Le gouvernement espagnol autorise les États-Unis à renforcer la base de la Rota sans consulter le Parlement

MADRID (Sputnik) – Le gouvernement espagnol a donné son accord aux Etats-Unis pour les plans de renforcement de la base militaire de Rota (Cadix) sans qu’ils aient passé la procédure habituelle de discussion au Congrès des députés, selon le journal El País.

Selon les informations fournies par ce journal, qui cite des sources gouvernementales, le renforcement de la base de la Rota se fera sans réforme de l’accord de défense bilatéral qui régit la présence des troupes américaines en Espagne, ce qui aurait nécessité un débat parlementaire.

Plus précisément, ces sources font allusion au fait que la “situation intérimaire” actuelle du gouvernement espagnol et la “complexité” des procédures parlementaires pour la modification de l’accord ont conduit les autorités espagnoles à “éviter la procédure” et à “se limiter” à émettre une “simple notification”.

La sixième flotte de la marine américaine a annoncé le 4 juin le déploiement d’un escadron de six hélicoptères d’attaque navale pour renforcer sa présence à Rota qui abrite les quatre destroyers du bras naval du bouclier anti-missile de l’OTAN.

Historiquement, les autorités espagnoles ont modifié l’accord de défense avec Washington chaque fois qu’il y a eu une incorporation de ce style, ce qui ne sera pas fait à cette occasion.

L’information fournie par El País se résume ainsi : “Nous avons même décidé de ne pas l’amender, afin d’éviter une procédure qui nous aurait obligés à porter la réforme devant les tribunaux et à faire face à un débat parlementaire au moment où le gouvernement est en place”.

Il est prévu qu’en plus d’incorporer les hélicoptères, la marine américaine fera la rotation des quatre destroyers avec des “nouveaux et plus modernisés” entre 2020 et 2022.

Les navires américains ont été déployés à Rota entre 2014 et 2015.

Depuis lors, la mesure la plus importante prise par ces destroyers a été la participation de deux d’entre eux au bombardement des positions syriennes en avril 2017, en réponse à une prétendue attaque chimique contre des civils par le gouvernement syrien.

Source Sputnik

Traduction FAL 33