« Nous relèverons l’Equateur de ses ruines »

L’ancien président Rafael Correa a officialisé sa candidature à la vice-présidence de l’Equateur, dans une formule dirigée par l’économiste Andrés Arauz, le jeune sur lequel parie la coalition Union nationale pour l’espoir (Unión Nacional por la Esperanza : UNES). « Le pays traverse l’une des périodes les plus difficiles de son histoire. Ils ont fait beaucoup de dégâts. Ils ont détruit des écoles, des routes, la santé, la transparence, la dignité, la souveraineté, mais ils n’ont pas réussi à détruire notre espoir. Nous relèverons l’Équateur de ses ruines », a déclaré M. Correa lors de la présentation virtuelle du binôme.

L’expresident Rafael Correa sera candidat à la vice-presidence Photo: AFP

Tout en se montrant optimiste quant à la possibilité d’ouvrir un nouveau projet progressiste dans la région, le mouvement de gauche reste inquiet face à l’accusation de corruption de l’ancien président équatorien ainsi que par l’obligation d’enregistrer sa candidature dans le pays : « Nous sommes ici, malgré tous les obstacles immoraux qui nous empêchent de participer », a déclaré Rafael Correa, le nouveau candidat à la vice-présidence, lors de la présentation du binôme à la présidence. « Nous allons sauver le pays des ruines laissées par le pire gouvernement de l’histoire. Sans haine mais avec mémoire. Ils voulaient nous enterrer sans comprendre que nous sommes des graines. Ne perdez pas votre temps, vous ne pourrez pas nous vaincre », a ajouté M. Correa, déjà très impliqué dans la campagne.

Airs de renouveau

Bien que Rafael Correa ait déclaré qu’il ne cherchait pas et ne souhaitait pas cette nouvelle candidature, il a assuré qu’il avait décidé de l’accepter « en raison de ce rêve collectif que nous appelons Révolution citoyenne », nom donné à son gouvernement entre 2007 et 2017. Pour mener à bien ce nouveau projet, M. Correa a souligné que le pays « exige de nouveaux visages » et un exemple clair de cette jeunesse est le candidat présidentiel, Andrés Arauz, à qui « personne n’a rien offert » et qu’il considère comme « l’un des jeunes les plus brillants » qu’il connaisse avec une « expérience immense et réussie ». Le jeune économiste a occupé plusieurs postes dans le cabinet de Correa, en plus d’avoir été ministre de la Culture et directeur de la Banque centrale pendant une partie de son mandat.

« Nous serons des bâtisseurs et des maçons pour reconstruire notre pays », a déclaré M. Arauz, qui a ajouté que les priorités de son gouvernement seront de faire face à l’urgence sanitaire, de sortir de la crise économique, de rétablir les institutions démocratiques et de reprendre le chemin du développement ». « Notre système de santé publique est en train d’être détruit. La pandémie a été utilisée pour voler des médicaments, se partager les hôpitaux et piller les biens de tous. Ils ont profité de la pandémie pour faire sortir du pays les dollars dont l’Équateur a besoin pour rembourser la dette extérieure due en 2022 et 2023. Cela me scandalise », s’est exclamé Arauz, qui a également eu le temps de tirer sur le président Lénine Moreno : « Jamais je ne trahirai la Révolution citoyenne. Moi, j’ai une conscience historique ».

L’économiste de 35 ans a également remis en question les règles d’enregistrement des candidats qui exigent que les pré-candidats se présentent en personne devant le Conseil national électoral. Arauz lui-même a déposé un recours auprès du Tribunal du contentieux électoral en juillet pour suspendre la nouvelle règle et exiger que cela se fasse dans un consulat, comme c’était le cas auparavant. « Cette action est destinée à empêcher la candidature de Rafael Correa. Nous avons la signature électronique, la vidéoconférence, les notaires, les consulats. Avec ces outils, nous allons inscrire Rafael Correa comme vice-président », a déclaré le futur candidat à la présidence de la gauche équatorienne.

« Avec Andrés, nous travaillons ensemble et je n’ai pas le moindre doute que je le soutiendrai. Il est capable de résoudre le principal problème des Équatoriens : la reprise de la croissance économique. Cet axe nous a conduit à l’élire comme candidat », a déclaré l’Assemblée Pabel Muñoz lors d’un entretien. « Il est très en phase avec la jeunesse, ce qui n’est pas peu étant donné que la grande majorité de l’électorat équatorien a moins de 40 ans. Il représente les principales valeurs du corréisme, mais il a aussi la capacité de rassembler au-delà du mouvement », a déclaré Alfredo Serrano Mancilla, directeur de Celag.

Pour Franklin Ramírez, sociologue et professeur à la FLACSO Equateur (Faculté Latino-américaine de Sciences Sociales), le choix d’Arauz est un retour aux origines de la Révolution citoyenne qui « propose une vision hétérodoxe axée sur l’expérimentation de différents instruments de l’économie publique pour stimuler le développement dans une économie dollarisée ». M. Ramírez a déclaré que la décision de faire appel à l’ancien directeur de la Banque centrale constitue « une ouverture vers des questions qui, dans la tête de Correa et dans sa compréhension du monde, ont été longtemps absentes, comme les questions de l’agenda féministe ou le traitement des diversités ».

La menace judiciaire

Jusqu’à ce lundi, il n’était pas certain que Rafael Correa se présenterait dans le cadre de la formule présidentielle du progressisme équatorien. L’ancien président qui, après avoir terminé son mandat en 2017 s’est installé avec sa famille en Belgique, d’où est originaire son épouse, a été condamné en deuxième instance à huit ans de prison pour une affaire de corruption au sein de son gouvernement.

Sa défense a déposé un pourvoi en cassation contre cette condamnation devant la Cour nationale de justice le 7 août à Quito. Il s’agit du dernier recours juridique qu’il reste à Correa avant que la sentence ne soit définitive. Si elle est ratifiée en troisième et dernière instance, l’ancien président sera empêché de retourner à la vie politique dans son pays étant donné que la peine est pour fait de corruption.

Franklin Ramírez n’est cependant pas très optimiste quant à ce scénario. « Le choix du binôme doit être considéré comme un choix provisoire. Le niveau de harcèlement institutionnel par rapport à la Révolution citoyenne est tel qu’il rend impossible d’envisager la prise de décisions stratégiques dans le cadre de scénarios institutionnels et politiques fixes. Jusqu’à la semaine dernière, le mouvement était exclu du registre électoral et pourrait encore être directement éliminé », a-t-il déclaré. « Je suis convaincu que Correa ne pourra se présenter à rien, pas même en tant que parlementaire. Il est impensable que les élites lui permettent de le faire », a ajouté le sociologue équatorien.

« Le cas de Correa est un véritable test pour la démocratie équatorienne, après qu’ils aient éliminé deux fois la liste de Correa, il a trouvé cette option pour se présenter à la vice-présidence grâce à un accord avec d’autres listes », a déclaré Serrano Mancilla. « Empêcher la participation politique de Rafael Correa est pour eux une obsession. Mais leur obsession est aussi grande que la nôtre de le garder comme candidat », a averti Pabel Muñoz. L’ancien ministre de la planification et du développement a confirmé que si les persécutions judiciaires compliquent les possibilités de Correa, ils activeront « le plan B, C ou D, ce qui n’enlève rien à notre désir de continuer à lutter pour le droit à participer de Rafael ».

Guido Miguel Vassallo

Source : https://www.pagina12.com.ar/

Traduction : Venesol

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*