Le Chili a voté pour enterrer la Constitution de Pinochet

Les citoyens chiliens ont décidé de mettre fin à la Constitution de 1980, élaborée par la dictature. L’explosion sociale de l’année dernière a été décisive pour ce processus constitutionnel. 

Bien que tous les sondages aient prédit le triomphe de l’option « Apruebo » (J’approuve), aucun ne prévoyait un chiffre aussi spectaculaire : 78,27 % contre 21,73 %. Cela ouvre le processus tant attendu de modification de la Constitution de 1980 rédigée par la dictature de Pinochet et qui gouverne toujours le Chili, avec des modifications qui visent à atténuer le « militaire » mais à maintenir un modèle économique qui avantage les entreprises contre les citoyens. L’option de la Convention Constitutionnelle (78,99 %) a également écarté l’option mixte (21,01 %). Une équipe de 155 membres sera élue au suffrage universel, avec une parité hommes-femmes, alors que la seconde option visait à inclure 50 % de parlementaires en exercice.

À partir de 20 heures ce dimanche, des quartiers comme la Plaza Baquedano/Italie — rebaptisée « Plaza de la Dignidad » — ont commencé à se remplir de monde, y compris de familles où des chants tels que « Le peuple uni ne sera jamais vaincu » et le drapeau mapuche, symbole du mouvement social qui a généré tout ce bouillonement, ont été entendus, tandis que les forces spéciales ont gardé leurs distances devant cette manifestation totalement pacifique.

Pour la première fois peut-être depuis la pandémie, une certaine joie était perceptible dans la population. Le soleil printanier, le sentiment pour les nouvelles générations de faire l’histoire, et un certain souvenir du plébiscite de 1988 où le « Non » a battu Pinochet ont généré une atmosphère sans grandes perturbations. Dans les écoles du centre-ville de Santiago où les gens votaient, on pouvait voir de nombreux jeunes et vieux et même la police et les militaires qui contrôlaient ces lieux de vote saluer les gens, un tableau franchement surprenant.

Piñera : « La démocratie a triomphé »

Le président du Chili, Sebastián Piñera, accompagné de ses ministres, a prononcé un discours à la télévision à 21h20. « Aujourd’hui, les Chiliens et les Chiliennes ont librement exprimé leur volonté par les urnes, en élisant une Convention Constituante qui, pour la première fois, disposera d’une égalité totale entre les hommes et les femmes, pour donner une nouvelle Constitution au Chili ».

Alors que des milliers de personnes arrivaient dans le quartier de la Plaza Baquedano/Italie/Dignité et dans le centre-ville de Santiago, des applaudissements, des klaxons et des cris se faisaient entendre, comme pour une finale d’une Coupe du monde, Piñera a poursuivi : « Aujourd’hui, la voix de tous les citoyens a été entendue avec la même force et chaque vote a eu la même valeur. L’unité a prévalu sur la division et la paix sur la violence. C’est un triomphe pour tous les Chiliens (…) Le début d’un chemin qu’ensemble, tous, nous devons parcourir. Jusqu’à présent, la Constitution nous a divisés. À partir d’aujourd’hui, nous devons tous collaborer pour que la nouvelle Constitution soit le grand cadre de l’unité et devienne la maison de tous ».

Et il a conclu : « Aujourd’hui vient le moment de panser les blessures du passé, d’unir les volontés et de lever généreusement les yeux vers l’avenir. Je remercie tous ceux qui ont contribué au référendum constitutionnel qui nous rend fiers et les millions de citoyens, au Chili et à l’étranger, qui ont rempli leur devoir civique (…) Comme nous l’avons toujours fait, une fois de plus, nous nous lèverons. Nous savons tous que pour avancer ensemble, nous ne devons laisser personne derrière nous ».

Cela semblait être la fin, mais ce n’est que le début

Ce plébiscite, décidé le 15 novembre de l’an dernier lors d’une session marathon au Congrès après des semaines de grèves, de mobilisations et de réunions publiques organisées par les citoyens eux-mêmes, est connu sous le nom de « de entrada » (d’entrée). L’élection des citoyens qui composeront la Convention Constituante aura lieu le 11 avril 2021. Puis viendra la rédaction de la Constitution durant une période de neuf mois, renouvelable pour trois mois. Enfin, il y aura un référendum de ratification « de sortie » en 2022.

Manuel Gárate, professeur à l’Institut d’histoire de l’Université catholique et chercheur au COES (Centre d’études sur les conflits et la cohésion sociale), a été très clair sur ce qui est à venir : « Les plus grands problèmes et défis, à mon avis, sont au-delà des attentes concernant les changements à venir. Nous avons devant nous un long processus de délibération qui n’est pas exempt de conflits et de tensions. La clause d’approbation des deux tiers (pour chaque article de la Constitution) obligera les électeurs à conclure des accords et à négocier pendant longtemps ».

Manuel Gárate pense qu’il y aura une période importante au cours de laquelle la convention devra s’entendre sur ses règles de fonctionnement, et que c’est généralement un moment tendu, long mais nécessaire. « Ensuite, il est important que les autorités démocratiques, les partis et les autres organisations de la société civile fassent preuve de pédagogie pour expliquer ce que l’on peut et ne peut pas attendre d’un processus constituant. La mobilisation sociale et la protestation vont certainement se poursuivre, mais avec moins de force peut-être qu’en 2019. Le Pouvoir Exécutif a la responsabilité importante de protéger le processus, d’éviter les excès à chaque extrémité et de ne pas profiter de la situation pour imposer son propre agenda ou un pré-projet constitutionnel. Elle doit aussi très bien encadrer et réguler l’action de la police et éviter les abus que nous avons connus ces derniers mois ».

Claudio Fuentes, politologue et chercheur à l’université Diego Portales, avertit qu’il faut prendre en compte le multipartisme du système politique chilien. « Il n’y a pas de majorité absolue d’une tendance. Le grand défi va être d’établir des minimums constitutionnels de base pour parvenir à un accord qui, selon la loi, requiert les deux tiers. Il faut donc des accords de différentes forces politiques pour un minimum constitutionnel.

Le deuxième défi pour Fuentes est que, indépendamment du processus, « il y a une demande citoyenne de participer, d’être les acteurs de cette transformation ». « Nous devons voir comment les élites, qui seront dans la Convention constituante, pourront s’ouvrir pour inclure différents acteurs et agents sociaux, des mécanismes de participation non contraignants, des conseils municipaux, etc. Cela nécessite une convention ouverte, sinon elle sera perçue comme un accord entre puissants ».

La rue a été décisive

Il y a exactement un an, plus d’un million de personnes remplissaient les rues de Santiago mais aussi le reste du Chili en popularisant des phrases comme « Con todo ¿sino pa’qué » ou « C’était pas 30 pesos, c’était 30 ans ». Cette dernière est liée à la hausse du prix du métro, qui a généré une série de manifestations menées par des écoliers qui ont commencé à ne pas payer le métro de la capitale dans ce qui allait être le début de « l’explosion sociale » le 18 octobre.

Cela a généré une répression policière disproportionnée contre les jeunes, mais aussi le soutien des adultes et cela s’est terminé par des bombes lacrymogènes, des stations incendiées et la déclaration de l’état d’urgence, faisant 31 morts, 500 jeunes mutilés aux yeux (la police tirait des balles au visage) ainsi que plus de 5 558 dénonciation de violations des droits humains.

« La rue a été décisive. Sans cela, rien ne serait arrivé », explique Fernando Atria, professeur de droit à l’université du Chili et président du mouvement Fuerzo Común. « Le processus constituant a été ouvert par la mobilisation populaire, c’est très clair. La classe politique l’accepte à contrecœur et s’attribue un rôle plus important qu’il ne l’a été dans la réalité ».

« Les secteurs politiques ne sont pas très conscients du rôle joué par la protestation et le mouvement social dans le processus », ajoute Fuentes. « La Convention Constituante cherche à s’ouvrir à des mécanismes de participation plus inclusifs : parité, sièges réservés aux peuples indigènes, participation d’indépendants. Mais cela a coûté cher, car c’est une idée qui va à contre-courant des élites, qui ne veulent pas renoncer au pouvoir. C’est une histoire bien connue en Amérique latine. Cette tension doit être résolue ».

Gárate rappelle que déjà depuis 2006 avec ce qu’on a appelé la « révolution des pingouins » — un terme qui fait populairement allusion à l’uniforme des écoles publiques — puis le mouvement étudiant de 2011, les protestations et les troubles se sont fortement intensifiés. « La protestation et les troubles ont continué pendant des années avec des débordements sociaux sporadiques dans tout le pays, mais la pression continuait de monter dans la marmite. Le système politique, en général, n’a pas été en mesure de répondre à ces demandes, ou alors elles ont été bloquées ou retardées par l’opposition, comme ce fut le cas pour le second gouvernement de Michelle Bachelet. Ainsi, la protestation sociale, surtout depuis l’année dernière, a obligé la classe politique à regarder en face les problèmes du Chili et à mettre fin au discours complaisant des 20 dernières années, qui nous parlait des succès et du développement du pays, alors qu’un énorme malaise et une frustration s’accumulaient à propos du coût de la vie et de la dette endémique que favorise et encourage notre modèle de développement ».

Et il ajoute : « La classe politique a été réactive ; un accord important a été conclu le 15 novembre, mais « in extremis ». Je pense qu’ils ne mesurent toujours pas l’ampleur des troubles sociaux et qu’ils essaient d’en tirer profit dans une perspective à court terme. Pour éviter un retournement autoritaire, il est fondamental que la classe politique s’ouvre à une participation des Chiliennes et Chiliens qui ne sont pas des militants de parti, et de comprendre que le Chili d’aujourd’hui est beaucoup plus complexe qu’il y a 30 ans, qu’il exige une plus grande participation et un renouvellement de ses représentants. Sans la mobilisation des citoyens, rien de ce à quoi nous assistons aujourd’hui ne serait probablement arrivé. Rien ne nous garantit la réussite du processus futur, mais une voie s’est ouverte pour surmonter la crise sociale et politique déclenchée le 18 octobre dernier ».

Une Constitution au service du pinochetisme

La Constitution de 1980 maintient une série de blocages institutionnels et politiques sur des questions que la société demande depuis des années, explique M. Gárate. Il y a une véritable machine juridique au service de l’élite pinochetiste qui prévoit des quorums ultra majoritaires au Congrès et qui, même lorsqu’une loi est approuvée, dispose d’une Cour constitutionnelle qui peut bloquer toute tentative de changement dans des domaines tels que les pensions, la santé, l’éducation, le logement ou la garde d’enfants. « Mais la nécessité d’un changement constitutionnel a certainement aussi une composante symbolico-politique dans le sens où il s’agit de se mettre à nouveau d’accord sur la manière dont nous allons concevoir le pacte social pour les 50 prochaines années et avec la possibilité historique de le faire avec la parité des genres. Une constitution démocratique ne résout probablement pas rapidement un problème particulier (sauf le problème non moins important de sa légitimité initiale), mais elle ouvre une voie plus participative pour discuter, délibérer et rendre la classe politique plus à l’écoute de l’électorat », explique l’universitaire.

Selon Atria, bien qu’il y ait eu des changements, dont le plus important a été apporté par Ricardo Lagos en 2005, « ils étaient davantage liés à la relation entre le pouvoir civil et le pouvoir militaire, comme le fait de redonner au président la possibilité de destituer les commandants des forces armées ». Mais pour l’avocat — qui depuis 2009 promeut à la télévision et dans la presse la nécessité de changer la Constitution, « c’était un système électoral faussé au profit de la droite, des lois organiques constitutionnelles qui exigeaient des quorums très exagérés et une Cour constitutionnelle avec de nombreux pouvoirs. Depuis 2005, il est clair que les réformes qui pourraient être apportées au texte de la Constitution ne résoudraient pas le problème ».

Un scénario que, comme la pandémie, personne n’aurait imaginé il y a un an.

Juan Carlos Ramírez Figueroa

Source : https://www.pagina12.com.ar/

Traduction : Venesol

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*