Cuba réitère aux États-Unis qu’elle ne permettra pas d’ingérence dans les affaires intérieures

Un fonctionnaire du ministère cubain des affaires étrangères, Carlos Fernandez de Cossío, a accusé les États-Unis de financer, de guider et d’inciter les groupes d’opposition sur l’île. | Photo : EFE

Publié le 29 novembre 2020

Le ministère cubain des Affaires étrangères a réitéré ce samedi à l’ambassade des États-Unis qu’il ne permet pas à Washington, ni à aucun État, de s’ingérer dans les affaires intérieures du pays.

“Dans la soirée du samedi 28 novembre, le directeur général en charge des États-Unis au ministère des Affaires étrangères, Carlos Fernández de Cossío, a convoqué le chargé d’affaires américain, Timothy Zúñiga-Brown”, rapporte le ministère des Affaires étrangères dans une note publiée sur son site officiel.

Selon le communiqué de presse du ministère cubain des Affaires étrangères, le directeur général en charge des États-Unis au ministère des Affaires étrangères, Carlos Fernández de Cossío, a convoqué le chargé d’affaires américain, Timothy Zúñiga-Brown, pour transmettre le message.

Carlos Fernández de Cossío a souligné les graves violations de ses fonctions de diplomate et de chef de mission commises par Zúñiga-Brown, lequel  s’est rendu à San Isidro lors d’un événement de provocation politique et sociale contre le gouvernement cubain.

Selon le texte, s’être rendu au logement du quartier de San Isidro à La Havane et avoir emmené plusieurs des militants dans sa voiture, constituent de “graves violations” des fonctions de Zuñiga-Brown en tant que “diplomate et chef de mission”.

Fernández de Cossío a déclaré qu’il était conscient de “l’effort insistant mais manqué pour ajouter à ces objectifs les secteurs les plus représentatifs de l’art, de la culture et de l’intellectualité dans le pays”.

Le diplomate cubain a averti que son gouvernement est conscient de la machinerie qui, depuis les États-Unis, gère, manipule et harcèle les réseaux sociaux afin de diffuser de fausses informations, d’inciter à la haine, de diviser la population, d’encourager le ressentiment et d’appeler à l’illégalité.

Le fonctionnaire du ministère cubain des affaires étrangères a accusé le gouvernement américain de financer, d’orienter et d’inciter les groupes d’opposition sur l’île à “contester l’autorité du gouvernement, à la fois par des moyens pacifiques et violents”.

Enfin, le communiqué indique que Cuba a “pleinement connaissance de la trajectoire du gouvernement des États-Unis dans le renversement de gouvernements légitimes, dans l’exécution ou la promotion de coups d’État, dans la promotion de l’instabilité sociale au prix de la mort et de la souffrance”.

Source : teleSUR

Traduction : FAL 33