une forme de gestion non étatique ou d’autres formes, qui pourraient atteindre 98 % du réseau existant au niveau national.

Parmi celles-ci figurent des instituts de beauté, des ateliers et des unités de service, dans un processus qui se déroulera de manière échelonnée lorsque les conditions le conseilleront, a déclaré la ministre.

Elle a ajouté que des kiosques (petits points de vente) des chaînes de magasins seront loués à des travailleurs indépendants qui exercent leurs activités à domicile, contribuant ainsi à l’aménagement urbain.

Ces changements, ainsi que d’autres, correspondent à la lutte contre les défaillances du commerce de détail, face à laquelle le Conseil des ministres a adopté il y a un an un programme de perfectionnement aujourd’hui en cours.

Source : Prensa Latina