Les Péruviens descendent dans la rue pour exiger la fin de la crise

Les manifestants et les observateurs ont dénoncé l’utilisation disproportionnée de tactiques et de techniques anti-émeutes par la police pour réprimer les manifestations. | Photo : EFE

Publié le 11 novembre 2020

Les citoyens exigent des solutions aux graves problèmes qui les touchent, principalement des problèmes économiques et sanitaires. 

Le Pérou a connu la deuxième journée de manifestations contre la crise multisectorielle que connaît le pays, qui maintient des milliers de personnes mobilisées dans les villes les plus importantes du pays. Dans le même temps, les rapports de violence policière ont augmenté à mesure qu’ils étaient supprimés.

Criant “Mérino usurpateur ” et “ce Congrès ne me représente pas”, les manifestants ont eu des confrontations avec la police, qui a été accusée de réprimer les personnes qui cherchent à atteindre le Parlement avec des jets d’eau.

Les protestations se sont étendues à la capitale, Lima, mais aussi à des villes comme Arequipa, Ayacucho, Cusco, Trujillo, Piura et Iquitos, les plus importantes du pays. Les personnes mobilisées étaient concentrées sur les places principales de ces villes, et étaient accompagnées de “cacerolazos” (casseroles).

Les citoyens ont exigé que les politiciens abandonnent le conflit de pouvoirs qui a conduit à la destitution de l’ancien président Martin Vizcarra et à la prise de pouvoir de l’ancien chef du Parlement, Manuel Merino. Ils demandent qu’au lieu de cela, ils se concentrent sur la résolution des graves problèmes qui affligent le pays.

Les manifestants ont déclaré qu’ils ne défendaient ni n’approuvaient les actes de corruption prétendument commis par Vizcarra. Au lieu de cela, ils identifient sa révocation comme un autre signe de la crise politique dans la nation andine.

Le fait que Merino assume la direction du pouvoir exécutif tout en maintenant la direction du Congrès agit également comme un déclencheur de l’agitation populaire, unifiant ainsi les deux pouvoirs, avec le danger que cela représente.

Ces questions sont considérées par les citoyens comme la preuve que les politiciens se disputent le pouvoir en restant à l’écart des besoins du peuple. Toutefois, les graves conséquences de la pandémie ne sont toujours pas résolues.

Le Pérou a l’un des pires indicateurs de la propagation du Covid-19  et des taux élevés de décès de la même cause. Dans le même temps, elle est confrontée à une crise économique prononcée qui, au deuxième trimestre de cette année, a provoqué une chute record de 30,2 % du produit intérieur brut (PIB).

Source : teleSUR

Traduction : FAL 33

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*