Le passage dévastateur de l’ouragan Iota signe semaine au Nicaragua

Managua, 21 nov (Prensa Latina) Le passage dévastateur et meurtrier de l’ouragan Iota au Nicaragua, qui a provoqué une vingtaine de morts et des pertes matérielles encore incalculables, constitue l’événement le plus marquant de la semaine dans ce pays.

Au moins 21 personnes sont décédées selon le bilan officiel rapporté par le gouvernement après le passage du phénomène météorologique, tandis que les autorités économiques calculent pour l´instant des dommages d’une valeur de 3 à 4 pour cent du Produit Intérieur Brut national, en comptant les dommages causés par la tempête tropicale Eta deux semaines plus tôt.

Iota a touché le territoire nicaraguayen dans la nuit de lundi dernier, transformé en un ouragan de catégorie cinq sur l’échelle Saffir Simpson, avec des vents maximaux soutenus de 260 kilomètres à l’heure inconnus dans l’histoire météorologique de la nation.

Un peu moins de 24 heures a été le temps qu’Iota a transité par le Nicaragua, bien qu´en pénétrant sur les terres il a commencé s´affaiblir, ce qui l’a amené à quitter le pays mardi soir en tant que tempête tropicale, avec des vents de 65 kilomètres à l’heure.

Toutefois, les fortes pluies qui l´ont suivi ont causé le plus grand nombre de décès, et ce à la suite de plusieurs glissements de terrain dans différentes régions du pays et des crues de rivières.

Dans le domaine matériel, le ministre des Finances et du Crédit Public, Iván Acosta, a indiqué que le PIB allait se contracter et a précisé que les premières estimations officielles sur le montant des dommages pourront être connues d’ici dimanche.

Acosta a déclaré que le conseil d’administration du Fonds monétaire international avait approuvé un prêt de 185,3 millions de dollars au Gouvernement pour dynamiser les différents secteurs productifs.

Pour sa part, la vice-présidente Rosario Murillo a noté que trois institutions financières internationales se sont également engagées à aider tous les gouvernements d’Amérique centrale à faire face à la situation actuelle.

Les banques interaméricaine de développement (BID), mondiale (BM) et centraméricaine d’intégration économique (BCIE) conjugueront leurs efforts pour aider les pays de la région à faire face à l’une des plus grandes crises de leur histoire, déjà affectés par l’impact de la pandémie de Covid-19.

Le passage d’Eta et d’Iota au Nicaragua, à 14 jours d’intervalle, restera dans les mémoires et fera date dans l’histoire des catastrophes naturelles qui ont frappé ce pays, tout comme le terrible tremblement de terre de 1972 et l’ouragan Mitch en 1998.

Source : Prensa Latina