692 dirigeants sociaux assassinés sous le gouvernement d’Iván Duque

16 déc. 2020

L’Institut d’études pour le développement et la paix (Indepaz) a publié un rapport qui dresse le bilan de la violence en Colombie contre les défenseurs des droits de l’homme et les anciens combattants des Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple (FARC-EP) depuis la signature des accords de paix en 2016. 

Intitulé “Accord post-traumatique”, le document indique que 1 090 leaders sociaux ont été tués au cours des 4 dernières années. L’année la plus meurtrière a été la promotion d’Ivan Duque à la présidence en 2018, avec 298 victimes, alors qu’en 2020, le bilan était de 291 morts. “Soixante-trois pour cent des meurtres ont été commis dans le gouvernement du président Duque”, indique une note de la WRadio qui examine le rapport.

Le site web ajoute que “les 1 090 meurtres ont été perpétrés dans 288 municipalités du pays. Le département du Cauca est le plus touché avec 264 leaders communautaires tués, suivi par Antioquia où 140 défenseurs ont été tués”.

Les principales victimes ont été les communautés indigènes et paysannes. Sur le nombre total d’homicides en quatre ans, 294 dirigeants sociaux étaient des indigènes et 203 des paysans.

D’autre part, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a condamné l’augmentation de la violence en Colombie, surtout pendant l’année en cours.

“Le Bureau des Nations Unies pour les droits de l’homme en Colombie a documenté 66 massacres, dans lesquels 255 personnes ont été tuées, dans 18 départements du pays. En outre, le Bureau a reçu des informations sur le meurtre de 120 défenseurs des droits de l’homme jusqu’à présent cette année”, indique une publication sur le site web de l’agence.

L’équipe du Haut Commissaire aux droits de l’homme a déclaré que les chiffres reflètent les cas signalés, mais elle craint que cela ne soit plus important, car les restrictions imposées par la pandémie de covid-19 ont rendu difficile l’enregistrement de la violence sur le territoire colombien.

L’Institut d’études pour le développement et la paix (Indepaz) a publié un rapport qui dresse le bilan de la violence en Colombie contre les défenseurs des droits de l’homme et les anciens combattants des Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple (FARC-EP) depuis la signature des accords de paix en 2016.

Intitulé “Accord post-traumatique”, le document indique que 1 090 leaders sociaux ont été tués au cours des 4 dernières années. L’année la plus meurtrière a été la promotion d’Ivan Duque à la présidence en 2018, avec 298 victimes, alors qu’en 2020, le bilan était de 291 morts. “Soixante-trois pour cent des meurtres ont été commis dans le gouvernement du président Duque”, indique une note de la WRadio qui examine le rapport.

Le site web ajoute que “les 1 090 meurtres ont été perpétrés dans 288 municipalités du pays. Le département du Cauca est le plus touché avec 264 leaders communautaires tués, suivi par Antioquia où 140 défenseurs ont été tués”.

Les principales victimes ont été les communautés indigènes et paysannes. Sur le nombre total d’homicides en quatre ans, 294 dirigeants sociaux étaient des indigènes et 203 des paysans.

D’autre part, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a condamné l’augmentation de la violence en Colombie, surtout pendant l’année en cours.

“Le Bureau des Nations Unies pour les droits de l’homme en Colombie a documenté 66 massacres, dans lesquels 255 personnes ont été tuées, dans 18 départements du pays. En outre, le Bureau a reçu des informations sur le meurtre de 120 défenseurs des droits de l’homme jusqu’à présent cette année”, indique une publication sur le site web de l’agence.

L’équipe du Haut Commissaire aux droits de l’homme a déclaré que les chiffres reflètent les cas signalés, mais elle craint que cela ne soit plus important, car les restrictions imposées par la pandémie de covid-19 ont rendu difficile l’enregistrement de la violence sur le territoire colombien.

Source : Misión Verdad

Traduction : FAL 33